top of page
Rechercher

31. Pieds, coudées et lapins blancs : comment donner un sens à la Grande Pyramide

À quoi crois-tu ? — À ceci : que le poids de toutes choses doit être déterminé de nouveau.

Niezsche (1)

Quand on essaye de comprendre un monument préhistorique, comment savoir quelles étaient les intentions des bâtisseurs ? Il y a rarement, voire jamais, de textes contemporains pour les accompagner. Que les constructeurs aient conçu leurs pyramides ou leurs cromlechs en utilisant des pieds, des mètres, des coudées, des remens ou toute autre unité, il n'y a aucun moyen pour nous de le savoir avec certitude. La question des unités de mesure utilisées est similaire à la question de leur date de construction, à cet égard : rien ne peut être prouvé avec certitude. Tout ce qui peut être fait, et tout ce qui a été fait, c'est d'émettre des théories. Les théories peuvent être réfutées. Par conséquent, ils sont modifiables. Cela peut être observé dans les nombreuses dates de construction avancées pour les pyramides au fil des ans, entre le deuxième et le cinquième millénaire, ou entre les théories de Greaves et de Mariette. Il faut se rappeler que la science et les théories sont bien différents de la vérité.


Même si presque toutes les personnes intéressées par la question s'accordaient à dire que les pyramides étaient disposées en coudées royales, et que cela devenait la théorie acceptée, cela ne deviendrait toujours pas un fait, ni ne prouverait les intentions des constructeurs. Ils n'ont laissé aucun plan. Tout ce que nous disons sur ce que nous pensons que les constructeurs ont fait est une conjecture. Cela s'applique aux affirmations selon lesquelles les constructeurs de pyramides n'ont pas utilisé de pouces, de pieds ou de mètres, tout autant qu'à ceux qui prétendent le contraire.


Il n'est pas possible de prouver ou de réfuter que les pieds, les mètres ou les coudées ont été utilisés délibérément. La question de la mesure dans les pyramides est une pure théorie.


On est toujours et partout limité par la capacité à interpréter ce que signifie une unité de mesure et une technologie de mesure. C'est là que, traditionnellement, la science rencontre la philosophie. Nous pouvons proposer des modèles et les comparer. Après cela, le mieux que nous puissions faire est au moins d'être conscient de notre propre tendance à rechercher des informations qui ne servent qu'à confirmer nos propres préjugés. Comment gérons-nous les "paradigmes extraterrestres", comme les appelle Karl Popper ? Mais le problème est, dans ce contexte, comment gérer les choses inattendues qu'on peut trouver et qui nous font dire "ça ne peut sûrement pas être une coïncidence !!"

Popper a écrit:


Mais si vous êtes intéressé par le problème que j'ai essayé de résoudre par mon affirmation provisoire, vous pouvez m'aider en le critiquant aussi sévèrement que possible ; et si vous pouvez concevoir un test expérimental qui, selon vous, pourrait réfuter mon affirmation, je le ferai. volontiers, et de mon mieux, je vous aide à la réfuter.

En ce qui concerne les monuments antiques, il peut y avoir plusieurs théories ou modèles assez innovatifs et étanches pour les expliquer, leur donner un sens. Il y a aussi beaucoup d'observations intrigantes qui sont également faites. Des modèles émergent. Des analogies significatives peuvent être faites. Une intuition ne suffit pas. Une prédisposition à un certain type de théorie ne suffit pas. Mais on pourrait aussi dire que le moment de la décision, ou le fait d'avoir un sentiment de certitude à propos d'une théorie, n'est pas nécessairement le résultat de la recherche, de la délibération et de la discussion, mais quelque chose qui fait que ce processus commence en premier lieu (Sartre dit que la délibération vient apres le moment de la décision).

Greta Thurnberg dit "ne m'écoutez pas, écoutez la science".

Nietzsche dit "suis ta propre vérité, sois ta propre vérité".


Il est tentant de vouloir deviner les intentions des constructeurs de mégalithes et de pyramides. Même un système théorique qui fonctionne, qui a sa propre logique interne, et qui se conforme aux faits, ne va pas nécessairement être accepté par tous. L'aspect expérimental, mathématique, logique ne convainc pas forcément. En fin de compte, pour qu'une théorie soit acceptée, il s'agit toujours d'intuitions et de prédispositions personnelles, de l'influence de ceux que nous avons lus, de paradigmes, et d'accepter ou de rejeter des théories largement répandues. C'est peut-être un autre paradoxe... Quel genre de mécanisme existe-t-il pour vérifier ces théories? On ne peut pas vraiment construire un modèle théorique des connexions lunaires à Gizeh, puis le tester sur une autre Grande Pyramide. Il n'y en a qu'une seule.


Une fois qu'on commence à comparer des découvertes de la Grande Pyramide à d'autres pyramides, disons en Amérique du Sud, ou à des structures mégalithiques, on doit ensuite justifier un lien déjà controversé entre tous ces sites. Les archéologues pensent que c'est une coïncidence qu'il existe de grandes pyramides de pierre sur plusieurs continents.


Si on cherche des nombres d'unités de mesure qui représenteraient un cycle astronomique, dans la Grande Pyramide, parce qu'on en a trouvé ailleurs, est-ce permis? Jim Wakefield a trouvé des connexions lunaires aux Rollright Stones en Angleterre. (voir l'article de Jim Wakefield sur les Rollright Stones, en anglais). La comparaison de ces pierres anglaises avec la Grande Pyramide est à la fois instructive et problématique. L'idée emerge d'une civilisation mégalithique avancée qui était derrière toutes sortes de structures, des Rollrights aux pyramides de Gizeh, aux structures linguistiques, aux mythes et motifs religieux qui ont tous survécu, aux systèmes de mesure qui relier des lieux lointains. Il existe des sites mégalithiques similaires à ceux d'Europe et des États-Unis. Il y a des pyramides partout dans le monde. Ensuite, il y a les liens entre des lieux anciens importants à travers le monde qui suggèrent d'excellentes compétences en matière d'arpentage, de navigation et de mathématiques d'une époque au-delà de l'histoire enregistrée. Il beaucoup de preuves indiquant un système mondial commun qui a précédé une longue période de déclin de la civilisation humaine. Est-il acceptable d'accepter des connexions entre, par exemple, les Rollrights et Gizeh?


Pour donner du sens a un monument, une stratégie possible consiste à essayer de multiplier et de les diviser les dimensions par des nombres bien connus, tels que la racine carrée de deux, de trois, de cinq, et du nombre d'or, ou bien le nombre de jours dans divers cycles, du soleil, de la lune et des planètes, et bien sûr, les différentes valeurs d'unités de mesure connues. Encore une fois, cependant, cela ne va pas impressionner ceux qui refusent de croire que les anciens connaissaient les nombres irrationnels. Une théorie qui marche peut donner la capacité de prédire. Au bout d'un moment, en tant que chercheur, on sait qu'en utilisant ces chiffres, on trouvera probablement quelque chose d'intéressant, mais il n'est pas facile d'utiliser ces petites prédictions personnelles comme preuve, à moins qu'on ne travaille constamment en équipe.


Certaines théories qui semblent être bien reçues sont, à mon avis, basées sur des connexions qui ne sont pas toujours tout à fait précises. Par exemple, le rectangle de Gizeh de John Legon avec √2 et √3, un modèle purement mathématique sans cycle astronomique impliqué.


Si on prend la portée N-S du rectangle, avec les mesures en pouces anglais de Flinders Petrie, à 35 713,2" et 29 227,1998" pour la portée O-E , le côté 35 713,2" est alors composé de 20,619" x √3 x 1 000, et le côté 29 227,1998" est 20,66675" x √2 x 1 000. On pourrait dire que la beauté de cette interprétation est qu'elle n'implique aucune coudée ni aucune unité quelle qu'elle soit, elle se suffit à elle-même comme un rapport de √3 et √2. Mais prenez un côté du rectangle, disons 35 713,2, et divisez par √3, et multipliez par √2, et vous obtenez 29 159,7056". C'est 67" trop court. Ou vérifiez le rapport dans l'autre sens, donc 29 227,1998 x √3 / √2, et c'est 82,7" trop long. Je ne suis pas sûre que cela fonctionne vraiment. Pour garder la lune hors de tout cela, et essayer Mars à la place, mais en restant avec les pouces, et en prenant 686,971 pour la période orbitale, on obtient : 686,971 x 128/3 = 29 310,7266" (83 pouces de trop)

La portée N-S est alors de 52 x 686,971 = 35 722,492" (9 pouces de trop)


Donc une amélioration sur la théorie de Legon, mais pas parfaite.


Si on prend la lune, cependant, il y a une amélioration. La distance N-S divisée par cinq années draconiques, donc 35 713,2 / (5 x 346,62) = 20,6065. La distance O-E divisée par quatre années lunaires, donc 29 227,1998 / (4 x 29,53059 x 12) = 20,61929. Les coudées de 20,619 pouces et 20,6065 pouces ne correspondent pas nécessairement aux unités existantes, mais les rapports entre les côtés du rectangle sont assez bons. Côté O-E 29 227,1998 x 5 x 346,62 / (4 x 29,53059 x 12) = 35 735,303, donc c'est 22" trop long. Dans l'autre sens, le même ratio donne 29 209,122" pour le côté O-E, 18 pouces de différence.

Il n'y a aucune preuve réelle d'une connexion lunaire, mais c'est un bon ajustement.


En ce qui concerne le mètre en Egypte, opur moi il y a de bonnes raisons de le considérer comme faisant partie de Gizeh. Le point de départ pour moi avec le rectangle de Gizeh était dû à une mesure en mètres et à la lune. Je lisais le site Web de Gary Meisner sur le nombre d'or (www.goldennumber.net), lorsque j'ai vu son diagramme du rectangle de Gizeh. Sur la gauche, en bleu, on peut voir le nombre 354.3. Je ne pouvais pas croire ce que je voyais. Je n'avais jamais regardé Gizeh jusque-là, je ne lisais que par intérêt, car j'avais trouvé de nombreuses connexions Phi intrigantes dans le nord de l'Europe mégalithique. J'avais assez lu Neal, Michell et Heath pour savoir que le mètre n'était pas populaire en matière de métrologie ancienne. Et pourtant... ici ça avait bien l'air de marcher. 354,367 est bien sûr le nombre de jours dans une année lunaire, soit 12 lunaisons de 29,53059. Et c'est une distance assez importante entre les deux pyramides, G1 et G2, que ce nombre représente, en plus d'être un côté d'un rectangle d'or. J'ai donc cherché un peu plus et j'ai trouvé quelques connexions lunaires supplémentaires, basées initialement sur les chiffres de Glen Dash.


Curieusement, le côté 346,62 m est très proche de la longueur N-S du rectangle divisée par Phi au carré : 346,62 x 2,618 x 10 000 / 254 = 35 726,4236, assez proche de la valeur de 35 713,2 pouces de Petrie. Et ce que j'aime à propos du mètre, c'est qu'il se connecte à l'impérial via un nombre lunaire important : 254.

Donc, pour moi, le connexion lunaire et métrique est une possibilité réelle. Mais comment vérifier cela ?


Le problème c'est le "miracle grec". Lorsque Socrate, Thalès, Pythagore et Platon ont soudainement "inventé" toutes ces nouvelles idées et théories fabuleuses, ils etaient, dit-on, les premiers a le faire, et donc il serait impossible que d'autres l'auraient eux l'ait fait. C'est la manière dont l'histoire moderne est enseignée. De plus, parfois les grecs aussi ne sont pas valorisés: la révolution copernicienne n'est généralement pas considérée comme une idée ancienne sur laquelle Copernic a pu travailler et s'avérer correcte. Pourtant, il est bien connu qu'Archimède a écrit qu'Aristarque de Samos enseignait que la terre tournait autour du soleil. Il y a un mépris envers nos ancetres préhistoriques qui frôle l'insulte.


L'utilisation du pouce et du pied anglais dans bien des anciens monuments peut être controversée, mais elle peut parfois relier des nombres astronomiques importants les dimensions du site. Le pouce et le pied modernes sont aussi problématiques et apparemment anachroniques que le mètre, car ils ne sont en réalité que des sous-produits du mètre, dans leur forme actuelle et exacte. Ils ont été définis par rapport au mètre et ont changé de valeur plusieurs fois au cours des deux derniers siècles. Pour moi, une bonne explication de la valeur actuelle du pouce impérial est qu'il a été réglé pour correspondre à la valeur du mètre en termes de 1/254, et il n'est pas impossible que cette relation entre les deux soit très très ancienne. Je préférerais aussi qu'on me prouve que j'ai tort plutôt que de ne pas avoir de débat. Je vais donc m'en tenir à la théorie, pour l'instant, que le mètre et le pouce sont contemporains de la Grande Pyramide, et j'ai hâte de me tromper ! :)


Lorsque la relation entre la Terre et Mars est observée sur une longue période de temps, il devient évident que les nombres de Fibonnaci 5, 8 et 13 sont impliqués. Si nous affirmons que ces chiffres définissent la relation entre la Terre et Vénus, ou "dansent", quelle preuve avons-nous besoin pour l'étayer ? Suffit-il d'extrapoler ces chiffres, 5, 8 et 13, à partir des différents cycles ? Parce que le cycle se répète apparemment à l'infini, ce modèle devient un fait. L'observation suffit à produire un fait.


Cependant, lorsque nous repérons des nombres de Fibonacci dans un monument antique, comme la Grande Pyramide, suffit-il de les extrapoler à partir des données, comme nous l'avons fait avec les planètes ? Ces nombres peuvent apparaître soit comme des rapports entre des côtés entiers, des hauteurs ou des longueurs de la structure, soit comme des nombres d'unités de mesure acceptées trouvées dans la structure. Suffit-il de dire : oui, les nombres de Fibonacci définissent ce monument, tant qu'on ne parle pas d'intention des architectes ? Si non, que manque-t-il ?


Si l'on admet que ces mêmes nombres de Fibonacci se retrouvent dans le monument, de manière à les faire apparaître comme essentiels à la conception, peut-on alors aller plus loin et suggérer que ces nombres ont été délibérément placés là, par les architectes ? Si non, pourquoi pas ?


De quel type de preuve avons-nous besoin pour a/ confirmer que Vénus et la Terre ont une relation qui comprend 5, 8 et 13, b/ que ces mêmes nombres peuvent être trouvés dans un monument, et c/ que ces nombres font partie de la conception ?

(La question de savoir si la relation Vénus-Terre a été conçue est une autre !)


Est-il juste d'attendre une preuve pour les deux premières affirmations autre que le fait que l'observation est une preuve suffisante ? Même dans le second cas, il suffit d'observer ces chiffres en jeu, et d'énoncer cette observation comme un fait, mais sans prétendre à l'intention des architectes ou à l'authenticité des unités impliquées. Mais qu'en est-il du troisième cas ?


Les seules affirmations que nous pouvons faire sont donc du type de celles que nous faisons lorsque nous observons les nombres de Fibonnaci dans la relation entre la Terre et Vénus, purement basées sur l'observation. Lorsque nous affirmons que les nombres de Fibonacci régissent ces deux planètes, nous ne disons pas que Fibonnacci a conçu ces planètes, ou que Fibonnacci était en quelque sorte dans la confiance du concepteur. Nous faisons simplement une observation empirique.


Il est inutile de demander des preuves écrites ou textuelles, si le monument en question est bien plus ancien que tout texte survivant qui le mentionne. Le seul vrai problème est la nature des unités de mesure impliquées, et si elles correspondent à l'époque de la construction, ou ce que nous pensons en savoir.


Le philosophe Peter Strawson dit :


Nous acceptons ou croyons les théories scientifiques (lorsque nous le faisons) simplement parce que nous croyons qu'elles fournissent les meilleures explications disponibles des phénomènes qu'elles traitent. C'est la raison pour laquelle nous les acceptons." (Scepticisme et naturalisme: quelques variétés, 1985)

Le problème, bien sûr, est la question des unités de mesure. Serait-ce une preuve suffisante d'observer ces mêmes unités dans d'autres monuments antiques également, et de dire que cette Grande Pyramide n'est en aucun cas unique si ces unités s'y trouvent également ? Ou est-ce qu'une règle ou un texte de mesure réel est nécessaire ? Il est peut-être injuste d'insister sur une telle preuve, car il s'agit de milliers d'années qui se sont écoulés. Le mieux que l'on puisse espérer est d'observer l'utilisation de ces mesures problématiques dans d'autres structures à peu près contemporaines.


Et si la grande ancienneté d'au moins une de ces unités de mesure pouvait être démontrée ? On pourrait se demander comment les anciennes mesures Egyptiennes, aussi bien que le metre et les mesures anglaises modernes, peuvent venir d'une mesure précise de la planète sur laquelle nous vivons. Si un chiffre aussi précis n'a été atteint qu'au cours des derniers siècles, longtemps après l'invention de ces mesures, cela ne prouverait-il pas qu'elles proviennet d'une mesure précise de la terre, doit dater d'un temps antérieur à l'histoire enregistrée ?


Comme le pouce et le pied anglais remontant à une époque perdue où l'arpentage précis à longue distance était possible, il n'est pas forcément anachronique d'en parler à propos de la Grande Pyramide. Le défi du sceptique quant à la présence du pouce impérial dans le cadre de Gizeh est lui-même contesté. L'affirmation selon laquelle le pouce est présent dans la Grande Pyramide est basée sur l'observation et des connaissances (pré)historiques informées, et a donc une certaine signification. Cependant, le défi du sceptique perd son sens : tant la question du cadre de mesure correspondant à la réalité que celle des intentions des constructeurs n'ont pas de réponse vérifiable. Le défi n'a donc aucun sens.


Si on que la présence du rapport pi dans la Grande Pyramide était invalide, cette affirmation n'a pas non plus de sens, car pi peut facilement y être observé, et il est impossible de prouver ou de réfuter les intentions des architectes. Si on veut suggérer que ce rapport pi encapsule la période orbitale de Mars en pieds saxons, exprimée dans la hauteur et la base de la grande pyramide, le défi du sceptique à cela serait également invalide, tant qu'il peut être démontré que les architectes de Gizeh ou que des architectes contemporains ailleurs, à une échelle relativement grande, utilisaient des nombres astronomiques quelconques, et que le pied saxon se retrouve également dans d'autres structures contemporaines. En fin de compte, ce qui est empiriquement vérifiable doit être vrai, même si c'est pi, Mars et les pieds saxons dans la Grande Pyramide.


Les architectes de la Grande Pyramide ont-ils choisi de n'utilise qu'une seule unité de mesure? A mon avis, il est certainement possible que diverses unités ont été utilisées eau meme temps, at que chaque unité avait une valeur géométrique ou symbolique différente. Si un modèle intéressant émerge dans une autre unité contemporaine, que ce soit pi, un cycle de Mars et des pieds saxons, telle ou telle coudée, ou un pied anglais, si cela peut être facilement observé et correspond bien aux données, alors quelle raison avons-nous pour rejeter cette observation?


Alors, est-ce qu'on peut dire n'importe quoi? Tout-est-il permis? Pouvons-nous prétendre que 77 lapins blancs alignés composent la longueur de la Grande Chambre ? Oui, mais pour citer Strawson, ces lapins ne "fournissent pas les meilleures explications disponibles des phénomènes qu'ils traitent", donc la valeur d'une telle affirmation en essayant d'interpréter la chambre est nulle. En revanche, il est utile de rechercher des nombres significatifs dans diverses unités de mesure dans la Grande Pyramide, surtout si les unités de nombres trouvées sont également présentes dans les structures contemporaines. Il faut donner du sens, il faut une théorie qu'on peut appuyer sur des données.


Quant à la provenance des unités en question, nous ne pouvons pas espérer savoir d'où provient réellement une coudée ou un pied. On sait cependant que de nombreuses unités anciennes, y compris certaines qui sont encore utilisées aujourd'hui, sont connectées, non seulement les unes aux autres mais aussi à pi et Phi et à d'autres constantes. Il est donc probablement plus réaliste de considérer ces unités comme faisant partie d'un système d'unités mondial, ou du moins très répandu, et non comme britannique, français, perse ou égyptien. C'est peut-être un bon moment pour se rappeler l'affirmation d'Edward Said selon laquelle la connaissance pure est impossible et que toutes les formes de connaissance sont influencées par un point de vue idéologique. Je ne suis pas sûre que cela s'applique à l'observation de 5, 8 et 13 dans la danse Vénus Terre. Mais cela s'applique bien sûr aux affirmations impliquant des unités de mesure préhistoriques ou modernes, et aussi, ce qui est important, au défi du sceptique lui-même.


Cela implique à son tour que l'absence de preuve écrite du mètre avant le 18ème siècle en France n'est pas une preuve valable que le mètre n'existait pas avant cette époque, et le pouce et le pied anglais proviennent bien de la nuit des temps. Si on rejette le role possible du pouce et du pied anglais, ou du metre dans la Grande Pyramide, et à Gizeh en général, c'est peut être parce qu'on ne veut pas rejetter la croyance que ces unités de mesure ne sont ni assez vieux ni assez égyptiens pour y avoir éventuellement été utilisés. Ou cela peut être basé sur la croyance qu'un seul type particulier d'unité était utilisé à Gizeh, par exemple la coudée, bien que sous des formes variées. Cependant, il suffit d'observer ces unités en jeu pour en faire une revendication significative, tant que l'intention des architectes n'est pas invoquée.


On ne peut pas connaître les intentions des architectes, donc de nombreuses explications sont possibles. Le pouce et le pied anglais et le mètre moderne sont beaucoup plus anciens que les estimations modernes des dimensions de la Terre, mais sont dérivés des dimensions de la Terre. Il n'y a pas de période historique connue où cette information aurait été connue. Ce paradoxe implique que, par conséquent, le pied et le pouce anglais doivent remonter à une histoire antérieure, a la préhistoire, c'est-a dire tout ce qui c'est passé avant la date de l'exemple d'écriture le plus ancien qu'on ait trouvé, et qu'ils peuvent être contemporains de la Grande Pyramide, voire plus anciens.



Note

1. Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir, Troisieme Livre, paragraphe 269, traduction Patrick Wotling, GF flammarion 1997-2000 page 223

6 vues0 commentaire
bottom of page