top of page
Rechercher

59. Le Pied Belge, Base des Mesures Terrestres Anglaises et Cousin du Mètre Moderne

Dernière mise à jour : 2 août 2023

Dans son article sur les "Poids et mesures" dans l'Encyclopaedia Britannica (1911), Flinders Petrie affirme que "le pied belge des Tungris est la base des mesures terrestres anglaises actuelles, dont nous voyons donc qu'elles ne sont ni d'origine romaine ni britannique, mais belge." (1) Les mesures terrestres encore en usage aujourd'hui, de la verge au mille, étaient autrefois exprimées en termes de multiples d'un pied différent de celui que nous avons aujourd'hui. Il poursuit en disant du pied belge :

Il est remarquable de voir à quel point ce premier système décimal de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne est proche du double du système métrique décimal moderne. S'il n'avait pas été malheureusement chassé par le 12 pouces. pied, et réprimée par des statuts à la fois contre son yard et son mille, nous n'aurions besoin que d'un petit changement pour mettre nos mesures en accord avec le mètre. (2)

Étonnamment, selon Flinders Petrie, la Grande-Bretagne et l'Europe du Nord avaient autrefois un système de mesure décimal (par opposition au système impérial duodécimal, basé sur le nombre douze), avec une unité de taille proche du mètre moderne.


1. Histoire du Pied Belge

Map with the approximate location of pre-Roman Belgic Gaul shortly before Roman conquest, according to an interpretation of Caesar, by:Feitscherg, Wikimedia Commons

Flinders Petrie n'indique pas ce qu'il pense que le pied belge mesure exactement, mais il l'assimile à une mesure de près de 13,3 pouces ou 13,22 pouces. Si la valeur actuelle du mètre, (39,3700787402 pouces anglais), était considérée comme une aune de trois pieds, alors le pied aurait une longueur d'un tiers de mètre, soit 13,12336 pouces. Cependant, Flinders Petrie a utilisé un rapport métrique-impérial légèrement différent, écrivant en 1911. Dans ce même article pour l'Encyclopaedia Britannica, il donne 39,37 pouces pour le mètre aux États-Unis et 39,3700113 pouces en Grande-Bretagne, ce qui donnerait un peu plus court (pied de 13,12334 pouces).


Ce qui reste du prédécesseur du système impérial en Grande-Bretagne est en effet décimal : un mile est de 8 furlongs, mais était autrefois de 10 furlongs. Un furlong est de 10 chaînes, une chaîne est de 10 fathoms. 400 pieds de 13,2 pouces correspondent à un mile, et ce pied de 13,2 pouces donne une yard de 39,6 pouces, soit 54 x 0,733333 pouces. Une unité d'environ 40 pouces était utilisée, appelée yard and full hand (yard et main pleine), et un tiers de celle-ci aurait été de 13¹/³ pouces.


Flinders Petrie explique :


En ce qui concerne maintenant l'Angleterre, nous trouvons le pied de construction le plus courant jusqu'au 15ème siècle en moyenne 13·22. Ici, nous voyons le pied belge passé à l'Angleterre, et nous pouvons combler considérablement le vide par les mesures d'itinéraire. Il a été démontré que l'ancien mile anglais, au moins dès le XIIIe siècle, était de 10 furlongs et non de 8 furlongs. Elle était donc égale à 79 200 pouces et divisée décimalement en 10 stades, 100 chaînes ou 1 000 fathoms. Pour l'existence de cette fathom (la moitié de la pertica belge), nous avons la preuve que sa moitié, ou yard, doit être supprimée par la loi (9) en 1439, comme "la yard et la pleine main", soit environ 40 pouces., - évidemment le yard du vieux pied anglais le plus courant de 13·22, qui serait 39·66. Nous pouvons donc restaurer l'ancien système anglais de longue mesure à partir des bâtiments, de la loi d'interdiction, de la chaîne et du furlong survivants, et de l'ancien mile anglais indiqué par des cartes et des itinéraires, ainsi : -
foot, 3=yard, 2=fathom, 10=chain,10=furlong,10=mile
13·22  39·66   79·32 ⁠793,2 ⁠7932 79 320
Un système aussi régulier et aussi étendu n'aurait pas pu être mis en usage dans tout le pays d'un coup en 1250, d'autant plus qu'il a dû résister au pied légal actuellement en usage, qui s'est imposé (9) dès 950. On ne peut supposer qu'un tel système serait inventé et se généraliserait face aux lois appliquant le pied de 12 pouces. Il doit donc être daté d'un certain temps avant le Xe siècle, ce qui le rapproche autant qu'on peut l'espérer aujourd'hui du pied belge, qui dura certainement jusqu'au IIIe ou IVe siècle, et se situe exactement dans la ligne de migration des tribus belges en Grande Bretagne. (3)

Flinders Petrie poursuit en disant :


13·3.—Cette mesure ne semble pas appartenir à des temps très anciens, et elle pourrait provenir probablement d'Asie Mineure. On le retrouve comme 13·35 pouces dans les constructions. Hultsch le donne un peu moins, à 13·1, comme « petit pied asiatique ». De là, il est passé en Grèce, où il se trouve (25) sous 13·36. Dans les vestiges romano-africains on le retrouve souvent, plutôt supérieur, soit 13·45 en moyenne (25). Il a duré en Asie apparemment jusqu'à la construction du palais à Mashita (AD 620), où il est 13·22, selon les mesures approximatives que nous avons (25). Et cela pourrait bien être à l'origine du diráʽ Starabuli de 26·6, deux fois 13·3. Trouvé en Asie Mineure et dans le nord de la Grèce, il ne semble pas déraisonnable de le relier, comme le fait Hultsch, au pied belge du Tungri, qui a été légalisé (ou peut-être introduit) par Drusus lorsqu'il était gouverneur, car 1/8 plus long que le pied romain, ou 13·07 ; cette déclaration était évidemment une approximation par une augmentation de 2 chiffres, de sorte que la petite différence par rapport à 13·3 ne vaut pas la peine d'être remarquée. De plus, la pertica était de 12 pieds de 18 chiffres, c'est-à-dire des pieds drusiens. (4)

Le pied belge est ici assimilé au pied drusien et comparé aux longueurs trouvées en Asie et en Afrique. Flinders Petrie compare les mesures comprises entre 13,07 et 13,45 pouces et les regroupe comme étant connectées au pied drusien. Il est considéré comme un cousin du pied romain de 11,664 pouces ou 11,666 pouces de seize doigts, soit dix-huit de ces mêmes doigts de 0,729 ou 0,729166667 pouces. Dix-huit doigts de 0,729 pouces sont 13,122 pouces et dix-huit doigts de 0,729166667 pouces sont 13,125 pouces. Flinders Petrie donne le pied drusien à 13,07 pouces, ou au moins un pied romain + 1/8 de pied romain. Cela signifierait donc 13,122 pouces pour un pied romain de 11,664. Cinquante-quatre doigts de 0,729 pouces donnent un mètre ou un mètre de 39,366 pouces, cinquante-quatre doigts de 0,733333 pouces donnent un mètre de 39,6 pouces et cinquante-quatre doigts de 0,729166667 pouces donnent 39,375 pouces. La pertica, 12 pieds de 18 doigts, ou 12 pieds drusiens, comme le suggère Flinders Petrie, fonctionnerait également à environ 4 mètres. En fait, il serait très proche de 4 mètres des types mentionnés par Berriman dans la métrologie historique, de 54 doigts de 0,729 pouce soit 39,366 pouces, ou de 54 doigts de 0,7291666667 pouces étant de 39,375 pouces.


Flinders Petrie fait référence à Hultsch, qui écrit sur le "pied Tungri de Drusius" (Tungris pes

Drusien). Ce petit pied asiatique mesure 335 millimètres, écrit-il, selon les recherches de Fenneberg. Il mentionne une longueur de stade de 207,5 mètres trouvée dans un livre archéologique français, dont il tire un pied de 332 millimètres. C'est aussi une mesure intéressante, car 207,5 mètres multipliés par Phi, le nombre d'or, et divisés par 1 000, équivaut à 335,7418 millimètres, soit 13,21816 pouces.


John Neal est d'accord avec Flinders Petrie sur le fait que le pied belge est d'un tiers de mètre, "communément appelé pied belge, c'est-à-dire neuf à huit du pied romain, tel qu'établi par Nero Claudius Drusus, le gouverneur romain de la Gaule". (6) Neal ajoute également un nouvel aspect à la question : la circonférence polaire de la terre et ses divisions selon des lignes de latitude,

"ce que j'appelle le pied racine géographique belge ; dont il y en a 333333,333 au degré méridien à 38 degrés. "

Neal écrit également :

" de nombreux modules attribués à différentes cultures sont en fait des variations d'un même pied de base, comme le saxon et le sumérien. Mais, les différences deviennent distinctement identifiables aux longueurs de la pertica, de la chaîne, du furlong, du stade, du mile, etc.." (7)

Il y a une certaine confusion autour de ce sujet, car les mesures de toutes ces unités sont très fermer. De plus, il est généralement admis que de nombreuses unités de mesure anciennes ont des variations, soit dues à des changements historiques, soit à des questions de géométrie, une unité se rapportant à une autre en tant que parties d'une forme, ou à la latitude où l'unité était en cours d'utilisation. Neal donne 1,071428 pieds, c'est-à-dire 12,857136 pouces au pied belge, qui, selon lui, "se développe dans le pied drusien ou pied du Tungri" et est "détectable dans de nombreux monuments mégalithiques". (7)

1,071428 pieds correspondent à 7,5/7 pieds, ou 90/7 pouces, ou 16/49 mètres (de 39,375 pouces).


Un autre historien de la métrologie, écrivant en 1756, Fréret, écrit :


Ce même Hygin mentionne encore un autre pied à Hygiu. idem, usage chez les Romains, & employé hors d'Italie pour le 210. mesurage des terres. Il l'appelle le pied de Drusus, et dit qu'il contenait 13 pouces et demi du pied romain, c'est-à-dire 27 pouces et demi. Ce pied de Drusus était celui qui avait servi à mesurer les terres du pays de Tongres, distribuées aux soldats romains en basse Allemagne.
(...)
En ce qui concerne la mesure du mille donnée par Héron, comme par l'hypothèse précédente, elle suppose que le pied de ce mille contenait 27 demi-pouces du pied romain, et qu'il était le même que le pied de Drusus déterminé par Hygin ; il faut établir que le mille dont parle Héron est celui qui avait été utilisé par Auguste pour régler les routes militaires, la marche des troupes, les résidences et les étapes en Égypte : tout cela ayant été fait sous le règne de Augustus, il est très probable que le pied de Drusus ait été utilisé, ce qui semble avoir été utilisé alors en matière de discipline militaire.

Histoire de l'Académie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres, depuis son ... - Google Books

Fréret écrit également :

Le pied qu'Hygin appelle pied de Drusus, & qu'il dit avoir été en usage dans la Germanie & dans le pays des Tongres, contenoit vingt-sept vingt-quatrièmes du pied Romain, c'est-à-dire 13 pouces , en sorte qu'il en contenoit neuf huitièmes . En prenant le pied Romain de Statilius de 1312 dixièmes, le pied de Drusus aura 1476 dixièmes, ou 36 dixièmes plus que le pied de France. Si l'on prend un des pieds Romains moindres que celui de Statiljus , par exemple, celui de 1296 , donné par la mesure des troiş premiers pieds de fer examinés par Luca Petto, le pied de Drusus aura 1458 }, ou près de deux lignes plus que le pied de Roi. On conservoit dans le cabinet de l'électeur Palatin, au temps de Fréhérus (1), une verge de fer quarrée sur laquelle on lisoit ces mots en caractères d'argent: CARLVS. IMPR. JVSSIT CVBITV IST✓ FACERE JVXTA MENSVRAM SVAM. Cette mesure contient 6 pieds & 3 pouces du pied de Léide ou de Rhinland; ce pied contient 1392 dixièmes de ligne, selon la mesure qu'en prit M. Picard (c), lors de son voyage d'Uranibourg, c'est-à-dire deux lignes de plus qu'il ne lui en avoit donné d'abord. La sixième partie de cette verge de fer contient donc 1450 dixièmes de ligne, c'est-à-dire qu'en la prenant pour une toise ou mesure de 6 pieds, le pied aura 1450 dixièmes, c'est-à-dire : de ligne moins que le pied de Drusus. Comme on a trouvé à Rome des pieds de fer encore plus courts que celui de 1296, si l'on regarde cette mesure du cabinet de l'électeur Palatin comme la toise ou pertica du pied de Drusus, la grandeur de ce pied aura été déterminée par Hygin sur un pied Romain de 1289 dixièmes seulement, & plus court d'une demi-ligne que celui de 1295, mesuré par Luca Pettò dans le cabinet Delfini.


11,664 x 27/24 = 11,664 x 9/8 = 13,122

11,666667x 27/24 = 11,666667 x 9/8 = 13,125


1 toise a été évaluée à 1949,03631 mm, avec l'avènement du mètre. Donc 1 ligne aurait valu 1949,03631 / 864 = 2,2558290625, et un dixième de ligne 0,22558290625 mm. Ainsi par exemple quand Fréret décrit le pied rhénan ; ce pied contient 1392 dixièmes de ligne, cela peut provisoirement être converti en millimètres sous la forme 314,0114055. En fait il est possible qu'1 pied rhénan ait été la longueur de la circonférence sur un diamètre de 100 mm environ, ou qu'1 toise de 6 pieds, valant chacun 33,333 cm, soit 13,125", plus ou moins, un pied druisien, aurait une circonférence de 20 pieds rhénans, chacun de 314,15927 mm environ. En fait, si la mesure de Fréret pour le pied rhénan est de 314,0114055 mm exactement, et avec la calculatrice pi, le pied sur le diamètre du cercle serait de 333,176449 mm ou 13.117", ou 13118".


Rheinische Elle und Rheinischer Fuß, öffentliches Maß am alten Rathaus Mannheim (1711) Altera levatur, Wikimedia Commons

6 pieds et 3 pouces du pied rhénan feraient 314,0114055 x 6 + 314,0114055/12 x 3 = 1 962,571284375 mm (environ 77,27624 "). C'est la longueur donnée de la tige de fer dans le bureau de l'électeur palatin, dans le temps de Freherus, soit 6 x 1450 dixièmes de ligne, soit environ 327,095214 mm, soit 12,87776". Ceci est assimilé par Fréret au pied de Drusus, étant une sixième partie de la tige de fer de l'électeur palatin. C'est un peu plus court que prévu, mais encore une fois, toutes ses mesures du pied romain le sont aussi. Fréret travaille avec des lignes, et des dixièmes de ligne, du pied du roi qui existait en 1756, et avec une mesure du pied romain tirée du tombeau de Statilius. (voir Fréret p 490) Il considère différentes longueurs pour le pied drusien : si le pied romain de Statilius est de 1312 dixièmes [d'une ligne de pied] , le pied drusien sera de 1476 dixièmes, soit 36 dixièmes de plus que le pied de France". Soit en prenant 1296 1/3, qui est la mesure des trois pieds examinés par Luca Petto, le pied drusien vaut 1458 1/3, soit presque deux lignes de plus que le pied de Roi. Si une ligne valait 2,255829 mm, alors deux auraient été de 4,511658 mm. Un pied de roi aurait valu 1949,03631/6 = 324,839385 mm. Si cela correspondait à 144 lignes, 146 lignes auraient fait 329,35104312 mm.


Rijnlandse roede, Leiden, Wikimedia Commons

Le pied rhénan auquel Fréret fait référence est le Rijnlandse Roede, à Leiden, qui était autrefois l'ancien étalon d'unité de longueur pour l'Empire hollandais. La tige de métal mesure exactement 1 pied rhénan de long. Il a été précisément déterminé par Christiaan Huygens et Willebrord Snellius qui l'ont utilisé dans leur travail. Huygens a utilisé la tige dans ses horloges à pendule et Snell a exprimé avec ce pied le diamètre de la terre. Curieusement, le pied rhénan mesure 0,3140 mètre (divisé en 12 pouces rhénans). c'est proche de pi/10. Cependant, en 1807, de Gelder a mesuré la copie du pied de Rijnland à l'observatoire de Leiden et a obtenu une mesure de 0,3139465 m. C'est proche du pied prussien de 0,3138 mètre et du pied danois de 0,3139 mètre.

Peut-être n'y a-t-il aucun lien historique avec pi ou avec le mètre. Cependant, c'est une possibilité intéressante qu'une sorte de protomètre, bien avant la Révolution française, ait été utilisé comme base géométrique pour le pied rhénan. La connexion à la géométrie d'un cercle peut aussi s'expliquer simplement par le pied belge, qui mesure près d'un tiers de mètre moderne de longueur. Wim Verhart a proposé une bonne alternative à l'origine du pied rhénan :


Le pied suédois mesurait 0,2960 mètre. Multiplié par 1,5 on obtient 0,444 Divisé par la racine de 2 on obtient 0,313955 mètres. C'est même une meilleure approximation pour le Rends Vote de Leiden.

Il y a une certaine confusion dans les connexions historiques et géographiques. Les Belgae, bien qu'ils aient donné leur nom à la Belgique moderne, étaient des tribus vivant sur une vaste zone, dans ce qui est aujourd'hui le nord de la France, depuis la Seine jusqu'aux frontières avec la Germanie, depuis au moins le IIIe siècle av. Les Tungri semblent avoir été une tribu vivant dans cette partie belge de la Gaule à l'époque romaine, mais ils ont également été décrits par Tacite comme étant appelés les premiers "Germani". Toutes les tribus vivant à l'est du Rhin, jusque dans l'Allemagne moderne, portent également leur nom. Il semble donc que le pied belge ou tungri aurait pu être présent dans ce qui est aujourd'hui le nord de la France, la Belgique et l'Allemagne, et peut-être au-delà. En fait, le pied belge est très similaire en taille au pied nord ou saxon. Il est également possible que des tribus de Grande-Bretagne aient également été des Belgae, ou aient été conquises par eux, à la fin du VIe ou au début du Ve siècle av. Ceux connus sous le nom d'Iverni sont allés en Irlande, ce qui a donné le nom d'Hibernia, terre d'hiver. Dans l'histoire irlandaise écrite il y a longtemps, les Fir Bolg, fir signifiant homme, qui étaient responsables de la division de l'Irlande en cinq provinces. Le lien avec les Belgae est incertain, et il est dit assez clairement dans le Livre irlandais des invasions que la raison de ce nom, Bolg, était parce que ces hommes portaient des sacs, et aucune mention des Belges en tant que peuple n'est faite. (5) Les Fir Bolg sont peut-être venus de beaucoup plus loin, car l'une de leurs reines, Tailltiu, était la fille de Mag Mór, le roi d'Espagne, et ils avaient également un lien avec la Grèce. La tendance à considérer l'histoire pré-moderne comme largement sans voyage n'est corroborée ni par les faits ni par les mythes.


2. Le pied nord ou saxon, le pied babylonien et le pied de la vallée de l'Indus


Quel est donc ce pied saxon ou sumérien, que John Neal nous a mis en garde contre la confusion avec un pied belge ? Berriman donne la valeur du pied sumérien à 13,2 pouces, ce qui s'inscrit exactement 400 fois dans le mile impérial et 5/4 fois dans une tige ou un poteau de 16,5 pieds impériaux. Pour Neal, le pied belge est de 1,071428 pieds anglais et "se développe dans le pied drusien ou pied du Tungri. Détectable dans de nombreux monuments mégalithiques". Le pied sumérien mesure 1,097142 pieds anglais, soit 92,16 / 7 pouces, soit 12² x 4³ / 700 = 13,16571429 pouces. Neal ajoute qu'il s'agit "peut-être du module le plus dispersé de tous, enregistré dans toute l'Europe, l'Asie et l'Afrique du Nord, communément appelé pied saxon ou nord".


Jim Wakefield donne la même valeur de 13,2 pouces pour le "pied saxon ou drusien", assimilant le pied drusien au pied saxon, et non au pied belge, comme l'a fait Neal. Quel que soit le nom qui lui est donné, cette longueur de 13,2 "et ses variations entre environ 13,1 et 13,33 pouces, ont été importantes dans de nombreuses régions du monde. Skinner a également défini le pied saxon comme 13,2 pouces et pense que le pied est entré en Grande-Bretagne longtemps après la chute de l'Empire romain :


Le pied saxon est dérivé d'une mesure très ancienne et très répandue connue sous le nom de Coudée du Nord, une norme non sémitique variant entre 26" et 27" qui peut être tracée dans les travaux de construction, et comme mesures réelles de coudée en Mésopotamie et en Égypte depuis environ AVANT JC. 2000 et qui a toujours été associée à la mesure foncière. Cette coudée et sa moitié ou pied sont passés vers l'ouest en Europe avec les premières migrations de l'est des tribus teutoniques. En Colombie-Britannique 12, ce pied a été reconnu comme la norme pour la mesure des terres parmi les tribus de la Basse-Allemagne et sa longueur a été enregistrée par le général romain Drusus comme " 2 digiti plus long que le Pes romain " (pied), c'est-à-dire une longueur de 13-11" Après l'an 410 avec le départ des Romains et l'arrivée des Saxons, la coudée et le pied du Nord s'établirent en Angleterre dans les royaumes saxons à une valeur de 264" pour la coudée ou Ell comme mesure de tissu et un pied de 13 '2" pour la construction, et pour la mesure des terres pour leur système de labours " Open Field ", dans lequel les différentes " exploitations " étaient des bandes rectangulaires côte à côte, appelées " Roods " (1/4 acres). (11)

Jim Wakfield a écrit sur le pied saxon dans un article intitulé "Des Rollrights à Stonehenge" comme une mesure d'origine ancienne, comme le dit Skinner, mais qui se trouve en Grande-Bretagne bien avant les Romains. Cette unité a été trouvée en quantités significatives dans les cercles de pierre mégalithiques.




Il existe des preuves que le pied saxon de 13,2 pouces a été utilisé en Grande-Bretagne au néolithique, et bien que cela ne réfute pas la théorie selon laquelle il provenait du Moyen-Orient à l'origine, cela ouvre la question de l'origine.

Les variations de cette mesure telles que 13,2 et 13,125 pourraient simplement être le produit de différentes valeurs pi. 13,125 x 8/25 x 22/7 = 13,2 . 13.122 et 13.125 sont séparés par le rapport 4374/4375 (ragisma).

L'histoire des mesures nous permet de voir jusqu'où les gens ont voyagé. En effet, le pied nord ou saxon peut être considéré comme essentiellement le même que le pied sumérien. Ce point de vue est avancé par Berriman, qui donne au pied sumérien une valeur de 13,2 pouces ou 335 mm. La coudée sumérienne, 19,8 pouces ou 502 mm selon Berriman, est également un dixième de la tige ou perche anglaise de 16,5 pieds. C'est aussi la coudée juive sacrée qui intéressait Newton. Un dixième de 16,5 pieds (une rod) est également proche de 16 x π /100 mètres, soit 8/5 x π mètres.

Jim Alison considère le pied nord ou saxon, le pied babylonien et le pied de la vallée de l'Indus comme identiques.


Neil relie le pied grec aux mesures anglaises, avec une valeur de 1,028571 pieds. Cette valeur permet de faire une comparaison intéressante entre les pieds grecs et anglais : le pied grec est de 72/70 pieds anglais, soit 864/70 pouces, soit 25 920/2 100 pouces. et le pied anglais est de 72/72 pieds anglais. Berriman a une unité théorique de 1,296 pouces, dont dix font un pied assyrien. Le pied grec comme 72/70 pieds anglais fait aussi 1296/105 pouces, et le pied anglais 1296/108 pouces. Le pied assyrien est de 8/9 d'un remen de 14,58 pouces ou 0.370332 m, selon Berriman. Le pied grec est donc un remen de 14,58 pouces ou 0.370332 m multiplié par 800/945 , soit 1 000 pieds romains/égyptiens de 11,664 pouces ou 0.2962656 m, divisés par 945. Le pied anglais lui-même est le remen multiplié par 800/972, soit 1 000 pieds égyptiens/romains divisés par 972. Le pied de 18 doigts romains/égyptiens (appelons-le saxon, sumérien, nordique, belge, drusien, ou autre), est donc le pied grec multiplié par 945 x 18/16 000, ce qui donne une valeur de 13,122 pouces ou 0.3332988 m.

Neal décrit le pied grec comme "un module très largement utilisé enregistré dans toute l'Europe, il a survécu en Angleterre au moins jusqu'aux réformes d'Edouard Ier en 1305. C'est aussi la coudée juive à moitié sacrée sur laquelle Newton a réfléchi et Berriman l'a appelée coudée A . "La moitié de la coudée A de Berriman, que Berriman définit comme 2/π mètres, est de 12,53 pouces, ce qui est un peu plus court que 18 chiffres romains/égyptiens. Cette valeur de 12,53 pouces ou 0.31826 m se rapporte plus facilement à la coudée royale égyptienne qu'au doigt ou au remen. Une coudée royale égyptienne Neal / Michell de 20,618181818 pouces ou 0.5237018, étant un mètre x 2/10 x 55/144, donc cette coudée A est la coudée royale égyptienne multipliée par 55/144 x 10/2 x 1/π, ou plus simplement, par 25/6 x (55/144)² .


Flinders Petrie écrit que le pied belge ou drusien a été remplacé en Angleterre par le système impérial que nous avons aujourd'hui. Mais certains aspects de l'ancien système se sont perdus dans les unités plus grandes, liées à la mesure des terres. La rod, par exemple, mesure 16,5 pieds, ou 5,5 mètres, ou 198 pouces, qui sont en fait 15 pieds nord ou saxons. Et en effet 198 pouces / 15 = 13,2 pouces



3. Connexions métriques


Jim Wakefield décrit la tradition métrologique qui nous a donné le pied de 13,2 pouces ou 0.3352 m comme" un merveilleux système de mesures car il comprend un système métrique qui est presque le double du système métrique actuel mais réussit à incorporer magnifiquement le système métrique et impérial " Cela fait écho du point de vue de Flinders Petrie dans son article de l'Encyclopédie :

Il est remarquable de voir à quel point ce premier système décimal de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne est proche du double du système métrique décimal moderne. S'il n'avait pas été malheureusement chassé par le 12 pouces. pied, et réprimée par des statuts à la fois contre son yard et son mille, nous n'aurions besoin que d'un petit changement pour mettre nos mesures en accord avec le mètre.

Dans Carnac , The Alignments book (Vol 1), Howard Crowhurst dit à la page 15 que les pieds drusiens ou teutoniques "se sont avérés mesurer exactement 333 millimètres à partir du 13ème siècle". Il le mentionne dans le contexte de "la conversion exacte entre yards et mètres mégalithiques", 63 mètres étant 76 yards mégalithiques.


Mauss parle d'un pied perse de 330 mm (et un autre de 350 mm), et compare cela à la taille des tuiles trouvées dans le sud de la France à partir du Xe siècle qui mesurent 33 cm. Il suggère qu'une longueur similaire de 329,142 mm pourrait en fait être la moitié d'une coudée royale perse / assyrienne de 658,285 mm (c'est-à-dire 4 608 / 7 mm), soit 25,92 pouces. La coudée sacrée Newton est de 12 x 12 x 12 x 12 x 12 / 10 000 pouces. 25,92 correspond à 12 x 12 x 12 x 15 / 1 000 pouces.


Neal, à la page 292 de son Ancient Metrology, dans le chapitre intitulé "Chinese Metrology", donne quelques longueurs pour le pied "Suggérées par le Registre des Longueurs Cun", travaillant sur certaines mesures prises en millimètres. Il répertorie 250 mm comme équivalent aux 3/4 du pied sumérien. Cela semble signifier que pour Neal, le pied sumérien est un tiers de mètre antique. Neal termine son préambule du livre avec les mots « the damn metric system » ("le foutu système métrique"), et termine pourtant le livre en nous laissant en vouloir plus sur ces rapports au millimètre.


Jim Alison a avancé une valeur de 0,333 m pour la longueur du "pied babylonien, du pied de la vallée de l'Indus et de l'ancien pied nord, et deux pieds et demi de ces pieds pour la longueur du yard mégalithique". Jim Alison a avancé une valeur de 0,333 m pour la longueur du « pied babylonien, du pied de la vallée de l'Indus et de l'ancien pied nord, et deux pieds et demi de ces pieds pour la longueur de la cour mégalithique ». Jim Alison montre clairement les liens entre l'ancien système babylonien et le système métrique moderne :

Le pied babylonien contient 20 shusi, soit un tiers de mètre. La coudée babylonienne contient 30 shusi, ou un demi-mètre, et la double coudée contient 60 shusi, ou un mètre. Le poids de la mina babylonienne est de 500 grammes. Le poids du talent babylonien est de 60 mina et le poids du shekel babylonien est de 1/60ème de mina. L'inscription cunéiforme sur la pièce numéro 91148 du British Museum donne un poids de deux mina sous le règne de Shulgi (vers 2000 av. J.-C.). Ce poids est de 1000 grammes, soit 500 grammes par mina.10

Récemment, un article traitant d'intéressantes découvertes acrachologiques à Mâcon en France, par Daniel Barthèlemy et Stéphane Dubois, a confirmé ce lien entre un pied antique et le mètre. Il s'agit d'une règle en métal, de l'époque romaine, cassée à une extrémité, mais dont les inscriptions sont bien lisibles. Les auteurs de l'article pensent que c'est le pied de Hultsch. Son pied druisien est de 33,27 cm, soit au moins la moitié d'un. Un pouce d'un pied druisien de Hultsch mesurerait 2,77 cm. Le demi-pouce sur cette tige de métal mesure 1,39 cm, ce qui donnerait un pouce de 2,78 cm (ou 1,094488189").


Un chiffre de 0,72916667" multiplié par 1,5 donne 1,09375", soit 2,778125 cm. Serait-ce la valeur prévue, plutôt que 2,78 cm ? 12 de ces 'demi-pouces' de 1.09375" (ou 2.778125 cm modernes) donneraient 13.125", soit 33.3375 cm modernes, soit 100/3 'anciens' cm, à partir du mètre 39.375". Donc 36 pouces de Mâcon font 1 mètre ancien. 16 pouces de Mâcon donneraient 17,5" ou 44,45 cm, soit 400/9 cm anciens. 27 donnent 29,53125" ou 75,009375 cm, ou 75 cm anciens.

Et 9 donnerait 27 x 0,36458333" = 9,84375" = 25,003125 cm modernes = 25 cm "anciens" (cm du mètre 39,375"). Le pouce de 2,78 cm selon l'article pourrait peut-être être 2,778125 cm ou 2,77777 cm.


La règle de Mâcon a un demi-pouce qui mesure 1,39 cm selon les auteurs. Cela pourrait être compatible avec l'ancien mètre et avec le chiffre 0,729166667". Le pouce de Mâcon serait la moitié de 2,778125 cm, soit la moitié de 0,729166667" x 1,5. Donc un pouce Mâcon = 0,729166667" x 3/2.


Dans un article de blog sur GHMB (Graham Hancock Message Board), Jim Alison a observé que "Deux cinquièmes de pouce de Mâcon font 40/36 x 8 001/8 000 cm, ce qui suggère 1/10 000 000e de degré de latitude d'une circonférence de 1 575 000 000" ou 40 000 000 de mètres anciens. Pendant ce temps, 1/3 m, divisé par 12 = 2,777... cm pour le pouce, ou divisé par 2 = 1,3888... cm pour le demi-pouce. Si on corrige de l'erreur 5001/5000 au mètre, alors 1,3888... x 5001/5000 = 1,3891666... cm De toute façon, cette règle donne une valeur très proche de 1/3 m pour le pied Nord, donc par rapport à 40 000 000 m de circonférence polaire, cela donne 120 000 000 de pieds nord pour la circonférence polaire."



Deux des nombreuses nouvelles inférences faites sont d'un intérêt particulier pour cet essai. Le premier est le résultat d'une analyse statistique des différentes mesures recueillies, qui a montré qu'une unité de longueur de 0,665 m – ou deux d'entre elles faisant 1,33 m – aurait pu être utilisée. Ranieri pensait que cela avait probablement peu d'importance générale, mais ignorait évidemment que ces longueurs sont des multiples du pied drusien ou «nordique» de 0,333 m qui a survécu en Angleterre jusqu'à l'époque saxonne lorsqu'il était utilisé dans les dimensions de certains édifices religieux.
Il est intrigant que cette unité corresponde légèrement mieux aux dimensions « idéales » du rectangle de pierre de la station que ne le fait la yard mégalithique (voir le tableau en annexe). Les côtés du triangle Station Stones deviennent alors 100, 240 et 260 pieds drusiens. La deuxième nouvelle inférence était que le point sur l'axe principal du site, où il passe à travers l'espace entre la pierre du talon et son compagnon disparu sur son côté nord-ouest, semble être relié géométriquement au rectangle de la pierre de la station (Figure 3). Si la ligne entre les pierres 92 et 93 est considérée comme la base de deux triangles rectangles opposés - dont les côtés droits sont l'axe du site (Figure 3) et dont les sommets sont à la pointe de la pierre du talon que nous venons de mentionner - alors ceux-ci aussi sont dans les proportions de 5, 12 et 13. Ici, cependant, la yard mégalithique ne fonctionne pas (voir tableau en annexe) car deux côtés du triangle doivent être en fractions, à savoir 48, 115,2 et 124,8. En termes de pied drusien, cependant, ils sont 120, 288 et 312, ce qui soutient l'idée que c'était l'unité de mesure utilisée au début de Stonehenge.

Ce pied « druisien », de 0,333 mètre, s'intègre bien, comme le dit MacKie. La terminologie est un peu déroutante, car elle est proche d'un tiers de mètre ancien, ou 13,125". En quelques pintes sur Lundy, Neal, Michell et Heath sont arrivés à la conclusion qu'une "unité de deux pieds druisiens définit la station rectangle de pierre à Stonehenge, avec sa diagonale, comme 50:120:130, correspondant décimalement à la proportion 5:12:13. Les côtés courts deviennent 100 pieds druisiens de longueur."

La valeur de ce pied druisien est de 15/14e du pied anglais, puis converti en "Geographic" de "Root", donc multiplié par 3168/3125, ce qui donne 1,08617143 pieds, ce qui revient à 0,33107 mètres. (voir page 52, dans Lost Science) Ce n'est pas tout à fait le pied druisien de la table de MacKie de toute façon.


Si vous prenez les dimensions entre les pierres 91 et 92, données ici comme 34,17 mètres, convertissez-les en miles et multipliez par l'année lunaire en jours, et divisez par l'année solaire en jours, cela donne 206/10 000 miles. Le Mont Saint-Michel - Mont Saint-Michel est à 206,14 miles, centre à centre.


Jim Wakefield a observé :


Acre 43560 pieds impériaux au carré.
Acre 36000 pieds saxons au carré.
Pied saxon 13,2 pouces.
Connexion GP.
43560 - 36000 = 7560
cos 7560 = 1
Cos 756 = 0,809016994 X 2 = 1,618033989

Cela fait référence à une découverte de Derek Skane, que cos 756 est Phi.


Newton a écrit :

Les talmudistes écrivent que la hauteur des marches par lesquelles ils montaient à la cour intérieure était d'une demi-coudée, et leurs retraits d'une demi-coudée. Ils signifient lecoudée sacrée; et l'on voit que le calcul de Josèphe, relativement à la hauteur de ces marches, leur correspond. Maintenant Vitruve détermine que la hauteur des marches ne doit pas être supérieure à 10 Unciæ romains, et les rétractions pas moins de 18 Unciæ; quand, puisque les Juifs font la hauteur égale aux rétractions, il faut supposer qu'ils prenaient une proportion moyenne, et que la hauteur, ainsi que les rétractions, faisaient environ 12, ou tout au plus 13 unciæ romaines. La proportion médiane entre 10 et 18 est d'environ 13⁵/¹². Et je serais enclin à soutenir que cette hauteur n'a pas du tout été dépassée, de peur qu'il n'ait été difficile de monter les marches. La Coudée sacrée était donc inférieure à 27 Unciæ romaines, mais pas inférieure à 24 Unciæ, afin que les rétractions des marches ne soient pas trop diminuées.

(...)
La Coudée romaine se compose donc de 18 Unciæ, et la Coudée sacrée de 25³/⁵Unciæ du Pied romain ; et par conséquent ces coudées sont entre elles en nombres ronds comme 2 à 3 très proches. Et cette proportion est utilisée par Josèphe, compte tenu de la plus grande expédition dans le calcul de la masse des bâtiments. Pour écrire aux Romains (g)[7], il met partout trois coudées romaines pour environ deux coudées sacrées

Comme Newton le suggère 11,664 / 12 x 18 = 17,496 pouces, c'est la coudée romaine. Et la coudée sacrée alors 11,664 / 12 x 25 ³/⁵ = 24,8832. C'est surprenant car c'est 12⁵ / 10 000 pouces impériaux. Je ne sais pas pourquoi Newton ne le souligne pas, mais cela suggère que l'origine du pouce anglais ou impérial est liée à la coudée sacrée, a laquelle Newton se réfère.

Mais Neal suggère une autre valeur pour la coudée sacrée de Newton :

24,68568 pouces : Common Greek 1.028571ft - C'était un module très largement utilisé enregistré dans toute l'Europe, il a survécu en Angleterre au moins jusqu'aux réformes d'Edward I en 1305. C'est aussi la coudée juive à moitié sacrée sur laquelle Newton a réfléchi et Berriman l'a appelée coudée A .

De plus, je ne sais pas d'où il tire sa valeur pour la coudée A de Berriman, car dans son propre livre, Historical Metrology, Berriman dit qu'elle est de 25,06 pouces ou 636 mm, c'est-à-dire 2/π mètre.


1728 pouces / 140 = 123,42857

1,02857 × 12 = 12,38284

C'est le pied grec commun en pouces.

Multipliez par 2 : 24,68567 pouces, la coudée sacrée

Multiplier par 7 : 172,8= 12 x 12 x 12



1546 (openedition.org)




Notes


1. Flinders Petrie, M.W. 1911, "Weights and Measures", Encyclopædia Britannica 1911 Encyclopædia Britannica/Weights and Measures - Wikisource, the free online library

2. Ibid.

3. Ibid

4. Ibid

5. "Nommage -" La première question qui se pose est la signification du nom Fir Bolg. Nous pouvons écarter toutes les théories "belges" et similaires sans discussion. Nous n'avons pas besoin de perdre du temps sur les "sacs de terre" dont nous parlent les historiens. Kuno L'explication de Meyer (donnée pour la première fois, pour autant que je sache, dans ses Contributions à la lexicographie irlandaise s.v. "bolg") est de loin la plus raisonnable : que Fir Bolg = Fir I mBolgaib (une expression utilisée dans le poème n° XLIX quatrain 5) = bracati ou porteurs de culottes. Ainsi interprété, il devient un terme de mépris pour les "ordres inférieurs". "Maintenant, ils s'appelaient Fir Bolg à cause des sacs d'argile qu'ils avaient l'habitude de placer sur les dalles de roche nues ; et Fir Domnann à cause de l'approfondissement de l'argile sur les dalles de roche nues ; et Gaileoin à cause des javelots de blessure qu'ils avaient , alors qu'ils creusaient l'argile.Ou ils s'appelaient Fir Bolg parce qu'ils avaient obtenu en Grèce un territoire répugnant du roi des Grecs, plein de reptiles venimeux, et la protection contre les reptiles qu'ils fabriquaient était d'emporter avec eux de l'argile d'Irlande. dans des sacs: de sorte qu'ils étaient des Fir Bolg, des sacs d'argile qu'ils emportaient avec eux dans leurs canots. "C'est pourquoi on les appelle Fir Bolg, car ils emportaient avec eux de l'argile d'Irlande pour la vendre aux Grecs contre de l'or et de l'argent, afin de couvrir les villes. Car il y avait des serpents venimeux venimeux et des reptiles nuisibles dans ces villes. chez les Grecs; et c'est la vraie vérité de la raison pour laquelle ils sont appelés "Fir Bolg". "Les nombreuses explications du nom Fir Bolg montrent que l'expression avait cessé d'avoir un sens lorsque notre histoire a été compilée." (source : Macalister, LGE, Vol. 3, p. 147, 153, 179, 193 ; Vol. 4, p. 2, 17, 31, 85)", LEBOR GABÁLA ÉRENN Le Livre de la Prise de l'Irlande PARTIE VI Index O-P ÉDITÉ ET TRADUIT AVEC DES NOTES, ETC. PAR R. A. Stewart Macalister, D.Litt. Microsoft Word - LGE - O-P.doc (ucc.ie)

6. Neal, John, August 06, 2003, post on Graham Hancock Message Board,

7. Neal, John, July 2003, "Ancient measurement systems: Their fractional integration", Author of the Month on Graham Hancock website, Ancient Measurement Systems: Their fractional integration - Graham Hancock Official Website

8. Ibid

9. Fréret, M, 1756, Essai, sur les Mesures Longues des anciens, Histoire de l'Academie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres, depuis son establissement jusqu'à présent, avec les Mémoires de Littérature tires des registres de cette Académie, depuis son renouvellement jusqu'en MDCCX, Volume 24, l'Imprimerie Royale

10. Alison, Jim, 2023, Babylonian and Roman Lengths, Volumes and Weights C:\art\216art5.wpd (hiwaay.net)

11.F. G. Skinner. (1952). The English Yard and Pound Weight. Bulletin of the British Society for the History of Science, 1(7), 179–187. http://www.jstor.org/stable/4024847


Bibliographie


Alison, Jim, 2023, Babylonian and Roman Lengths, Volumes and Weights C:\art\216art5.wpd (hiwaay.net)


Fréret, M, 1756, Essai, sur les Mesures Longues des anciens, Histoire de l'Academie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres, depuis son establissement jusqu'à présent, avec les Mémoires de Littérature tires des registres de cette Académie, depuis son renouvellement jusqu'en MDCCX, Volume 24, l'Imprimerie Royale. Histoire de l'Academie Royale des Inscriptions et Belles-Lettres, depuis son ... - Google Books


LEBOR GABÁLA ÉRENN The Book of the Taking of Ireland PART VI Index O-P EDITED AND TRANSLATED WITH NOTES, ETC. BY R. A. Stewart Macalister, D.Litt. Microsoft Word - LGE - O-P.doc (ucc.ie)


Barthèlemy, Daniel and Dubois, Stéphane, 2007, Métrologie antique : Une tige métallique graduée découverte à Mâcon (Saône-et-Loire), Revue Archéologique de l'Est, tome 56. https://www.academia.edu/en/3768949/BARTHELEMY_D_DUBOIS_S_M%C3%A9trologie_antique_Une_tige_m%C3%A9tallique_gradu%C3%A9e_d%C3%A9couverte_%C3%A0_M%C3%A2con_Sa%C3%B4ne_et_Loire_2007


Berriman, Algernon Edward, 1953, Historical Metrology: A New Analysis of the Archaeological and the Historical Evidence Relating to Weights and Measures, Dent

Flinders Petrie, M.W. 1911, "Weights and Measures", Encyclopædia Britannica 1911 Encyclopædia Britannica/Weights and Measures - Wikisource, the free online library


Neal, John, August 06, 2003, post on Graham Hancock Message Board,


Neal, John, July 2003, "Ancient measurement systems: Their fractional integration", Author of the Month on Graham Hancock website, Ancient Measurement Systems: Their fractional integration - Graham Hancock Official Website


Newton. Isaac, 1737, A Dissertation upon the Sacred Cubit of the Jews and the Cubits of the several Nations, in John Greaves, Miscellaneous Works of Mr. John Greaves, Professor of Astronomy in the University of Oxford, vol. 2 (London: 1737), pp. 405-433.


Wakefield, Jim, From the Rollrights to Stonehenge



14 vues0 commentaire
bottom of page