top of page
Rechercher

68. Aperçu du rôle de la Lune dans les mesures et proportions de Gizeh

Dernière mise à jour : il y a 2 jours


Les pyramides de Gizeh, en Égypte, sont présentées sur cette image recadrée orthorectifiée photographiée par un membre de l'équipage de l'Expédition 32 sur la Station spatiale internationale. Date : 25 juillet 2012, Wikimedia Commons

Il a bien des niveaux de complexité à Gizeh. De nombreuses recherches étonnantes ont mis au jour des liens métrologiques et géométriques convaincants dans les dimensions des pyramides, et du plan général. Cet article est un aperçu des connexions lunaires dans la Grande Pyramide, des autres pyramides de Gizeh et de leur disposition à Gizeh. Le plateau de Gizeh a été mesuré avec précision et est évidemment l'œuvre d'architectes et de constructeurs sophistiqués.

Ici, les dimensions données par Flinders Petrie sont utilisées. Beaucoup des découvertes présentées ont été faites par Dennis Payne, son travail peut être consulté ici sur sa page Academia. Merci à Dennis de m'avoir laissé utiliser ses diagrammes ici.



Cycles et périodes lunaires codés


Les nombres suivants correspondent aux périodes lunaires, aux cycles et aux connexions avec l'année solaire que l'on trouve à Gizeh.


Numéros primaires


  • Nombre de jours dans une lunaison moyenne : 29,53059

  • Nombre de jours dans une année lunaire (12 lunaisons) 354,36708.

  • Nombre de jours dans un mois draconitique: 27,2122

  • Nombre de jours dans un mois sidéral lunaire: 27,32167

  • Nombre de jours dans une année draconitique: 346,620075883

  • Période de rotation sidérale de la Lune en jours : 27,321661

  • Nombre de mois lunaires dans un cycle métonique de 19 ans : 235

  • Nombre de mois lunaires dans un cycle vénusien de 8 années solaires : 98,946, près de 99

  • Nombre de lunaisons dans un cycle Saros de Halley: 223

  • Nombre de jours dans un cycle Saros de Le Gentil: 1296 (1)

  • Nombre de jours dans une année solaire multiplié par le nombre de jours dans une année lunaire / 100 : 1294,298

  • Nombre possible de lunaisons dans une année solaire : 12 ou 13

  • Nombre moyen de lunaisons par an : 12.3682662

  • Nombre moyen de lunaisons par an, approximé par : π x √3 x 100 / 44 = 12,36681

  • Différence en jours entre les années solaires et lunaires : 10,875119

  • Nombre de lunaisons dans un cycle égyptien de 25 ans de 365 jours : 309

  • Nombre de jours dans ce cycle de 25 ans : 9125

  • 309 + 309 = 618, approximativement égal à 1000 phi (Guyla Priskin)

  • Nombre de jours en une semaine : 7

  • Nombre de semaines en un mois : 4 (plus 1 jour restant)

  • Nombre de lunaisons sur une période de 600 ans : 7 420,9597

  • Nombre de jours en cycle d'apogée lunaire (Le Gentil) : 248 (2)

  • Rayon équatorial de la lune en milles anglais: 1080

  • Nombre moyen de mois par année civile hébraïque traditionnelle = 235/19, donc le nombre d'années dans le cycle de répétition des moments molad = 25 920 / (235/19) = 2 095+31/47 ans. Tous les 18 mois, le moment molad est exact à la minute près. Tous les 1080 mois ou 87+7/22 ans, le moment molad est exact à l'heure près avec zéro minute et zéro partie restante. (3)

  • Nombre de mois dans le cycle molad complet du calendrier hébreu : 25 920 (4)

  • Nombre de parties (chalakim) en une heure dans le calendrier hébreu : 108 (5)

  • Nombre de chalakim par jour de 24 heures : 2592

  • Nombre d'années dans le cycle perse ancien : 1440. (13)

  • Nombre d'années dans les cycles antiques tartares mentionnés par Jean-Sylvain Bailly dans son Histoire de l'Astronomie : 60, 180 & 10 000. (14)


Numéros secondaires


  • Pi lunaire et 864. Une lunaison peut être liée à ce nombre associé au soleil, avec pi comme 22/7, et la différence de jours entre une année solaire et lunaire, 10,875119. Pi lunaire : 29,53059 x 1000 / (10,87512 x 864) = 3,142855

  • Pi lunaire 2: 365,242199 x 254/ ( 29,53059 x 10 000) = 3,1415396. En effet, 2,54 cm équivaut à 1 pouce et le nombre moyen de lunaisons dans une année solaire (365,242199 / 29,53059 = 12,368266), s'il est pris comme mesure en pouces, est équivalent a 0,31415396 mètres.

  • Pi lunaire 3 : 12,36681 x 44 / (√3 x 100) = 3,141591676, avec 12,36681 comme nombre moyen de mois lunaires dans une année de 365,242199 jours. Le rapport année solaire / mois lunaire est en effet très proche de π x √3 x 100 / 44. = 12,36681, et 365,242199 / 29,53059 = 12,368266. Pi, la racine carrée de 3 et 440 sont tous des nombres importants dans la Grande Pyramide.

  • Pi métonique 2 : 365,242199 x 19 / 47² = 3,1415128

  • Pi métonique 3 : 29,53059² x 25 / (19 x 365,242199) = 3,1415915

  • Phi héliolunaire : 76/47 = 1,61702127 et 29,53059 x 20/365,242199 = 1,6170415

  • Racine carée de 2 lunaire: (47 x 8)² / 10 000 = 1,41376, ou (5/(4 x 47))² x 2000 = 1,414667. Et 1,41376 x 10 000 π x /(47 x 32) = 29,53097. Ou avec pi métonique, le résultat est 29,53022.

  • 47 : Un nombre associé aux cycles lunaires exprimé par la géométrie, trouvé par Jim Wakefield et Dennis Payne. (Voir image ci-dessous)

  • 600 ans fournissent également un lien intéressant avec une lunaison et pi : 600 x 365,242199 = 12 x 29,53059² x π x 20 / 3

  • Racine carrée de 3 lunaire : 29,53059² x π x 40 /( 3 x 365,242199 x 346,62) = 1,73121

  • Trois cycles orbitaux lunaires complets (ou transits devant la même étoile) en jours: 3 x 27,32167 = 81,96501, ou 82 (8)

  • 1 période sidérale lunaire multipliée par 366 : 9999,73122, arrondi à 82 x 366 / 3 = 10 004 (9)


   





Unités utilisées :


  • Pouce anglais : un pouce représente généralement un jour. Il est possible que le pouce utilisé à Gizeh, s'il était utilisé à Gizeh, soit légèrement différent du pouce moderne. Ce ne serait pas surprenant, si on se souvient que même au cours du siècle dernier, le pouce a été légèrement modifié. Il est donc logique qu'au fil des siècles, il puisse y avoir un léger écart avec la valeur actuelle. Le pouce moderne est en fait légèrement différent du pouce utilisé par Flinders Petrie dans son travail sur Gizeh. Dans un article de 1911, Flinders Petrie donne la valeur du mètre en pouces de l'époque, comme 39,370113 pouces, en Grande-Bretagne, et comme 39,37 pouces dans la mesure du jour aux États-Unis, conformément à la loi de 1897 sur les poids et mesures. En 1928, dans un article anglais intitulé « A New Determination of the Ratio of the Imperial Standard Yard to the International Prototype Metre », par J.E. Sears, W.H. Johnson et H.L.P. Jolly, le mètre est défini comme 39,370147 pouces. En 1930, la British Standards Institution définissait un pouce comme étant 25,4 mm, basé sur le mètre, donc un mètre valait 39,3700787402 pouces. Le Congrès scientifique du Commonwealth confirme en1946 que le mètre est 1,7 millionième de pouce plus long que l'ancien pouce impérial et 2 millionièmes de pouce plus court que l'ancien pouce américain. Le pouce international est exactement de 25,4 mm depuis juillet 1959 et depuis lors, le yard international est de 0,9144 mètre. Le pouce américain a été modifié de 2 millionièmes de pouce et le pouce britannique de 1,7 millionième de pouce, de sorte que le nouveau pouce international se situe à mi-chemin entre l'ancien pouce britannique et américain. La différence en pouces proposée ici est de l'ordre de 1,0001766, ce qui semble aligner les cycles astronomiques mesurés en jours avec les mesures en pouces.

  • Coudées royales égyptiennes : les valeurs varient de 0.523875 m, 0.5237226 m, 0.523702 m, et 0.5235956 m, mesures équivalentes à 20,625 pouces, 20,619 pouces, 20,6181818 pouces et 20,614 pouces. Lorsqu'elles sont converties en pouces, ces coudées prennent sens en relation avec les cycles du soleil et de la lune. Par exemple 20 x 365,242199 / 354,36708 = 20,613777. Ou par exemple, 990 lunaisons sont à peu près équivalentes à 80 ans, et 48 lunaisons multipliées par le rapport entre les années solaires et lunaires, puis 20, font approximativement 990 lunaisons, et 990 divisé par 48 fait 20,625. Ces 48 lunaisons concilient également 80 années solaires avec 20 fois le rapport entre les années lunaire et solaire. Donc 20,625 x 365,242199 x 80 / (990 x 29,53059) = 20,613777. La coudée de 20,6193 pouces est ce qu'on obtient lorsque on divise la largeur du rectangle de Gizeh, mesurée par Flinders Petrie, 29 227,2 pouces, par 48 lunations. Une coudée de 20,625 pouces se rapporte au mètre par Phi et 2, de sorte qu'avec 39,375 pouces pour le mètre, 39,375 x 2/10 x 55/21 = 20,625.

  • Une note sur le pouce anglais à Gizeh. Si on multiplie la coudée de 20,6193 pouces par 1,0002766, le résultat est 20,625. De même, lorsque l'on divise le nombre astronomique réel de jours pour 990 lunaisons, 29,53059 x 990, par la largeur du rectangle qu'il représente probablement, nous obtenons presque le même rapport : 1,000276595. Cela suggère que le pouce utilisé à Gizeh peut être lu un peu plus facilement en termes de cycles astronomiques si l'on multiplie les mesures au sol par 1,0002766, ou si on multiplie le nombre astronomique de jours par ce nombre. Peut-être que ce rapport représente la différence entre le pouce anglais moderne et un pouce plus ancien utilisé à Gizeh, et peut également prendre en compte toute différence dans la longueur réelle ou mesurée des cycles lunaire, solaire et autres au moment de la conception initiale des pyramides..

  • Le mètre: en pouces, le mètre se rapporte aux cycles du soleil et de la lune, 39,3700787402 x pi / 10 étant égal au nombre moyen de lunaisons dans une année. Le mètre en pouces, 39,3700787402, multiplié par 76 x pi / 200 est très proche de 47. Le mètre en pouces est très proche du nombre de jours dans une lunaison multiplié par 4/3, cette fraction reliant la période de 60 ans Chaldéenne / Babylonienne avec la période de 80 ans, soit 20 périodes olympiques de 4 ans, ou10 cycles de Vénus. 600 ans correspondent à 7420,9557 lunaisons, soit près de 7421, et 80 ans correspondent à 989,461 lunaisons, soit près de 99. Le nombre 254 est lunaire, parce que dans un cycle métonique de 235 lunaisons, soit 19 ans, il y a aussi, environ, 254 mois sidéraux de 27,321 jours.

  • Coudées royales égyptiennes: cet article utilise les valuers en pouces anglais. Les coudées utilisées varient entre 20,625 pouces, 20,6181818 pouces et 20,614 pouces. 20,625 pouces équivaut à environ 0,52325 mètres.. 20,6181818 pouces équivaut à environ 0,52308 mètres, et 20,614 pouces équivaut à environ 0,52299 mètres.

  • Pied romain : comme 11,664 pouces, ou 459.2126 m.

  • Yard mégalithique, 32,64 pouces. Le yard mégalithique de Gizeh relie l'année solaire, le cycle de 8 ans de Vénus et l'année draconitique, comme 8 x 10 000 / (346,6201 x 5 x √2) = 32,6401, ce qui est le nombre de pouces dans un yard mégalithique. Cela peut également être lié à l'une des interprétations de Richard et Robin Heath, selon laquelle le yard mégalithique exprimé en pouces, est 3 fois la différence entre l'année solaire et l'année lunaire. (365.242199 - 354.354.36708) x 3 = 32,625357 pouces. (8)



Analyse du site de Gizeh


1. La Grande Pyramide (intérieur)


  • Dennis Payne, en utilisant les chiffres de Piazzi Smyth pour la hauteur des blocs muraux de 47, a établi le lien avec la lune. Le nombre 47 est lié au nombre de jours dans une lunaison et pi. Voir son schéma ci-dessous.


  

2. La Grande Pyramide (extérieur)


Hauteur de la Grande Pyramide en pouces 5776,0 ± 7,0

Grande Pyramide, côtés " Case Plane Sides" en pouces 9001.5

Côtés socles en pouces 9125.9

Côté moyen de "de la base originale de l'enveloppe de la Grande Pyramide sur la plateforme" en pouces 9068.8 (7)


Les principales dimensions de l'extérieur de la pyramide peuvent être comprises comme l'expression du rapport entre l'année solaire et lunaire, en pouces, ou bien comme dérivées d'environ 10 000 pouces anglais, puis, dans les deux cas, divisées par la racine carrée de trois, multipliées par par pi, Phi, etc.


1. La hauteur


  • La hauteur est donnée à 5 776 pouces par Flinders Petrie, et cela pourrait être interprété comme √(365,242199 / 354,36708 x 20 000 000 x Phi) = 5 775,267 pouces anglais, impliquant les années solaires et lunaires en jours et le nombre d'or, 1,61803.

  • Ou cela peut être interprété comme 10 000 / √3 = 5773,50269 pouces anglais. L'astronome Jean-Syllvain Bailly parle d'un cycle ancien de 10 000 ans, utilisé par les Tartares, qui était utilisé en combinaison avec des cycles de 60 et 180 ans (14). Alternativement, un nombre juste au-dessus ou en dessous de 10 000 produit également une hauteur dans la marge d'erreur de Flinders Petrie. Comme l'expliquent Robin et Richard Heath dans leur travail sur Le Ménec en France, 10 004 équivaut à 27,3333 x 366, soit une période sidérale arrondie multipliée par 366. Ou plus précisément 27,32167 x 366 équivaut à 9 999,73. Au Ménec, écrivent Richard et Robin Heath "une longueur de 10 000 pouces a été délibérément générée au Menec comme périmètre de la forme distinctive de l'œuf du Menec", ajoutant "il y a presque exactement 10 000 chronons dans la période orbitale lunaire moyenne". (9) Le même système aurait pu être utilisé à Gizeh, et l'utilisation du pouce jour, et même du yard mégalithique, suggère certainement des liens étroits avec le monde mégalithique en France et au Royaume-Uni.

  • Dennis Payne a fait le lien entre l'année draconique et la hauteur de la Grande Pyramide via le nombre 100/6. Cela peut fournir une explication du lien avec la racine carrée de trois, car cela peut être un moyen de interpréter géométriquement l'année draconitique. La diagonale spatiale d'un cube (la ligne reliant deux coins opposés d'un cube) et la hauteur d'un triangle équilatéral sont toutes deux de √3 unités, lorsque les côtés sont de 1 unité. Il y a 346,6201 jours dans une année draconique, et 346,6201 x 100/6 = 5777,001667. C'est très proche de 10 000 / √3, et en effet 5777,001667 x √3 vaut 10 006,0604. En pouces, 5 777 se situe dans la marge d’erreur de Flinders Petrie pour la hauteur de la Grande Pyramide. De plus, 5 années draconitiques en jours valent 1 733,1005, ce qui, divisé par 1 000, est proche de √3.


2. La pente


La hauteur et la pente sont en rapport √Phi. La pente de la pyramide devient alors √(365,242199 / 354,36708 x 20 000 000 x Phi²) = 7 346,26086 pouces.

Ou 10 000 x √(1,61803 / 3) = 7343,9998 pouces.


3. La base


  • La hauteur et la base sont dans le rapport pi/2, donc la base devient √(365,242199 / 354,36708 x 10 000 000 x Phi x π). Le rapport entre une année solaire et une année lunaire que l'on peut trouver dans la coudée de 20,613777704 pouces revient ici, et fait peut-être référence aux valeurs solaires et lunaires trouvées dans le rectangle de Gizeh lui-même. (365,242199/(29,53059 x 12) x 20 = 20,61377705)

  • Ou cela peut être interprété, en pouces, comme 5 000  π / √3 = 9068,9968. La fraction π /  √3 peut être considérée comme lunaire car elle relie les principaux cycles temporels lunaires et solaires, sous forme de périodes en jours (voir ci-dessous).




  • Le grand rectangle de Gizeh, englobant les coins extérieurs de la Grande et de la troisième pyramide, a une largeur proche de 2/3 x π / (29,53059 x 4)² pouces et une longueur proche de 2 π / (√3 x 3) x 29,53059 x 1 000 pouces, et multiplié par 30 / 29,53059, donne le périmètre de la Grande Pyramide, ce qui équivaut presque à multiplier la longueur par 254 / 1000 (rapport entre mètre et pouce anglais) pour obtenir un côté de la Grande Pyramide.

  • Une autre façon d'interpréter le côté de la Grande Pyramide est alors 3 000 / 4 x 365,242199 x 346,62 / (354,36708 x 29,53059) = 9073,5666 pouces, bien que ce soit un peu grand.Le côté est également proche de 365,25² x √3 x π x 15 00 000 / (108 x 432 x 29,53059³) x 1,0002766 = 9065,222

  • Une autre interprétation du côté de base est avec une valeur de 9067,5311 pouces, équivalent à 365,242199 x 12 x 223 x 29,53059 x π / 10 000. Cela donne 223, le nombre de lunaisons dans un cycle Saros (Saros de Halley, de 223 lunaisons).

  • Une autre interprétation est la suivante : la période de 600 ans connue des Chaldéens et des anciens brahmanes est de 7420,9597 lunaisons de 29,53059 jours. Donc, environ, 7421 x 29,53059 = 600 x 365,242199. Les 7421 jours, multipliés par 11/9, donnent 9070. En pouces, 7421 x 11/9 = 9070,1111, ou 11/9 x 7420,9597 = 9070,06, très proche du côté de base de 9068,8 pouces. La fraction 11/9 peut également être observée dans le rapport entre la largeur et la longueur du grand rectangle de Gizeh. Base = 7421 x 11/9 = 9070,111 pouces. Comme nous le verrons, la largeur de ce rectangle en mètres est également proche de 742,1 (ou de 7 420.9597 x 1.0002766 / 10 = 742.3012 m, avec le coefficient 1.0002766 pour ramener les valeurs astronomiques aux mesures de Flinders Petrie).




  •    Avec le côté moyen de la Grande Pyramide de 5 000 π / √3 pouces, et le périmètre de la Grande Pyramide de 20 000 π / √3 pouces, on peut arriver à un nombre proche du nombre de jours d'une lunaison avec pi , la racine carrée de 2 et 47. En prenant une valeur légèrement réduite pour le côté de la base moyenne, à 9 065,9713 pouces, la diagonale de la base carrée est de 12 821,218 pouces. Cela équivaut à 47 x 2 unités de 136,39595 pouces, ou 47 x 2 x 29,53059 x √3/3 x 8 pouces. La circonférence du cercle dessiné avec un rayon de 47 x 2 x 29,53059 x √3/3 x 8 pouces est de 29,53059² x √3/3 x 80 pouces (en utilisant 29,53059 x 5/47 pour pi). Le côté de base de 9065,97 pouces peut être considéré comme 47 x 2 x 29,53059 x 8/3 x √3/√2 pouces. Diviser le rayon de n'importe quel cercle en 47 unités permet toujours d'exprimer dix lunaisons dans la circonférence, dans cette même unité, et le nombre de jours d'un cycle métonique dans la zone, dans cette unité, au carré. Cela fonctionne parce que pi marche avec le nombre 47 pour produire le nombre de jours à la fois dans une lunaison et dans un cycle métonique, et une approximation de pi en termes métoniques est 365,242199 x 19 / 47², avec une précision d'environ 99,99746 %. Le nombre 19 est le nombre d'années dans un cycle métonique, et le nombre 47 multiplié par 5 est le nombre de lunaisons dans un cycle métonique.

 


  • Une autre interprétation pour le côté base implique la période orbitale de Mars en jours et la lunaison, également en jours. La période orbitale synodique de Mars est de 779,94 jours (près de 780). Avec 779,94 / 10, on obtient 779,94 / 10 x 29,53059 = 230,32088, qui est la valeur du côté de base en mètres, équivalente à 9067,75132. Ou en arrondissant la période de Mars, nous obtenons 780 / 10 x 29,53059 = 230,3386 pour la mesure en mètres, ce qui équivaut à 9068,4489 pouces. Le mètre semble exprimer les cycles lunaires en conjonction avec d'autres cycles, comme Mars, ici, ou dans le grand rectangle de Gizeh, Vénus. La période orbitale sidérale de Mars est de 686,980 jours. Si nous prenons 9068,4489 pouces pour le côté de base de Gizeh, cela fait 13,2 x 687, soit 687 pieds saxons. Nous pouvons donc considérer le rapport entre le mètre et le pied saxon en termes de Mars et de la Lune, à environ 687 x 29,53059 x 100/780.

  • Une autre interprétation est celle du pied persan/assyrien de 12,96 pouces, soit 12 x 12 x 16 / 7 000 mètres de 39,375 pouces. Il existe un cycle solaire lunaire de 1296 jours, issu des traditions chaldéenne et indienne, décrit par Le Gentil, qu'il appelle « Saros » (pas le même que le Saros de Halley, qui est ce que nous entendons aujourd'hui par Saros), soit 3,6 années de 360 jours. (Voir ses Voyages dans les Mers de L'Inde Tome 1 p 339). La base de Gizeh mesure 700 pieds persans / assyriens.

  • Le nombre de lunaisons en une année, en moyenne, peut être approximé par cette fraction : π x √3 x 100 / 44 = 12,36681. De sorte que même pi et la racine carrée de trois peuvent être considérés comme lunaires. Les 440 coudées présentes dans la base moyenne de la Grande Pyramide peuvent également être liées à cette équation. Et le côté moyen de la base de la Grande Pyramide peut être compris comme π x √3 x 10 000 / 6 = 9068,9968 pouces. Si le côté de base est π x √3 x 10 000 / 6 pouces, le nombre moyen de mois lunaires par an peut être compris comme le côté de base en pouces x 6 / 4400 = 12,36681. De cette façon, 440 peut être compris comme un nombre lunaire, et 44 années lunaires correspondent également à environ 45 années draconiques. Le côté mesure également 365,242199 / 29,53059 x 10/6 x 440 = 9070,0619 pouces.

  • Le côté et la hauteur peuvent être liés au nombre moyen de lunaisons par an. Si 12,368266 x 4400 / 3 π = 5774,18074, est la hauteur de la grande pyramide en pouces, le côté est alors de 12,368266 x 2200 / 3 pouces, ou 300π / (√3 x 44) pouces.

  • Il y a 235 lunaisons dans une période métonique, et aussi 254 mois sidéraux. Le côté de la Grande Pyramide peut être interprété comme 254 × 29,53059 × 2π /(3 x √3 ) = 9 069,9277 pouces. La hauteur est alors de 254 / √3 x 29,53059 x 4/3 pouces, et comme 4/3 x 29,53059 pouces est proche d'un mètre, on peut aussi dire qu'elle fait 254 / √3 = 146,6470 mètres de hauteur. 10 000/254 pouces font un metre. 254 x 29.53059 x 4/3 = 10 001.0265

  • Dennis Payne a découvert que le nombre de jours d'une lunaison peut être obtenu simplement en multipliant le côté, la diagonale de base, la pente, la crête et la hauteur ensemble, et en divisant par 144 x 10⁸ , tout cela en pouces.

  • Dennis Payne a trouvé des connexions lunaires avec la hauteur et le côté de la Grande Pyramide, multipliés ensemble, puis divisés par la racine carrée de pi et 10⁶. Cela fonctionne également avec le pi de la calculatrice au lieu de 22 / 7 et avec des mesures légèrement différentes, par exemple 5772 et 9068,193.



  • Une autre connexion possible implique un triangle équilatéral, avec des côtés égaux au côté de la base de la grande pyramide, comme approximativement 9069 ou 9070 pouces, et un lien possible avec Phi au carré et le mois draconitique, et la racine carrée de trois, donc le côté est de 2.61803 x 2 x √3 x 1 000 = 9069.1220 pouces:

  • La valeur du grand rayon, ici en pouces, 5236, est équivalente à la valeur d'une coudée royale égyptienne en mètre.

  • Jusqu’à présent, seul le côté de 9068.8 pouces a été pris en compte. Mais le périmètre extérieur, longeant les côtés avec les socles, est de 4 x 9 125,9 pouces. Le côté moyen de 9125,9 correspond au nombre de jours dans un cycle de 25 ans, avec 365 jours par an, soit approximativement l'équivalent de 309 lunaisons. 365 x 25 équivaut à 9 125. Quatre fois ce cycle de 25 ans dure 36 500 jours. ce qui fait également presque exactement 1236 lunaisons. Il s'agit de 2 x 618, ce qui offre une connexion à phi, comme l'a observé Gulya Priskin. Le périmètre de base équivaut donc à 100 ans de 365 jours, soit environ 2 000 x lunaisons phi. Ici la valeur en pouces correspond a la valeur astronomique.


2. La deuxième pyramide


  • Un côté de la deuxième pyramide peut être interprété comme 411 coudées, 411 étant un cycle lunaire en jours. Le cycle de la pleine lune, le temps qu'il faut au soleil, vu de la Terre, pour effectuer une révolution par rapport au périgée de l'orbite de la lune, est de 411,784 430 29 jours. Nous pouvons considérer le côté comme 20 x 365,242199 / 354036708 x 411 = 8472,2624 pouces, ce qui, multiplié par 1,0002766, donne 8474,6058 pouces.

  • Ou alors 223 x 38 = 8 474 pouces, 223 étant le nombre de lunaisons dans une période Saros (Halley) et 38 étant lié à la période métonique, puisque 365,242199 x 38 / 470 donne approximativement le nombre de jours dans une lunaison.

  • Ou comme 100 x π x 29,53059 x 223 / (47 x 3 x √3) = 8471,2426 pouces, multiplié par 1,0002766, cela fait 8 473,5858 pouces, ce qui est très proche de la mesure de Flinders Petrie. 223 x 29,53059 jours est le nombre de jours d'une période Saros (Halley). Ce qui signifie que le côté de la deuxième pyramide en pouces peut être multiplié par 47 x 3 x √3 / (100π) pour obtenir la période Saros en jours.

  • La hauteur et la base peuvent être reliées numériquement au nombre moyen de lunaisons par an. 12,368266 x 440 x 14 / 9 = 8465,39095 , proche de la base de la deuxieme en pouces.

  • Le côté peut être exprimé en pouces sous la forme 14 000 π / (3 x √3).

  • Ou comme 100 x π x 29,53059 x 223 / (47 x 3 x √3) = 8471,2426 pouces, multiplié par 1,0002766, cela fait 8 473,5858 pouces, ce qui est très proche de la mesure de Flinders Petrie. 223 x 29,53059 jours est le nombre de jours d'une période Saros (Halley). Ce qui signifie que le côté base de la deuxième pyramide en pouces peut être multiplié par 47 x 3 x √3 / (100π) pour obtenir la période Saros en jours.

  • Une autre interprétation est 346,62 x 365 x 223 x 100 / (354,36708 x 47 x 20) x 1,0002766 = 8472,0836.

  • Ou 346,62 x 365,242199 x 223 x 10 / (354,36708 x 47 x 2) = 8475,3610., ce qui multiplié par 1,0002766 donne 8477,7053. Comme 29,53059 x 47 équivaut approximativement à 3,8 x 365,242199, le côté vaut également 346,62 x 223 x 10 / (24 x 3,8) = 8475,467, soit avec le facteur 1,0002766, 8477,8113.. Il est également proche de 223 x 38 = 8474. , et à 223 x 29,53059 x 470 / 365,242199, combinant les nombres Métoniques et du cycle Saros (Halley), car il y a 223 lunaisons dans une période Saros, et le rapport entre l'année de 365,242199 jours et une lunaison dans une période Métonique est proche de 470 / 38.

  • Dennis Payne a découvert que deux côtés de la base, ajoutés à la diagonale de la base, peuvent être interprétés comme une année divisée par 800 exprimée en miles. Deuxième pyramide moyenne côté base 8474.9.

  • Deux côtés et la diagonale se combinent pour mesurer 8 474,9 x 2 + 8 474,9 x √2 = 28 935,11852 pouces. Et 365,242199 x 5280 x 12/800 = 28 927,1822. Le rapport entre 28 935,11852 et 28 927,1822 est de 1,000274356, très proche du coefficient utilisé plus largement dans cette étude, de 1,0002766, dérivé du rapport entre les nombres lunaires associés au grand rectangle de Gizeh et la mesure en pouces qui s'y trouve.

  • Le côté de la deuxième pyramide équivaut également à 365,242199² x 100 / (√2 x 354,36708 x π) = 8473,1272, qui peut également être multiplié par 1,0002766, pour obtenir 8475,4709. Cela suggère que la diagonale de la deuxième pyramide, telle que 8473,1272 x √2 pouces, multipliée par pi, produit un cercle avec une circonférence équivalente à 37 645,1127 pouces, ou (10 x 365,242199²) / 354,36702 = 37 645,113 pouces. Le côté de la deuxième pyramide peut être interprété comme 354,36708 x 365,242199 / (40 x π x √2) pieds romains de 11,64 pouces. Ou comme 365,242199 x 10 / (π x 2√2) = 411,0419 coudées royales égyptiennes de 20,625 pouces, comme mentionné ci-dessus, faisant référence au cycle lunaire de 411 jours.

  • Il convient de souligner que, comme le fait remarquer Dennis, la hauteur de la Grande Pyramide est de 10 000 / √3 pouces, et la hauteur de la deuxième pyramide est de 4 000 x √2 pouces. Cette coïncidence suggère que le pouce a bien été utilisé. Cela suggère également que le rôle de ces nombres irrationnels était important pour les concepteurs de Gizeh. La troisième pyramide est d'environ Phi, et la hauteur multipliée par 1,61803 donne la base.

  • Dennis Payne a découvert un lien lunaire en pouces. Le diagramme ci-dessous montre le lien entre la pente, la crête et le mois lunaire. Les valeurs de la pente, de la crête et des pouces sont respectivement de 7 067 et 8 241,7 pouces. Lorsque ceux-ci sont additionnés puis divisés par 518,4, on obtient le nombre de jours d'une lunaison, 29,53059. Le nombre 5184 est connecté à des nombres importants tels que 108 et 12, soit 4 x 12 x 108, ainsi que 4 x 1296 et 2 x 2592. Il existe également un lien curieux entre le rayon polaire de la Terre (en miles) et le côté de la deuxième pyramide : 3949,903 x 12 / (1000 x 8474,8) = 29,53059.


  • Il existe également un lien avec l'année draconitique, trouvé par Dennis Payne : en pieds anglais, la hauteur de la deuxième pyramide équivaut à 5 années draconitiques en jours, un nombre également proche de la racine carrée de trois comme indiqué précédemment. Le nombre 1733.1, équivalent au nombre de jours dans 5 années draconiques, est également 5656.8384 x 10 / ( 12 x 2,72).

  • Une unité de 2,72 pieds est le yard mégalithique d'Alexander Thom, qui a déjà un lien avec un mois draconitique par son nombre de pieds anglais. Il y a 27,2122 jours dans un mois draconitique, et il ya 2.72 pieds anglais dans un yard megalithique; et une année draconitique compte 346,62 jours, et une demi-année draconitique compte 173,31 jours. La hauteur de la deuxième pyramide, à 5656,8384 pouces, équivaut à 173,31 yards mégalithiques, de sorte que l'on peut dire que la hauteur de la deuxième pyramide correspond assez précisément à une demi-année draconitique exprimée en yards mégalithiques.

  • La hauteur de la Grande Pyramide est proche de l'expression de l'année lunaire en yards mégalithiques, mais cela donnerait une hauteur légèrement au-delà de la marge d'erreur (7 pouces) donnée par Flinders Petrie pour la hauteur, si l'on utilisait un yard mégalithique de 2,72 pieds.


  • Un autre lien intéressant est lié à Vénus, découvert par Jim Wakefield. (6) La période orbitale sidérale est de 224 701 jours. Ce nombre multiplié par 12 et pi donne 8 471,0281, proche du côté en pouces. Vénus est pertinente ici car le cycle de 8 ans de Vénus correspond à l'année draconique de 346,6201 jours, via le yard mégalithique et la racine carrée de 2, et à 48 lunaisons, via la coudée royale égyptienne, dans le rectangle de Gizeh. Nous pouvons considérer le yard mégalithique comme reliant l'année solaire, le cycle de 8 ans de Vénus et l'année draconitique, comme 8 x 10 000 / (346,6201 x 5 x √2) = 32,6401, ce qui est le nombre de pouces dans un yard mégalithique.

  • 1733,1, le nombre de jours dans 5 années draconitiques est lié à la fois à la longueur et à la largeur du grand rectangle de Gizeh, qui englobe les coins extérieurs des trois pyramides principales de Gizeh. Si nous multiplions 1 733,1 par 2,72 x 12, puis par √2, nous obtenons 79,999,7759, ce qui équivaut à près de 80 000. Il y a 8 ans dans un cycle de Vénus, ce qui se reflète dans la largeur du grand rectangle de Gizeh, et en effet, si on multiplie 80 000 par 365,242199 / 1000, le résultat est très proche de la largeur de ce rectangle en pouces. Si cependant on calcule la hauteur de la deuxième pyramide en commençant par les 10 000 / √3 pouces, selon le schéma ci-dessous, la hauteur obtenue, multipliée par √2, est un peu supérieure à 8000, et alors c'est un peu trop grand multiplier par le nombre de jours dans une année et obtenir la largeur réelle du rectangle de Gizeh, d'un peu plus de 20 pouces. La longueur de ce rectangle est de 35 723,2 pouces, ce qui est proche de 1 733,1 x 20 x 365,242199 /354,36708 = 35 725,737 pouces. Le nombre 354,36708 est le nombre de jours dans 12 lunaisons, ou une année lunaire. Ainsi, multiplier la hauteur de la deuxième pyramide par la racine carrée de deux permet d'accéder à cette connexion avec les cycles de l'année draconitique et de Vénus, ainsi qu'au rapport entre les années solaires et lunaires, et de le faire géométriquement, à un niveau très élevé de précision.

  • Le lien entre les hauteurs des deux plus grandes pyramides intégre le cycle métonique de 223 mois lunaires et le nombre lunaire 47.

  • La période Métonique est liée à la période Saros, dans le côté de la deuxième pyramide, comme ci-dessous.



  • La deuxième pyramide est basée sur un triangle 3:4:5. Il s'agit d'une caractéristique importante du célèbre œuf lunaire de Carnac, étudié par Alexander Thom, ainsi que par Howard Crowhurst, Richard et Robin Heath, entre autres.


3. La Troisième Pyramide


Côté de la troisième pyramide en pouces :


  • 20,625 x 20,618181818 x 29,53059 x 180 /(12,368266 x 44) = 4153,62666. Les 20,625 pouces et 20,6181818 pouces représentent deux valeurs pour la coudée royale égyptienne, équivalentes respectivement à 0,523875 et 0,523702 m. Lorsque l’on multiplie ces deux valeurs en pouces, cela équivaut presque à 29,53059 x 144/10.

20,625 x 20,6181818 = 425,25

29,53059x144/10 = 425,240496

  • Le coté est interprété comme 29,53059² x 25920 / (12,368266 x 440) = 4153,5338 ou 29,53059² x 864 x √3 / 100 π = 4154,0215 (ou 29,53059² x 25 920 / (10 x √3x π) = 4154,0215 pouces)

  • La valeur en pouces est également interprétée comme 29,53059² x 2592 / (100 x √3 x π ) = 4154,0215 pouces.

  • ou 365,242199 x 346,62 x 29,53059 x 9 x 432 / (354,36708 x π² x 1 000) = 4153,0769 pouces.

  • ou 365,242199 x 346,62 x 29,53059 x 223 / (354,36708 x 18,02 x 10 x π) = 4155,7893 pouces. Le 223 est le nombre de lunaisons de la période Saros, correspondant à 18,02 ans. Une période de 223 lunaisons équivaut approximativement à 9 x 18,02 x 29,53059 x 432 / (100π) jours.


Hauteur de la troisième pyramide en pouces :


20,625 x 20,618181818 x 29,53059 x 180 /(12,368266 x 44 x 1,61803) = 2567,13638

  • ou 29,53059² x 25920 / (12,368266 x 440 x 1,61803) = 2567,0314

  • ou 29,53059² x 864 x √3 / (100 π x 1,61803) = 2567,3328

  • ou 94 mois sidéraux en jours, 94 x 27,32166 = 2568,23604, 94 étant 2 x 47.


Dennis Payne a découvert qu'en ajoutant deux côtés et la diagonale de base, le résultat est 480 x 29,53125. Ce nombre de mois lunaires se retrouve également dans la largeur du Grand Rectangle de Gizeh, en coudées. Un côté de la pyramide mesure également près de 346,62 pieds anglais, ce nombre représentant le nombre de jours dans une éclipse ou une année draconitique.

Dennis Payne a également établi un lien entre la longueur d'un cercle de latitude passant par la troisième pyramide et le diamètre polaire de la Lune.




4. La disposition de Gizeh : les rectangles


Deux rectangles lunaires définissent l’espace de Gizeh, et ils sont lunaires en vertu du nombre de pouces, metres et coudées, et dans leurs proportions.


Grand rectangle de Gizeh


 Si les trois plus grandes pyramides de Gizeh sont considérées dans un rectangle défini par leurs positions relatives, les dimensions de ce rectangle révèlent des nombres lunaires. Ce rectangle est positionné dans l'axe de l'axe nord-sud. Flinders Petrie donne 29 227,19982 pouces (W-E) et 35 713,2 pouces (N-S) comme dimensions. Cela pourrait être interprété comme suit :

  • La largeur ouest-est est de 29 227,2 pouces. Il existe un cycle ancien de 2922 jours selon Cléostrate de Ténédos. un cycle d'intercalation de huit ans, appelé octaeteris, pour maintenir les calendriers civils grecs (qui étaient de nature lunaire) en accord avec l'année solaire. Après 8 ans, la phase de la lune se produit le même jour de l'année plus un ou deux jours. Selon l'astronome du XVIIIe siècle Jean-Sylvain Bailly, Cléostrate aurait remarqué, au VIe siècle av. Grèce, que la révolution du soleil a dépassé les 12 tours de la lune de 11 ¹/⁴ jours. Cela implique une période de lunaison de 29,5 jours et une année solaire de 365,25 jours, et 8 de ces années font 2 922 jours. Comme 11 ¹/⁴ multiplié par 8 fait 90, cela équivaut à 3 mois lunaires de 30 jours. Cette période de 8 ans, soit 2922 jours, est donc apparue comme une manière de se réconcilier avec les 96 mois lunaires, alternant des mois de 29 et 30 jours, avec trois mois supplémentaires de 30 jours. Deux octaétéris sont un tétraétéris, et la moitié est la période olympique, dont les Grecs étaient friands car ils organisaient leurs jeux tous les quatre ans, comme nous le faisons aujourd'hui.

  • Avec la mesure de Flinders Petrie de 29 227,2 pouces pour la largeur, cela est très proche de 80 x 365,272199 jours, et également de 80 x 365,259636 jours, l'année tropicale moyenne et l'année anormale respectivement. C'est encore plus proche si l'on utilise le coefficient 1,0002766 pour multiplier le nombre de jours par, en supposant qu'un pouce lié au nôtre par ce nombre a été utilisé à Gizeh. En tant que cycle conçu pour réconcilier les modèles du soleil et de la lune, 80 ans est très bon, puisque 80 x 365,242199 / 990 = 29,51452, mais pas aussi exact que le cycle métonique, puisque 19 x 365,242199 / 235 = 29,53022.

  • Il peut cependant y avoir une autre raison pour laquelle les astronomes pourraient être intéressés par une période de 8 ou 80 ans, car elle coïncide avec un cycle de Vénus. De notre point de vue sur Terre, Vénus revient au même endroit dans notre ciel à peu près à la même date de l'année tous les 8 ans. Cela se produit parce que 13 orbites vénusiennes (13 x 224,8 jours) équivalent presque à huit années terrestres. Ainsi, avec un niveau de précision surprenant : 80 années solaires correspondent à 10 cycles de Vénus, soit 990 lunaisons. La largeur du grand rectangle de Gizeh peut donc être interprétée comme codant les cycles de la lune, du soleil et de Vénus, en pouces.

  • La largeur ouest-est peut également être considérée comme étant de 29,53059 x 12 x 4 x 20,619 = 29226,8 pouces, codant 4 années lunaires en coudées de 20,619 pouces. Nous avons vu que la largeur est compatible avec 80 années solaires, fournissant un lien avec le soleil et Vénus, et à 989,461298 lunaisons en pouces, 990 lunaisons en pouces équivalent à 48 lunaisons en coudées royales égyptiennes de 20,625, puisque 990/48 = 20,625.

  • Un autre cycle encore peut être joint à cette largeur : un cycle de 600 ans connu des Chaldéens et d'autres cultures anciennes. Dans ce cycle, les cycles de la lune et du soleil se réconcilient, comme dans le cycle métonique. 600 années de 365,242199 jours équivalent à 7 420,9597 lunaisons. Si un mètre est pris comme 29,53059 x 4/3 pouces, alors la largeur du grand rectangle de Gizeh équivaut à près de 7 420,9597/10 mètres. 600 x 365,242199/29,53059 x 29,53059 x 4/30 = 29 219,3759. Si nous multiplions cela par 1,0002766, nous obtenons 29 227,458 pouces, ce qui équivaut à 742,3774 mètres modernes.

  • Flinders Petrie estime que l'étendue nord-sud du site de Gizeh est de 35 713,2 pouces, mais il déclare : « Dans l'ensemble, compte tenu des différentes valeurs des données, – 5' 40" ± 10" peut être considéré comme une valeur de 35 713,2 pouces. déclaration sûre de l'emplacement suggéré du poteau, à l'époque des constructeurs de la Pyramide. (12) Pour lui, le site est orienté vers un point s'écartant du nord vrai de cette valeur, et c'est l'orientation qu'il a utilisée pour mesurer l'envergure nord-sud.

  • La longueur nord-sud du rectangle peut être comprise comme 1000 x √3 coudées de 20,61903 = 35 713,2, qui ont été trouvées dans la largeur, résultant de sa division par 48 et 29,53059. Cela signifie qu'à moins d'un pouce près, le rapport entre la largeur et la longueur de ce rectangle est de 48 x 29,53059 / (1000 x √3)

  • La longueur peut également être comprise en termes de 5 années draconitiques en coudées. Une année draconitique dure 346,620 jours, mais la coudée ici serait plus courte, à environ 20,6065 pouces. 5 années draconitiques font 1733,10038 jours, ce qui est très proche de √3x1000, et 4 années lunaires en jours sont raisonnablement proches de √2x1000 jours, et cela reflète l'opinion de John Legon selon laquelle ce rectangle a des côtés de √2 x √3. La longueur est également proche de 346,62 x 365,242199 x 100 / 354,36708 = 35 725,737, soit l'année draconitique multipliée par l'année solaire multipliée par 100 et divisée par l'année lunaire, exprimée en pouces. De la même manière, la largeur équivaut également à 5 années draconitiques multipliées par une année solaire multipliée par √2 et divisée par 1000, exprimée en mètres mégalithiques de 32,64 pouces. 5 x 346,62 x 365,242199 x √2 / 100 = 895,19896 MA.

  • Quel est le rapport entre la largeur et la longueur ? 35713,2 / 29227,199 = 1,2219166. Il y a cinq interprétations possibles ici, toutes avec un lien lunaire. C'est proche de 1 / (354,36708 x 5 x √2 x 32,64), 32,64 étant un yard mégalithique en pouces. Soit 346,6201 x 5 / (354,36708 x 4), le rapport entre 5 mois draconitiques et 4 années lunaires. Il est également proche de 1000 √3 / (29,53059 x 48) et de 11 / 9. Le lien lunaire avec le dernier et le plus simple rapport est qu'il y a 99 mois lunaires environ en 8 ans, un cycle de Vénus. De plus, si on divise le rayon équatorial de la Terre par le rayon équatorial de la Lune, puis par 6 pi, le résultat est proche de 11/9. Et la largeur équivaut également à la longueur multipliée par 365 / (2 x 223), 223 étant le nombre de lunaisons dans un cycle métonique de 19 ans.

  • Le périmètre du Grand Rectangle de Gizeh est 129,900.8 pouces, ou 3,299.48032m. La mesure en pouces est très proche de 1000 x √3 x 29,53059 x 7420,9597 / (8 x 365,242199) ou 1000 x √3 x 600/8, bien que cela dépende d'une largeur et une longueur légèrement trop longues. Il est néanmoins intéressant de voir le cycle de Vénus de 8 ans combiné avec la période chaldéenne de 600 ans. 7420,9597 est le nombre de lunaisons au cours de cette période. Le périmètre du grand rectangle de Gizeh est également proche de 3600 x 11/9 x 29,53059 pouces. La diagonale de ce rectangle, comme √(29227² + 35723,2²) = 46 155,9989 pouces, soit 7 x 223 x 29,53059, en référence aux 223 lunaisons d'une période Saros (de Halley).

  • Comme pour les hauteurs et les côtés des trois pyramides principales de Gizeh, la longueur et la largeur de ce rectangle peuvent également être liées au nombre de lunaisons par an, en pouces.

  • Si l'on remonte à la hauteur de la Grande Pyramide, pour arriver au Grand Rectangle de Gizeh on peut le faire en multipliant par 2π x 29,53059² x 48 / (30 x 1000 x √3), ou une forme plus simplifiée, on peut aussi multiplier par π² x 19 x 365,242199 x 128 / (10⁶ x √3). De cette façon, la largeur du grand rectangle de Gizeh peut être définie comme 10 000 x π² x 19 x 365,242199 x 128 / (10⁶ / 3) pouces. La période de 24 000 ans est donc également d'environ π² x 19 x 128 ans. La période de 80 ans est alors de 19 x 128 / 300 x π² ans.

  • La largeur du Grand Rectangle de Gizeh peut donc être rapportée à la période de 24 000 ans divisée par 300, en jours et en pouces, et à une période de 48 mois lunaires exprimés en coudées, ainsi qu'à 80 années solaires exprimées en pouces, soit également 10. Cycles de Vénus, ainsi qu'au nombre de lunaisons dans la période chaldéenne de 60 ans, exprimé en mètres. Nous pouvons également relier la largeur de ce rectangle à la période métonique en jours et en pouces, multipliée par π² x 128 / (10⁶ x √3). Curieusement, en pouces, π² x 128 / (10³ x √3) = 0,729372, ce qui est très proche de la longueur d'un doigt, de 0,729, 0,729166667 ou 0,73333 pouces. Ainsi, la largeur du rectangle de Gizeh est également le cycle métonique en jours exprimé en doigts (donc 365,242199 x 19 x 10 / √3 de ces doigts, ou 365,242199 x 19 x π² x 128 / 300 pouces). Peut-être l'existence du doigt égyptien pourrait-elle s'expliquer de la façon suivante : le nombre de jours dans un cycle métonique, utilisé comme nombre de doigts, crée une équivalence à 80 ans en pouces, 48 lunaisons en coudées et le nombre de lunaisons au cours de la période de 60 ans. Généralement, la coudée de 20,625 pouces est considérée comme étant composée de 20 x √2 doigts, et cette valeur du doigt fournit une correspondance étroite.

  • Cinq années draconitiques donnent un autre lien intéressant : si on multiplie cette période, en jours, par une année solaire, en jours, et la racine carrée de 2, le tout divisé par 1000, cela donne un nombre de yards mégalithiques (32,64 pouces ou 0,82215 m ) qui s’inscrit dans la largeur du Grand Rectangle de Gizeh. Et cela donne également un lien avec la deuxième pyramide, dont la hauteur est de 5,664 ± 13 pouces selon Flinders Petrie. Cette hauteur équivaut à une demi-année draconitique exprimée en yards mégalithiques. La largeur de ce grand rectangle équivaut donc à la hauteur de la deuxième pyramide multipliée par la racine carrée de 2, ce qui donne presque exactement 8 000, et qui rappelle le cycle de 8 ans de Vénus, soit 365,242199/1 000.

  • Une autre interprétation de la largeur est 29,53059 x 4 x 4700 / 19 = 29 219,7417 pouces (qui devient 29 227,8239 pouces lorsqu'il est multiplié par 1,0002766). Cela fait référence au cycle métonique, car 4700 lunaisons de 29,53059 jours correspondent à 380 années de 365,24677 jours. Cela semble être une manière de fusionner les nombres liés aux 80 années solaires, avec ses connexions lunaires et vénusiennes, et le cycle métonique de 19 ans. Donc 80 ans équivalent à 4 x 4700 / 19 lunaisons, et cette largeur est de 80 lunaisons multipliées par le coefficient métonique 235/19, en pouces. Cette connexion se reflète dans le fait que la largeur est liée à la longueur par un coefficient de 365 / (2 x 223), 223 étant le nombre de lunaisons dans un cycle métonique de 19 ans. Donc à cet égard, le rectangle est Métonique.

  • Ce n'est pas directement lié à la lune, mais il est intéressant de noter que la circonférence équatoriale de la Terre, 24 901,461 milles, est 54 000 fois plus grande que la largeur du grand rectangle de Gizeh. 29 227,2 x 54 000, si la largeur est de 29 217,714 pouces, ou 742.3839 m. Il existe en fait un lien lunaire indirect, puisque la circonférence équatoriale de la terre divisée par la circonférence équatoriale de la lune est d'environ 11 / 3, et le rapport entre la longueuer et la largeur de ce rectangle est de 11 x 9. La circonférence équatoriale de la lune est 6 785,8401 milles. 54 est le double de 108 et le rayon équatorial de la Lune est de 1 080 milles. 24 901.461 / 6 785.8401 = 11.0089 / 3

  • La raison pour laquelle diverses parties du plateau de Gizeh semblent être reliées par ces figures pourrait être la nécessité de représenter diverses harmonies célestes.

  • Les deux diagrammes ci-dessous suggèrent qu'une construction géométrique simple basée sur une longueur de 29,53059 pouces peut expliquer la largeur et la longueur du grand rectangle de Gizeh. Les valeurs géométriques sont ensuite multipliées par un coefficient de 1,0001415 pour mieux correspondre aux mesures au sol. Ce chiffre est simplement ((29 227,2 / 29 222,8685) + (35713,2 / 35708,3769)) / 2. Ceci est proche de l'autre coefficient utilisé ailleurs de 1,0002766, qui pourrait être utilisé à la place. Ces deux coefficients sont utilisés pour tenter d'amener les valeurs aux dimensions données par Flinders Petrie, en supposant que notre pouce moderne, et le pouce de Flinders Petrie, sont très légèrement plus grands qu'un pouce hypothétique utilisé à Gizeh.




  • L'importance de la racine carrée de trois et de pi est probablement due au fait que les principaux cycles solaires et lunaires peuvent être regroupés dans une équation approximativement égale à π /√3. Il est possible que cette équation soit au centre du système que représente le complexe pyramidal, avec les cycles mesurés en jours, représentés en pouces. 365,242199 x 346,62 x 3/ (354,36708 x 29,53059 x 20) = 1,81468 π /√3 = 1,8138






Rectangle Métonique de Gizeh


  •    Le rectangle métonique offre une autre dimension lunaire à l'interprétation du design de Gizeh, qui ne repose sur aucune unité, mais uniquement sur la proportion. Cela soulève des questions sur l'utilisation de la géométrie pour exprimer le cycle métonique non seulement avec un cercle, mais aussi avec un rectangle. L'examen de la base de la Grande Pyramide dans le cadre d'un cercle soulève également des questions sur l'utilisation du pouce-jour à Gizeh. Flinders Petrie a donné la longueur de la distance entre les centres de la Grande Pyramide et la troisième pyramide à 36 857,7 pouces, soit 936,18558 m. Si cette ligne est la diagonale d'un rectangle, la longueur, nord-sud, est de 29 102 pouces, ou 739,1908 m, et la largeur, ouest-est, est de 22 616 pouces, ou 574,4464 m. Si nous prenons la largeur et la multiplions par 29,53059, le nombre de jours d'une lunaison, et par 38, nous obtenons la longueur. Et inversement, si l’on multiplie la longueur par 365,242199, le nombre de jours dans une année, et que l’on divise par 470, on obtient à nouveau la largeur. C'est un rectangle métonique.

  • 22616 x 38 / 29,53059 = 29102 et 29102 x 365.242 / 470 = 22616

  • Le nombre 47, combiné au nombre 38, est présent dans ce rectangle de Gizeh, qui s'étend entre les centres de la Grande et de la troisième pyramide de Gizeh. Une lunaison de 29,53059 jours, multipliée par 47 x 10 et divisée par 19 et 2, donne approximativement l'année solaire 365,24677. Cela signifie que le nombre de mois lunaires en moyenne par an peut être simplifié à 470/38, soit 12,36842 et 365,242199 / 29,53059 = 12,368266. Ce rapport solaire et lunaire est légèrement différent de celui trouvé aux Rollrights par Jim Wakefield, mais il utilise également le nombre 47. Aux Rollrights, en Angleterre, le rayon d'un cercle était de 47 pieds saxons et la circonférence était d'environ 10 mois lunaires en jours exprimés en pieds saxons. À Gizeh, nous avons un rectangle, et le rapport entre la largeur et la longueur est de 38/29,53059, à environ un demi-pouce près : ce qui est à peu près égal à 365,242199/470. La largeur de 22616 x 38/29,53059 = 29 102,29697. La longueur donnée par Flinders Petrie est 29102. Ce 29102 multiplié par 365,242199 / 470 = 22 615,47379, soit 0,5262 pouces de moins que la mesure de Flinders Petrie.

  • Le rapport entre la largeur et la longueur est de 38/29,53059, à environ un demi-pouce près : ce qui est à peu près égal à 365,242199/470. La largeur de 22616 x 38/29,53059 = 29 102,29697. La longueur donnée par Flinders Petrie est 29102. Ce 29102 multiplié par 365,242199 / 470 = 22 615,47379, soit 0,5262 pouces de moins que les dimensions de Flinders Petrie.

  • Le côté de 22 616 pouces équivaut approximativement à 7 200 π pouces, soit 1 900 x 29,53059 x π x 2 / (√3 x 9). Ceci est particulièrement intéressant car une lunaison en jours multipliée par 4/3 équivaut, en pouces, à environ un mètre, et lorsqu'il est multipliée par pi et divisée par 6, on obtient une coudée. Nous avons donc ici 29,53059 x 4/3, un mètre, x π/6, une coudée, puis x 1900 / √3, la largeur de ce rectangle. Et comme ailleurs, la thématique π/√3 revient ici aussi.

  • La diagonale de ce rectangle métonique pourrait également être intéressante. La diagonale est de 36 857,7 pouces, ce qui est proche du périmètre de la Grande Pyramide x 4 x 254 / 1 000, donc 9 068,8 x 4 x 4 x 254 / 1000 = 36 855,6032, soit deux pouces sous la mesure de Flinders Petrie. 254 est le lien entre un mètre et un pouce, comme 2,54 cm sont un pouce, et c'est aussi un lien entre l'année solaire et la lunaison, comme 29,53059 x π x 1 000 / 365,242199 = 254,0042898.

  • En conséquence, le périmètre de base de la Grande Pyramide de 9068,8 x 4 pouces multiplié par 354,36708 x π et divisé par 3 et 365,242199 est de 36 856,2254 pouces, soit un peu plus d'un pouce sous la diagonale du rectangle métonique telle que mesurée par Flinders Petrie. Une autre façon d'exprimer cela est 2000 π / (3 x √3) x 354,36708 / 365,242199 = 36 857,0252 pouces.

  • De la même manière, le côté de la base de la Grande Pyramide peut être exprimé en pouces par 5 000 π / √3, le côté de la base de la deuxième pyramide par 14 000 π / (3 x √3) et le côté de la base de la troisième pyramide par 29,53059². x 864 x √3 / 100 π. Cette diagonale correspond donc à l’utilisation de pi et de la racine carrée de trois ailleurs.

  • Une autre façon d’interpréter la diagonale est 6 x 6 x 7 x 8 x 8 x 9 x 254 / 1 000 = 36 868,608 pouces. Et si l’on divise cela par le coefficient 1,0002766, le résultat est 36 858,41296, ce qui est très proche de 36 857,7 pouces.


5. Le Plateau de Gizeh : distances entre les pyramides


  •    La distance entre la troisième pyramide et la Grande pyramide, centre à centre, est de 36 864 pouces. Dennis Payne a constaté qu'en utilisant une mesure de 9 071,8 pouces pour le côté de la Grande Pyramide, nous pouvons diviser cela par 36 864, puis multiplier par 120, ce qui donne 29,5306, une lunaison en jours.

  • Combinaison des côtés de la base de la pyramide

  • L'image ci-dessous montre les interprétations lunaires possibles des dimensions du rectangle formé par le positionnement des trois pyramides. Un côté de la Grande Pyramide multiplié par un côté de la troisieme pyramide, en coudées, produit 3 000 mois lunaires. (439,821 x 201,442) = 29,53059 x 3000,225.


  •  La disposition relative des deux plus grandes pyramides. La distance N-S entre leurs faces sud est de 346,32 mètres et la distance N-S entre leurs centres est de 353,68 mètres.

  • La distance entre les centres de la Grande Pyramide et la troisième Pyramide (mesure au sol) est de 36 857,7 pouces. Comme Dennis Payne l'a découvert, si cette longueur est le côté d'un triangle équilatéral (selon le diagramme ci-dessous), puis réduite de moitié pour produire le triangle jaune, le périmètre du triangle sera de 29,53059² x 100 pouces.




   





  •   Si un rectangle est dessiné, selon le diagramme ci-dessous, par Dennis Payne, le nombre 29,53059 apparaît dans la diagonale de 19 377 pouces. Converti en mètres modernes, multiplié par 6 et divisé par 100, cela donne 29,530548 m. Ainsi le périmètre et les deux diagonales du rectangle rouge constituent 6 mois lunaires en mètres. Le nombre 254 relie le mètre au pouce. Cependant, la diagonale peut également être interprétée comme solaire, dans la mesure où elle vaut 365,242199 x 1 000 / 6π = 19 376,7 pouces.


  • Les rectangles plus petits sont également interessants.


6. Connexions lunaires générales à Gizeh

  

  • Dennis Payne a découvert que la taille de la lune est liée a une longueur à Gizeh: la distance entre le coin nord-ouest de la Grande Pyramide et le coin sud-ouest de la troisième pyramide est de 3 417,5 pieds anglais, ce qui, multiplié par 10 000 / 3 et divisé par 5280, convertir en milles donne 2157,5126, ce qui correspond au diamètre polaire de la lune en milles (3,472.18 km).


  • Le périmètre autour des deux plus grandes pyramides est également lié à une lunaison en jours, selon Dennis Payne :



  • Dennis Payne a également trouvé un lien entre les dimensions des trois pyramides principales, la durée d'une lunaison en jours, et la circonférence moyenne de la terre en milles anglais. Les trois périmetres plus les six diagonales, divisés par 29,53059 et multipliés par pi (ici 3.142) donne la circonférence moyenne de la terre. Le nombre 24 883.2 est 12⁵ / 10 milles, distance équivalente à 40 045.6287 km. La circonférence équatoriale est de 40,075.017 km, et la circonférence polaire est de 40,007.863 km, ce qui donne une moyenne de 40 041.44 km. En utlisant le pi de la calculatrice, 3.14159265... le résultat est de 40 040.4551 km, environ 1 kilometre de moins que la circonférence moyenne.

  • Dennis Payne a également découvert un lien entre le site de Gizeh et le diamètre de la lune, ainsi qu'avec la pi coudée, qui est basée sur un cercle d'un mètre de diamètre, la circonférence étant ensuite divisée en 6 parties égales. Le cercle de latitude qui traverse le côté sud de la deuxième pyramide a une longueur de 21 587,06 milles et le diamètre moyen de la lune est de 2 158,7062 milles. Comme Dennis a écrit: "Ce qui est étonnant à propos de la mesure de la circonférence de ce cercle, c'est qu'elle mesure 21 587,06 milles de longueur, soit 10 fois le diamètre moyen de la Lune. De toute évidence, on ne peut arriver qu'à une seule conclusion : ils commémorent les dimensions de la Lune via la position des pyramides de Khafré sur Terre." (11)

  • De plus, le diamètre moyen de la lune, multiplié par 3 et divisé par 100 et pi, donne la valeur en pouces de la coudée pi, longue de 20,61425 pouces. Incroyablement, la distance entre la deuxième pyramide et l’équateur est de 2061,4125 milles. Compte tenu de l'effet de la dérive des continents, Dennis a montré qu'il y a quatre mille cinq cents ans environ, cette distance auraient été exacte entre le sommet de la deuxième pyramide et l'équateur.

  • Cette coudée exprime aussi approximativement le rapport entre les années solaires et lunaires multiplié par 20, rapport qui lie aussi approximativement le mètre et le pouce ( 365,25 x 10 / (π x 29,53059) = 39,370255).


  •  Cela signifie que le diamètre moyen de la Lune équivaut également à 352 000 x π² mètres. 352 est 3 168/9, et également 4 x 88, offrant une connexion Mercure, car sa période orbitale sidérale est de 87,9 jours. Il existe également une connexion avec Mars, comme 365,242199 / (29,53059 x 12) x 2000 / 3 = 687,1259, et la période orbitale sidérale de Mars est de 686,980 jours. Ces 686,98 jours multipliés par pi donnent 2158,6697, proche du diamètre moyen de la lune en miles.





Interpréter les distances et les proportions en relation avec des cycles temporels


  •    Un examen attentif des dimensions des pyramides et de leur position relative révèle qu'une simple progression à partir de 10 000 pouces (plus ou moins) peut expliquer de nombreuses dimensions, comme l'illustrent les diagrammes algorithmiques ci-dessous. Le premier, en jaune, commence par le numéro 10 001.48222, et le second, en rose, commence par 10 001.17441833, deux variations sur 10 000 pouces, légèrement ajustés pour s'adapter avec les mesures de Flinders Petrie. Le troisième commence simplement avec 10 000, et le quatrième, en bleu, commence en s'inspirerant des travaux de Richard et Robin Heath en Bretagne, en prenant 366 mois sidéraux, ce qui fait presque exactement 10 000, puis en utilisant un coefficient pour convertir le pouce moderne en ce qui aurait pu être le pouce utilisé à Gizeh. Ce coefficient est de 990 x 29,53059, soit 990 lunaisons, divisé par 29 227,2, mesure de Flinders Petrie pour la largeur du grand rectangle de Gizeh, soit 1,0002766.






  • Pourquoi le nombre 29,53059 est-il utilisé comme facteur pour multiplier les dimensions? Par étrange coïncidence, 29,53059² x 25 x pi / 365,242199 = 18,99999274. Et 29,53059 x 25/pi = 234,99696855. 235 est le nombre de lunaisons dans un cycle métonique, et 19 est le nombre d'années solaires dans un tel cycle. Sans même le chercher, le cycle métonique apparaît simplement en mettant au carré ce nombre lunaire, 29,53059, et en le multipliant par pi et 25, ou par pi et 100/4.


  • En multipliant le nombre de jours d'une année sothique par le nombre de jours d'une année draconitique, soit 3√3, puis en divisant par 20π et le nombre de jours d'une lunaison, 29,53059, nous pouvons obtenir approximativement le nombre de jours d'une année année lunaire. C'est peut-être pour cette raison que l'on trouve la racine carrée de 3 et pi dans des proportions diverses à Gizeh. Si nous prenons la période d'une année sothique comme 365,25 jours et celle d'une année draconitique comme 346,6201 jours, multiplions-les par 3√3 et divisons par 20π et 29,53059, ce dernier nombre étant le nombre moyen de jours dans une lunaison, et π étant le rapport entre la circonférence et le diamètre d'un cercle, nous obtenons 354,54703, ce qui est très proche du nombre moyen de jours dans une année lunaire (environ 4 heures et 19 minutes). De la même manière, nous pouvons obtenir la valeur approximative de l’année sothique comme 20π x 29,53059 / 3√3 x le nombre de jours d’une année lunaire, divisé par le nombre de jours d’une année draconitique. Et de la même manière, l'année draconitique est l'année lunaire divisée par l'année sothique multipliée par 20π x 29,53059 / 3√3. Il est donc intéressant que la hauteur de la Grande Pyramide soit proche de 10 004 / √3 pouces, x 2π donne le périmètre de la pyramide, x 29,53059 / 30 donne la longueur du Grand Rectangle de Gizeh, qui multiplié par 300 / 365,242199 donne 24 000, le nombre d'années dans un cycle précessionnel, selon certaines anciennes traditions, y compris les anciennes traditions indiennes et chaldéennes.

  • Toutes les dimensions principales, les trois hauteurs principales de la pyramide et les côtés de la base, peuvent être liées au nombre de lunaisons par an, 12,368266, et à quelques autres nombres tels que 440, 47, 2, 4, 3, 6, 9 et pi, et la racine carrée de 3. The mean number of lunations can be interpreted geometrically as 1000 x √3 x π / 440. Voir ci-dessous.



Les dimensions à Gizeh indiquent que :

  • 5 années draconitiques de 346,62 jours sont proches de 1 000 √3 jours.

  • Le nombre moyen de lunaisons par an est proche de π x √3 x 100 / 44

  • Une période Saros (Halley) de 223 lunaisons peut être exprimée comme 125 x 365 x √3 / 12 jours.

  • Un mois draconique mesure 125 x 365 x √3 / (242 x 12) jours

  • Une année draconitique de 346,62 jours est proche de 80π x 29,53059² / (√3 x 365) jours.

  • Un facteur de 20π x 29,53059 / (3 x √3) relie les années sothique, draconitique et lunaire. Il est également proche de 28 / 10 000. Appelons  20π x 29,53059 / (3 x √3) « LF » (facteur lunaire).

  • LF x année lunaire (354,36708 jours) / année draconitique (346,62 jours) se rapproche de l'année sothique (365 jours).

  • LF x année lunaire (354,36708 jours) / année sothique (365 jours) se rapproche de l'année draconitique (346,62 jours).

  • 1 / LF x année sothique (365 jours) x année draconitique (346,62 jours) se rapproche de l'année lunaire (354,36708 jours).

  • La longueur du grand rectangle de Gizeh est proche de 100 fois LF en pouces, soit 2000π x 29,53059 / (3 x √3) pouces. (Lorsqu'il est multiplié par 1,0002766, il est encore plus proche)

  • Si on divise ce facteur LF par 29,53059, on obtient 2000π / (3 x √3), et cela relie de nombreuses parties du site de Gizeh. Appelons 2000π / (3 x √3) 'F'. Multiplié par 30, F donne le périmètre de la Grande Pyramide, et le périmètre divisé par 2π donne la hauteur de la Grande Pyramide. Multiplié par 223 x 29,53059 / (47 x 20) , F donne le côté de la base de la deuxième pyramide en pouces, et F multiplié par  x 223 x 29,53059 x π / (47² x 2) donne la hauteur de la deuxième pyramide en pouces. Multiplié par 29,53059, F donne la longueur du grand rectangle de Gizeh en pouces, et la largeur est obtenue en multipliant la longueur par 9/11, soit 29,53059 x 48 / (1 000 √3), ou 354,36708 x 5 x √2 x 32,6592 / 100. 000, ou 354,36708 x 4 / (346,6201 x 5). F multiplié par (29,53059 /π) ² x 9 x 432 / 100 000 donne le côté de la base de la troisième pyramide en pouces. Et F multiplié par (29,53059 /π ²) x 9 x 432 / (100 000 x 1,61803) donne la hauteur de la troisième pyramide en pouces. À partir de là, nous pouvons établir des connexions entre les différentes parties du site de Gizeh, comme la longueur du grand rectangle de Gizeh multipliée par 9 x 432 x 29,53059 / (π ² x 100 000) donne le troisième côté de la base de la pyramide, ou la hauteur de la deuxième pyramide est la hauteur de la Grande Pyramide multipliée par π³ x 29,53059 x 223 / (365,242199 x 19 x 30), etc.

  • En plus de relier différentes parties du site de Gizeh, ces facteurs relient également divers cycles liés au soleil et à la lune, ainsi qu'à Vénus, vus de la Terre. Ces cycles sont principalement exprimés en pouces, ainsi qu'en mètres et en coudées, qui sont des unités qui expriment des périodes astronomiques en pouces.

  • L'utilisation de nombres irrationnels, tels que pi, Phi et la racine carrée de 3, relie ces cycles à la géométrie. Cela constitue un moyen pratique de dessiner sur le terrain les relations entre différents cycles temporels. Cela nous permet également d’exprimer quelque chose du divin dans ces fonctionnements, car les nombres irrationnels montrent les limites humaines, car ils ne peuvent pas être exprimés avec précision sous forme de fractions ou de décimales.






Visualiser ces ratios simplement est utile pour comprendre les dimensions en pouces des différentes parties du site.

  • Par exemple, le côté de la deuxième pyramide peut être compris comme simplement 223 x 38 pouces, 223 étant le nombre de lunaisons dans une période Saros (Hally) et 38 étant lié à la période Métonique, puisque 365,242199 x 38 / 470 donne approximativement le nombre de jours dans une lunaison.

  • Ou le côté de la troisième pyramide peut être compris comme 25,92 x 29,53059² / ( π x √3) = 4154,0215 pouces, 25 920 étant la valeur traditionnelle du nombre d'années dans un cycle précessionnel ; ou comme 7 200 /√3 = 2 400 x √3 = 4 156,9219 pouces. (Les chiffres astronomiques peuvent être multipliés par 1.0002766).

  • Le côté de la Grande Pyramide peut être interprété comme 346,62 x 365 x 3000 / (4 x 354,36708 x 29,53059) pouces, réunissant le nombre de jours d'une année sothique, d'une année draconique, d'une année lunaire et d'une lunaison. Si l’on multiplie les côtés des trois pyramides, avec les valeurs astronomiques et géométriques, dans le diagramme ci-dessus, 8471,2426 x 4154,0215 x 9068,9968, cela équivaut approximativement à :

223 x 29,53059³ x 2 400 x π x √3 x 1 000 / 235.

  • C'est également 20π x 29,53059 / (3 x √3), 'LF' (facteur lunaire), multiplié par 29,53059² x 223 x 10 800 / 235.

  • Si l'on voulait obtenir la valeur en jours d'une lunaison à partir de la hauteur de la troisième pyramide, par exemple, on pourrait prendre la mesure de Flinders Petrie, 2564 ± 15 ; ou 2580,8 ± 2,0 pouces, ou la mesure astronomicque geométrique de 2567,33 pouces, on peut l'obtenir comme : √(2567,33 x π x Phi x √3 x 1 000 / 25 920), ou √(2567,33 x π x (√5+1) x √ 3 x 1 00 / 5184). Ou pour obtenir la valeur d'une année draconitique, commençant par 2567,33, on pourrait la multiplier par π² x Phi x 8000 / (365 x 2592) pour obtenir 346,6811, soit un peu au-dessus de la valeur réelle de 346,62 jours. Ou avec la hauteur de la troisième pyramide, avec la mesure de Flinders Petrie de 4 153,6 pouces, √(4153,6 x π x √3 x 1 000 / 25 920) = 29,52909, et avec une valeur de 4154,0215 à la place, le résultat est 29,53059.

  • Une autre combinaison intéressante consiste à multiplier les côtés de base des grande et troisième pyramides, comme mentionné précédemment. Avec 9068,9968 et 4151,0215 pouces pris comme valeurs astronomiques pour les côtés de ces deux pyramides, √(9068,9968 x 4151,0215 / (3000 x 29,53059) = 20,6139. Le résultat pourrait être interprété comme les valeurs des deux côtés exprimées en coudées de 20,6139 pouces, multipliés ensemble. Ou, puisque le rapport entre les années solaires et lunaires multiplié par 20 est 20,613777, en multipliant le côté de la Grande Pyramide par le côté de la troisième pyramide, cela pourrait être interprété comme 9068,9968 x 4151,0215 = (365,2446 x 20 / 354,36708). ² x 29,53059 x 3000, ce qui se simplifie en 365,2446² x 100 000 / 354,36708.

  • Multiplier le côté de la deuxième pyramide par le côté de la troisième, en pouces, donc avec 8474,2426 et 4154,0215 équivaut à 29,53059³ x 223 x 1 440 / 235 , qui regroupe deux cycles, puisque 223 mois correspondent au cycle Saros (Halley) et 235 mois au cycle Méton.

  • Diviser le côté de la Grande Pyramide par le côté de la deuxième pyramide, en utilisant 9068,76 et 5662,38, est égal à 365,242199 x 19 x 30 / (2 x π² x 29,53059 x 223). On retrouve ici encore les cycles Métonique et Saros de 19 et 18,03 ans, mélangés au rapport entre l'année solaire et un mois lunaire.

  • En multipliant le côté de la Grande Pyramide par 9 072 pouces par 365,242199 / (29,53059 x π), on obtient la longueur du grand rectangle de Gizeh, soit 35 715,9325 pouces. Ou la hauteur de la Grande Pyramide de 5 775 pouces, multipliée par 365,242199 / (29,53059 x 2), donne la longueur du Grand Rectangle de Gizeh, de 35 713,3687 pouces.

  • Les dimensions de Gizeh révèlent l’utilisation répétée de nombres associés à des cycles astronomiques, mais pas nécessairement de la manière à laquelle on pourrait s’attendre. Il n'y a pas de tronçon particulier qui mesure une année, ou une lunaison en pouces-jour, par exemple. Rien ne semble indiquer qu'une pyramide concerne le cycle draconique et une autre le rapport années solaire/lunaire. Au contraire, les différents nombres qui composent les ratios entre ces cycles sont disséminés sur le site. Cela pourrait indiquer que c'est le système dans son ensemble qui a été conçu pour prendre en compte les différents cycles astronomiques présents à Gizeh. Certaines équivalences semblent découler des combinaisons de nombres.

  • Par exemple, 365,242199, le nombre de jours dans une année solaire, équivaut à peu près à 4 x 29,53059² x 27,3166 x 366 x 864 / (275 x 100 000 x 3) = 365,2345, 27,3166 étant un mois sidéral en jours, 366 étant le nombre de jours dans une année bissextile, et 864/275 est une approximation de pi. Cela fournit des ratios simples pour relier ces différents cycles les uns aux autres. On peut donc multiplier deux types de mois lunaires par 366/100 000 et pi pour se rapprocher de l'année solaire. Et on peut définir un cycle en fonction d'autres cycles, par exemple, le mois sidéral de 27,3166 jours est approximativement égal à 80 x 365,242199 x 90 000 / (48 x 29,53059² x 2 x pi x 366) = 27,3191. On peut voir le lien avec la largeur du rectangle de Gizeh avec 80 années solaires et 48 lunaisons, de sorte qu'on peut multiplier cette largeur en pouces par 90 000 / (48 x 29,53059² x 2 x π x 366) pour obtenir une approximation un mois sidéral. Cela nous ramène également à la Grande Pyramide, où la hauteur était liée à 366 mois sidéraux, car ici 80 x 365,242199 x 90 000 / (48 x 29,53059² x 2 x π) est égal à 366 x 27,31912 = 9998,799, et si cela est divisé par √3, on revient à la hauteur de la Grande Pyramide en pouces.

  • L'année sidérale peut également être approximée par le rapport entre l'année solaire et une année lunaire, 365,242199 / 354,36708, multiplié par 900 000 / (29,53059 x π x 366) = 27,3191, ou par une longueur en pouces, 90 000 / (29,53059). x 2 π x 366) coudées royales égyptiennes de 20,613777 pouces.

  • L'année draconitique de 346,62 jours est proche de 28 x 365,242199 / 29,53059 = 346,3115. Il est également proche du diamètre du soleil en pouces, soit 864 000 x 5 280 x 12, divisé par 365,242199 et 432 000 = 346,9479.

  • Nous avons également vu que pi peut être approximé par des cycles astronomiques. Ici, par exemple, nous pouvons le définir vaguement comme 365,242199 x 3 / (366 x 27,3166 x 29,53059² x 4) = 3,1418846.

  • Ces chiffres font également allusion à des liens avec des unités de mesure telles que le mètre, qui est proche de 29,53059 x 4/3 = 39,37412 pouces, et le pied romain, compatible avec 29,53059² / 100 x 4/3 = 11,6274 pouces. On pourrait dire qu'une année peut être exprimée en pouces comme 27,3166 x 366 x 864 / (275 x 100 000) pieds romains de 11,6274 pouces, par exemple. Ou même par 10π pieds romains de 11,6274 = 365,2855 pouces. De même, 29,53059 x 27,3166 x 366 x 864/ (275 x 100 000) mètres de 39,375 pouces peuvent exprimer une année sous la forme de 365,2426 pouces, ou avec le mètre moderne, de 365,1970 pouces.

  • Le cycle de 3 600 ans peut être assez bien approximé avec un mois draconique, un mois synodique et pi : (27,2122 x 3 + 1) x 29,53059 x 366 x π x 2 / (900 x √3) = 36 000,0162. De même, le cycle de 600 ans est (27,2122 x 3 + 1) x 29,53059 x 366 x π x 2 / (5 400 x √3) = 600,0003. Les trois mois synodiques sont en eux-mêmes des marqueurs utiles car après cette période, la lune revient dans la même constellation.

  • Puisque la hauteur de la Grande Pyramide peut être interprétée comme 366 mois sidéraux de 27,32166 jours, et que le côté peut être interprété comme 7,8 lunaisons de 29,53059 jours en mètres, il est possible de lier approximativement ces deux types de mois en conséquence. 29,53059 x 7,8 x 20 000 x  √3 / (366 x π x 254) = 27,32075. Le nombre 254 est la conversion entre pouce et mètre, mais c'est aussi un lien entre les cycles solaire et lunaire. 365,242199 x 254 / (1000 π) = 29,53009. On peut donc dire qu'un mois sidéral de 27,32166 jours équivaut approximativement à 156 x 365,242199 x √3 / (366 x π²) = 27,320292. En conséquence, nous pouvons interpréter la hauteur de la Grande Pyramide comme 365,242199 x 156 x √3 / π² = 5773,0564 pouces, et le côté comme 365,242199 x 156 / (2π) = 9068,2958 pouces.

  • Curieusement, un autre lien peut être fait entre ces deux types de mois lunaires, et une année solaire, et il s'agit de la période métonique, en jours, qui fait 19 ans ou 235 lunaisons, soit 6 939,68865 jours. Cette période est quasiment égale à 27,32166 x 29,53059 x π x 1000 / 365,242199 = 6 939,8187 jours. Ainsi, le mois sidéral peut être défini approximativement comme 235 x 29,53059 x 365,242199 / (29,536059 x 1000 x π), simplifié en 235 x 365,242199 / (1 000 x π) = 27,31148, ou 365,242199² x 19 / (29,5 3059 x 1 000 x π).


Peut-être qu’un système de suivi des mouvements des corps célestes a été conçu à un moment donné dans un passé lointain, rassemblant les nombres correspondant à divers cycles astronomiques. Ce système aurait ensuite pu être utilisé pour baser les plans de conception de Gizeh.

Dans ces figures on retrouve l’utilisation répétée de la racine carrée de trois. C'est peut-être parce qu'il est proche de, et peut être approximativement assimilé à 223 x 365,242199 / (1000 x 47) ou à 223 x 29,53059 / (100 x 38).



  Conclusion


La lune constitue une lentille à travers laquelle nous pouvons observer Gizeh et d’autres sites antiques. À son tour, Gizeh interprétée de cette manière fournit une lentille à travers laquelle nous pouvons observer la lune et commencer à deviner les principes de l’astronomie ancienne. C'est principalement par des mesures exprimées en pouces queles dimensions révelent les cycles astronomiques, grace au "day-inch", et également par le mètre, notament lorsqu'il est associé aux cycles de Mars ou de Vénus, et la coudée. La coudée égyptienne est variable, et peut, exprimer le rapport entre les années solaires et lunaires en pouces, multiplié par 20. Les bases et les hauteurs des trois pyramides principales, ainsi que la longueur et largeur du grand rectangle de Gizeh, sont toutes liées les unes aux autres par des rapports impliquant des nombres lunaires, tels que 29,53059, ou pi, Phi et la racine carrée de trois.


Flinders Petrie a écrit :

Il ne semble pas y avoir de relation exacte entre leurs centres ou entre les coins ; et d'après la nature et l'apparence du sol, ainsi que l'irrégularité des parois du péribole, il semble peu probable qu'une quelconque connexion ait été prévue. (12)

C'est au lecteur de décider s'il existe un plan d'ensemble pour les bâtiments du plateau de Gizeh. Les nombreuses mesures et proportions qui révèlent des connexions lunaires et d'autres liens astronomiques semblent cependant indiquer un plan bien réfléchi, complexe et exécuté avec précision.


On sait que le pouce exprime le temps en jours, aussi bien à Gizeh que dans les sites mégalithiques européens. La largeur du grand rectangle de Gizeh, 29 227,2 pouces anglais selon Petrie, englobe 990 lunaisons et 80 années solaires, ce qui équivaut à 10 cycles de Vénus, et la période chaldéenne de 60 ans en mètres, le tout en pouces. Les différentes unités, pouces, pieds en tout genre, mètres, sont peut-être une manière de souligner l'existence de plusieurs cycles d'une même longueur. Si la base de la Grande Pyramide peut être interprétée comme la période orbitale synodique de Mars en jours combinée à une lunaison, en jours, mais aussi l'autre période orbitale des Mars exprimée en pieds saxons, cela nous renseigne sur un système qui aurait pu être en place depuis longtemps. Par exemple, le rapport entre le mètre et le pied saxon peut être compris en termes de Mars et de la Lune, et le mètre peut être compris comme une manière d'exprimer le temps, un cycle, impliquant la Lune en combinaison avec une planète, que ce soit Mars. ou Vénus.

1 mètre est approximativement égal à la largeur du grand rectangle de Gizeh divisée par 742,1, le nombre de lunaisons sur une période de 60 ans, qui est un cycle au cours duquel la lune et le soleil se réconcilient, connu du monde antique, notamment des Chaldéens. et les Indiens. Également approximativement, 1 coudée royale égyptienne est également égale à la largeur de ce rectangle divisée par 48 lunations, exprimée en pouces et en jours. 1 pied saxon est égal à la base de la Grande Pyramide divisée par la période orbitale sidérale de Mars 687, en jours et en pouces. 1 mètre équivaut à la base de la Grande Pyramide divisée par 780, la période orbitale de Mars et une lunaison, 29,53059, multipliée par 100, en utilisant également les jours et les pouces. Peut-être même qu'un pied romain équivaut à la base de la Grande Pyramide divisée par 779, 94, la période synodique de Mars, également en pouces et en jours. Peut-être même que le pied français aurait pu être quelque chose comme la largeur du rectangle de Gizeh divisée par 7,8 et 29,53059. Un type de coudée égyptienne serait le rapport de l’année solaire à l’année lunaire, multiplié par 20, toujours en pouces. De même avec une coudée de 0,525 m, on pourrait penser à ce même rapport mais avec une année de 366 jours - ce n'est pas exact, mais assez proche.

Cette analyse montre également que les nombres irrationnels et les figures géométriques qui leur sont associées, comme le cercle, le carré, le triangle, sont en quelque sorte étroitement associés aux cycles temporels naturels. Les nombres irrationnels tels que la racine carrée de 3, pi et Phi notamment, ressortent dans l'analyse des proportions et des dimensions de Gizeh. Ces nombres, ou du moins leurs approximations, peuvent même être définis en termes de cycles temporels lunaires, solaires et planétaires. Cependant, leur caractère irrationnel est également très important, et lie notre monde au monde divisé, à la fois à cause de ces associations avec le fonctionnement du monde naturel, et parce qu'il est au-delà des capacités d'expression humaine. On ne peut jamais vraiment connaître la valeur de la racine carrée de deux ou de trois, de pi ou de Phi. Il n’existe pas de nombre qui, au carré, donne deux, ou trois, ou cinq. La présence de ces irrationnels relie le fonctionnement du monde naturel au divin.

Une autre chose intéressante est que ce ne sont pas nécessairement seulement les cycles de la Lune par rapport au Soleil, ou à Vénus ou Mars, qui semblent apparaître, mais le cycle de la Lune par rapport à la façon dont nous la voyons depuis la Terre, entre les apogées. Le Gentil souligne dans son livre "Voyage dans les Mers del'Inde" que le cycle de 60 ou 600 ans est assez efficace pour concilier les cycles du soleil et de la lune, mais avec quelques erreurs. Il note que ce cycle pourrait avoir davantage à voir avec le cycle des apogées de la lune. Pour Le Gentil, à partir des tables astronomiques des brahmanes qu'il a étudiées en Inde, le Saros est une période de 1296 jours, qui jalonne les apogées de la lune. et selon lui, toutes les périodes lunaires pour les anciens astronomes étaient conçues autour de l'apogée de la lune. (voir p 338) Cela est vrai pour la période de 600 ans ainsi que pour la période de 248 jours. La période de 248 jours est légèrement mystérieuse, dans la mesure où 9 mois sidéraux font 245,8953 jours, soit presque mais pas tout à fait 248 jours. En tout cas, ce numéro n’a pas encore été retrouvé à Gizeh. Cependant, la période de 600 ans semble pertinente à Gizeh. La largeur du grand rectangle de Gizeh semble relier le cycle précessionnel de 24 000 ans, en jours, à la moitié de cette période de 600 ans. Pour les anciens astronomes brahmanes, le cycle de précession n'était pas de 25 920 ans, mais de 24 000 ans, et par conséquent, le taux annuel de précession était calculé à 54 secondes, et non à 50 comme c'est le cas aujourd'hui. Le Gentil suggère que le Saros n'est pas une période de 3 600 ans comme on le croit traditionnellement mais plutôt une période de 1 296 jours, ce qui correspond étroitement à l'apogée de la Lune dans ses tableaux.

Le travail de Le Gentil sur ces nombres issus des anciennes tables brahmanes est pertinent pour l'étude des pyramides de Gizeh, car ces anciennes tables nous racontent comment l'astronomie était pratiquée il y a des milliers d'années. Il peut bien sûr y avoir des différences entre l'ancienne astronomie égyptienne et l'ancien système indien, mais il est fascinant de voir comment les différents cycles étaient gérés et comment les prédictions étaient, selon Le Gentil, étonnamment précises.



    









Notes



  1. Voir Voyage dans les Mers de l'Inde de Le Gentil p 337 et 339, où il écrit que la période de 1296 jours est pour lui la période de Saros, à la fin de laquelle la lune revient à son apogée. (voir capture d'écran en annexe ci-dessous)

  2. La période de 248 jours est aussi une période décrite par Le Gentil, après laquelle la lune achève un cycle. Voir dans son Voyage p 339

  3. Voir le travail d'Irv Bromberg sur le calendrier hébreu, Why Divide Hours into 1080 Parts? (utoronto.ca)

  4. Ibid.

  5. Ibid.

  6. Voir le travail de Jim Wakefield sur le message board de Graham Hancock ici :  Venus and the 2nd pyramid - Graham Hancock Official Website

  7. Toutes les mesures utilisées sont de Sir William Matthew Flinders Petrie, The Pyramids and Temples of Gizeh, 1883, The Pyramids and Temples of Gizeh Online (ronaldbirdsall.com)

  8. Richard Heath & Robin Heath, 2011, THE MEANING OF LE MENEC: A Study of The Moon Using Circumpolar Stars and Sidereal Time, in 4000BCE

  9. Ibid.

  10. Ibid.

  11. Sir William Matthew Flinders Petrie, The Pyramids and Temples of Gizeh, 1883 Pyramids and Temples of Gizeh: Ch. 13, Positions and Orientation of the Pyramids (ronaldbirdsall.com)

  12. Bailly écrit: "LES anciens Perfes , qui , felon nous , font les ancêtres des Chaldéens , avoient une forme d'intercalation qui fuppofe une période de 1440 ans ." Histoire de l'Astronomie Ancienne, Vol. 1, page 13. Histoire de l'astronomie ancienne, depuis son origine jusqu'à l'établissement de l'École d'Alexandrie - Google Play Books

  13. Bailly écrit: "Les Tartares confirment l'antiquité du tems de Fohi , ou du moins remontent jufqu'à cette époque . Ils comptent par des cycles de 60 , de 180 & de 10000 ans " Histoire de l'Astronomie Ancienne, Vol. 1, page 16. Histoire de l'astronomie ancienne, depuis son origine jusqu'à l'établissement de l'École d'Alexandrie - Google Play Books


Appendix


Extraits de Guillaume Le Gentil's Voyage dans les Mers de l'Inde (Tome 1):










































14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page