top of page
Rechercher

71. Des Grains d'Orge à la Vitesse de la Lumière

Dernière mise à jour : 10 avr.

 Le mètre, symbole m, est l'unité SI de longueur. Elle est définie en prenant la valeur numérique fixe de la vitesse de la lumière dans le vide c à 299792458 lorsqu'elle est exprimée dans l'unité m⋅s−1, où la seconde est définie en termes de fréquence du césium ΔνCs.

Speed of light, photo by Helgi Halldórsson, Wikimedia Commons

Il s'agit de la définition officielle la plus récente du mètre, datant de 2019. Le mètre a été défini pour la première fois par rapport à la vitesse de la lumière en 1983. Définir une unité de longueur en termes de mouvement, ou de vitesse, qui dépend d'une unité de la longueur, est circulaire. Alors pourquoi le mètre a-t-il été défini de cette façon ? Puisque le pouce anglais est défini par rapport au mètre, qui est 10 000 / 254 pouces, le pouce dépend également de cette définition. Dans le contexte des unités de mesure définissant la lumière, quelle est la signification de 254 ? Dans le passé, de nombreux systèmes de mesure s'appuyaient sur des éléments de la nature comme étalons, en particulier le grain d'orge. Même si le grain d'orge a ses inconvénients, étant donné sa taille légèrement variable, est-il plus désirable d'attacher un système de mesure à une vitesse ?


1. La circularité


Il est difficile de trouver un étalon naturel par rapport auquel définir une unité de mesure de base. Évidemment, la taille des pieds et des bras humains est variable. Et mesurer le méridien ou l'équateur terrestre n'est pas un exercice simple, en raison de la grandeur de la terre, et de sa surface qui est loin d'etre lisse et uniforme. De plus, comme il ne s'agit pas d'une sphère parfaite, il faut mesurer la distance entre l'équateur et le pôle pour obtenir une mesure de la circonférence terrestre, plutôt qu'une petite section. Cela donne lieu à de nombreuses mesures possibles.

La lumière semble apporter la solution pour trouver un étalon fiable et durable, puisqu’elle se déplacerait à une vitesse constante. Pourtant, cette théorie n’est pas universellement acceptée. De plus, le mètre (et le pouce) sont des unités linéaires, alors qu'une vitesse dépend de l'espace autant que du temps. La vitesse est mesurée comme la distance parcourue, divisée par l'unité de temps. La circularité de la définition du mètre nuit a son statut, en tant qu'unité fondamentale de notre époque. Les unités linéaires, telles que les mètres ou les pouces, sont des mesures de distance dans l'espace et, même si elles existent dans le temps, elles ne dépendent nécessairement d'aucune vitesse. La mesure d'une vitesse dépend en premier lieu de l'existence d'une mesure de l'espace, ainsi que d'une mesure du temps.

Comment les etalons de mesure ont-ils été établis historiquement ?

2. Des œufs de poux à l’espace

En revanche, les anciens systèmes de mesure avaient des étalons tangibles et faciles à visualiser (sinon toujours faciles à voir) issues du monde naturel, qui n'impliquaient aucune notion de vitesse. On pense parfois que ces normes étaient imprécises parce que de nombreuses unités dans le passé étaient appelées « pied », « doigt » ou « empan », impliquant apparemment un humain réel, mortel et changeant comme étalon ultime. Cependant, une étude approfondie des anciennes unités de mesure montre un haut degré de précision, qui fait partie de systèmes bien conçus. Différents types de pieds - anglais, français, belges, persans, égyptiens, etc. - existaient dans le cadre d'un seul système global, comme l'ont démontré divers chercheurs, dont John Michell et John Neal, Jim Alison, Stephen Dail et David Kenworthy. . Et même si les pieds constituent de bonnes références visuelles pour une unité d'environ un tiers de mètre, il est peu probable que le pied d'un individu ait été la base de ce système.

La plupart des unités anciennes révèlent des relations numériques simples avec d'autres unités, parfois fractionnaires, parfois irrationnelles, à partir desquelles des longueurs très petites et très grandes peuvent être obtenues. L'ancien système anglais l'illustre : le rayon équatorial de la lune, par exemple, est de 1 080 miles, et 1 080 est un nombre important dans l'astronomie et la métrologie anciennes, également associé aux divisions temporelles, par exemple dans le calendrier hébreu. Le pouce correspond à trois grains d'orge, et le chiffre 3 est également un chiffre important traditionnellement. Entre ces deux échelles, et au-delà, s’étend, comme du mycélium, tout un système organique, complexe, reliant les aspects du monde naturel. Il est basé principalement sur des 3 et des 4, ainsi que sur les géométries du carré, du triangle et du cercle.

Dans l'ancienne tradition indienne, comme expliqué dans le Brahmanda Purana, 8 Paramānus (परमानु), ou atomes, forment un Trasarenu (त्रसरेणु) (1), ou poussière de pollen, 8 Trasarenu font 1 Ratharenu (रथरेणु, 8 Ratharen font un Balagra ( बलाग्र), 8 Balāgra font un Likṣā (लिक्षा), un œuf de pou, 8 Likṣā (2) font un Yūkā (यूका), un pou, 8 Yūkā font 1 Yava (यव), un grain d'orge,  8 Yavas font 1 Aṅgula (अङ्गुल )(3), ou la largeur d'un doigt. L'extrait suivant montre comment le système passe de la mesure atomique à la mesure astronomique :


114. En entendant leurs paroles pleines d'humilité, Mātariśvan (le dieu du vent) prononça les douces paroles suivantes (expliquant tout) dans le bon ordre et de la manière qu'il voyait.
Vāyu a dit
115. «Je vais vous en parler. Écoutez ce que je souhaite exprimer. La partie manifeste évolue. Celui qui sort du non-manifesté est gros et est appelé Mahān (Mahat).
116. Il y a dix parties du Mahat. La partie grosse est appelée Bhūtādi (c'est-à-dire Ahaṃkāra ou Ego Cosmique). La grandeur de Bhūtādi est supérieure à un dixième (?).
117-118. Paramānu (Atom) est très subtil. Cela peut être conçu mentalement mais cela ne peut pas être vu par les yeux. Ce qui ne peut être davantage fragmenté dans le monde devrait être connu sous le nom de Paramānu (atome). Lorsque les rayons du soleil traversent la fenêtre, de minuscules particules de poussière sont visibles. Les savants appellent cette particule un Paramānu. C'est la première d'une série d'unités de mesure.
119-120. Lorsque huit Paramānus se réunissent, on dit qu'ils ont la taille de la poussière de pollen du lotus (Padmarajas) et on l'appelle Trasareṇu.
La combinaison de huit Trasareṇus est proclamée Rathareṇu. Les savants se souviennent de la combinaison de huit de ces types (Rathareṇus) sous le nom de Bālāgra (pointe des cheveux).
121. Huit Bālāgras font un Likṣā (l'œuf de pou). Huit Likṣās font un Yūkā (un pou). Ils appellent la combinaison de huit Yūkās un Yava (un grain d’orge). Huit Yavas font un Aṅgula (largeur de doigt).
122. Douze Aṅgulaparvans (articulations des doigts ou largeurs de doigts) sont appelés un Vitasti (une envergure). Il faut savoir que vingt et une largeurs de doigts font un Ratni (une coudée) (la distance entre le coude et le poing fermé).
123. Vingt-quatre Aṅgulas font un Hasta (coudée – la distance entre le coude et le bout du majeur). Deux Ratns[?] ou quarante-deux Aṅgulas, il faut le savoir, font un Kiṣku.
124-125. Les érudits appellent quatre-vingt-seize Aṅgulas, un Dhanus. On se souvient que l'unité Dhanus est utilisée dans le calcul des atomes, etc. Anus se compose de deux Daṇḍas avec les doigts placés comme un récipient tubulaire (?) Les personnes qui connaissent le calcul appellent trois cents unités Dhanus un Nalva. [?[7]?]
126. Deux mille unités Dhanus font un Gavyūti. Huit mille unités Dhanus font un Yojana.
127-128. La mesure de la distance d'un Yojana est basée sur cette unité de Dhanus. Il faut savoir qu'un millier de ces Dhanus parcourent la distance appelée Śakrakośa[8] (?) Cela a été estimé ainsi par les experts en connaissance du calcul. Écoutez les distances des mondes dans la création de Brahma avec ce Yojana comme unité.
129. Le soleil est à plus de cent mille Yojanas de la surface de la Terre. La lune est à deux cent mille Yojanas au-dessus du Soleil. (4)

Ce système va du tout petit, l'atome, au très grand, la distance du soleil à la terre, et « l'ego cosmique ». Il montre que depuis l’Antiquité, il est possible de penser en termes de très petit et de très grand avec une certaine précision et sans se référer à la vitesse comme étalon.

L'atome dont il est question ici n'est pas tout à fait la même chose que ce qu'il signifie dans les temps modernes, c'est une unité théorique qui dérive d'une progression logique, de division en parties de plus en plus petites, jusqu'à ce quon arrive à la plus petite partie imaginable. L'atome s'appelle Paramānu, et ne peut plus être subdivisé et est considéré comme éternel. Ce n’est pas une mauvaise base pour un système de mesure, même s’il n’est pas clair si une telle chose a réellement été mesurée physiquement ou simplement déduite. Les atomes, tels qu'on les connait aujourd'hui, ont des tailles caractéristiques et leur taille est une propriété fondamentale de chaque élément et est considérée comme constante dans des conditions typiques. Les atomes pourraient encore, en théorie, fournir la base d’un système de mesure, même s’ils ne constituent pas les plus petits éléments constitutifs de la matière.


3. Les grains d'orge

De nombreux systèmes traditionnels utilisent le grain d'orge comme étalon de longueur et de poids. Le grain d'orge est plus attrayant que l'œuf de pou, et plus facile à mesurer que l'atome théorique et intangible, qui, dans les systèmes anciens du moins, semble avoir été fondamentalement imaginaire. Il y a bien sûr des problèmes avec la mesure des grains, car leur taille peut varier, et les différentes espèces présentent également des variations. Le système de mesure anglais traditionnel, avant d'être remplacé par l'impérial, était basé sur le grain d'orge, ainsi que le système en France avant Charlemagne. Trois grains d'orge mis bout à bout étaient définis comme un pouce, et douze pouces constituaient un pied. Le pouce anglais n’a que très légèrement changé depuis. Une loi anglaise du XIVe siècle définissait le pouce comme « trois grains d'orge, secs et ronds, mis bout à bout dans le sens de la longueur ». Un document anglo-saxon du 10e siècle, « PAX », définissait les limites de la « Paix du roi » à partir de sa résidence comme « 3 miles, 3 stades, 3 acres de largeur, 9 pieds, 9 puits et 9 grains d'orge ». Semblable au système de mesure anglais, le système de mesure écossais utilisait également les grains d'orge comme base pour définir les unités de longueur. Trois grains d'orge étaient définis comme un clou, seize clous constituaient une aule, et ainsi de suite. Le système de mesure irlandais utilisait également les grains d'orge comme une unité de longueur. Trois grains d'orge constituaient également un pouce. Le grain d'orge était également associé à des unités de poids et de volume.

Curieusement, l'orge peut également être associée non seulement à l'espace, en tant qu'unité linéaire, et en tant qu'unité de poids, mais aussi au temps, dans le calendrier hébreu, comme l'explique Irv Bromberg :


Le degré de temps est également très proche de la différence de durée entre le jour solaire et le jour sidéral, qui à l'époque actuelle s'élève à environ 3 minutes et 55,9 secondes. Le doigt babylonien était composé de 6 grains d'orge = 1/12 de degré de temps = 1/3 de minute = 20 secondes de temps. La coudée était de 180 grains d'orge = 5/2 degrés de temps = 10 minutes de temps.(4)

Cependant, c'est une chose qu'une unité soit liée à l'espace et au temps, et une autre qu'une unité soit définie simultanément en termes d'espace et de temps, comme l'est le mètre. En 1930-31, à Mohenjo-daro, Ernest Mackay découvrit un morceau de coquillage brisé portant 8 divisions de 6,7056 mm chacune, ce qui équivaut à 0,264 pouce, ce qui multiplié par 8 donne 2,2 pouces. Avec pi égal à 25/8, conformément aux 8 divisions, un diamètre de 8 divisions de 6,7056 mm, ou 0,264 pouces, soit 4 Angulas, donne une circonférence de 10 divisions de 16,764 mm, ou 0,66 pouces, soit 10 Angulas. 96 Angulas font un Dhanusha ordinaire, et cela représente exactement un millième de mile anglais. Un Yojana de 8 000 Dhanusha (de 108 Angulas chacun) fait 9 miles et 1 000 Dhanushas de 96 Angulas chacun font 1 mile.

Les mesures indiennes coïncident avec de nombreuses autres unités, depuis la "Saxon Wand" de 39,6 pouces, qui équivaut à 150 x 0,264, le pied saxon de 13,2, équivalent à 50 x 0,264, et le shusi sumérien, que l'on trouve sur la statue de Gudea, de 0,66 pouces, ce qui correspond à 0,264 x 5/2.

Dans son article pour l'Encyclopedia Britannica, Flinders Petrie parle d' un vieux pied de 13,22 pouces, en l'Angleterre, ce qui serait équivalent à 40 « grains d'orge » de 0,3305 pouce moderne. Angula et shusi signifient doigt. Jim Wakefield a trouvé le pied de 13,2 pouces dans le cercle des Rollright Stones en Angleterre. (12) Flinders Petrie décrit cependant également un pied de 13,3 pouces, ce qui impliquerait un grain d'orge de près de 1/3 de pouce moderne. (6)

Les grains d'orge étaient autrefois un élément important des systèmes de mesure. Le shusi tel que nous le connaissons grâce à la coquille de Mohenjo-daro et à la statue de Gudea aurait mesuré 0,66 pouce moderne, soit 1.6764 cm. tandis que le pouce de l'Angleterre médiévale, de l'Écosse et du Pays de Galles aurait mesuré 1/3 de pouce, vraisemblablement un pouce moderne. Ainsi, le grain d’orge de la Grande-Bretagne et de l’Irlande médiévales peut être considéré comme 100/198 fois supérieur a l'angula et au shusi. (16)

4. Interpréter les sites anciens en mètres


Alors, comment en sommes-nous arrivés à un système de mesure international défini de manière circulaire, et qui n’a apparemment rien à voir avec les systèmes traditionnels qui s’appuyaient sur des entités physiques telles que l’orge ? Le mètre est-il décevant, comparé aux systèmes de mesure sophistiqués qui nous sont parvenus à travers les siècles et qui ont existé pendant si longtemps dans de nombreuses régions du monde ? Beaucoup de gens semblent le penser.

Une des raisons est que le système dans lequel les différents types de pieds et de coudées faisaient partie de était si bien conçu. Mais alors il faudrait féliciter ceux qui ont inventé ce système si le mètre s’y intègre si bien. Le système actuel construit autour du mètre est moins sophistiqué, à bien des égards, il est vrai. De plus, l'ancien système ne cherchait pas a définir une unité de longeur en fonction d'une vitesse.

Une indication que le mètre pourrait effectivement avoir sa place non seulement dans cette tradition est que nous le trouvons, ou quelque chose de très près, dans des sites anciens, tels que les pyramides de Gizeh, les cercles de pierres de Bretagne, et Stonehenge. J'entends par là que l'interprétation des dimensions de ces sites donne des valeurs significatives. Ainsi, le côté de la Grande Pyramide de 9068,8 pouces, selon Flinders Petrie (11), se convertit en 230,34752 mètres, ce qui est très proche de 12² x 4² / 10 mètres, une connexion possible à un système sexagésimal tel que celui des Babyloniens, parmi d'autres, utilisaient. Un pouce équivaut à 2,54 cm. Le nombre 254 se retrouve également sous forme de ratio à Gizeh.




Il existe plusieurs exemples de mesures avec des associations lunaires en mètres à Gizeh. En voici un trouvé par Dennis Payne (15) :


Nous pouvons également interpréter le côté de la Grande Pyramide comme √2/√3 x 100 000 / 354,36708 = 230,40983 mètres, équivalent à 9071,2531 pouces. Une année lunaire compte 354,36708 jours. Un pouce équivaut à 2,54 cm. L'existence du metre doit beaucoup au nombre 254, dans son rôle auprès du pouce comme « jour-pouce ». Une année lunaire peut être représentée géométriquement par 200 000 x √2 / (254 x π) = 354,45524, ce qui signifie essentiellement que 20 x √2 /π mètres sont presque égaux à une année lunaire en pouces-jours. Ceci est particulièrement intéressant lorsque 20 cm x 2,61803, qui est Phi au carré, font une coudée royale égyptienne, soit 52,3606 cm (20,6144 pouces), et aussi, si on ajoute une valeur de 2,61803 cm à cette coudée en cm, obtient une belle approximation de pi, 3,141636. De plus, si on multiplies cette coudée en pouces par le nombre de jours d’une année lunaire et on la divises par 20, on obtient une belle approximation de l’année solaire en jours : 20,6144 x 354,36708 / 20 = 365,2534. Cela donne une forte indication que le mètre et le pouce sont tous deux intimement liés au plan de Gizeh, et l'un à l'autre.









Howard Crowhurst a découvert que la lecture des dimensions et des distances en mètres donnait des résultats significatifs en Bretagne, et Quentin Leplat a trouvé des preuves de l'existence du mètre dans l'Antiquité, et le Moyen-age. Richard Heath et Robin Heath ont trouvé en Bretagne un mètre dans les monuments mégalithiquess, équivalent à 29,53059 x 4/3 pouces. Dans le contexte de l’utilisation répétée du « pouce-jour », cela est significatif. Richard Heath a écrit que « la pratique du comptage des jours en pouces conduit à une définition du mètre mégalithique (32 et 5/8 pouces) à partir des longueurs relatives des années lunaires et solaires, c'est-à-dire comme une conséquence métrologique naturelle du comptage des jours en pouces."(10)





5. Le mètre est une unité de mesure ancienne


Le mètre peut-il être rattaché aux anciennes traditions basées sur des choses comme les poux, les grains d'orge et la largeur des doigts ? Si un grain d'orge mesure un tiers de pouce, 29,53125 x 4 grains d'orge mesurent 39,375 pouces, soit une forme de mètre. Et 29,53059 x 4 grains d'orge font 39,37412 pouces.

Il n'est pas facile de rassembler 29.53059 grains d'orge, mais cette mesure peut être réalisée avec un cercle. Un cercle d'un diamètre de 94 unités aura une circonférence de 295,309709 unités, soit près de 10 lunaisons en jours. Cela a été découvert par Jim Wakefield, au cercle des Rollrights. (12) Si nous disposons 376 grains d'orge sur une ligne et traçons un cercle autour d'elle, de sorte que cette ligne soit le diamètre, la circonférence sera de 1181,2388 grains d'orge, équivalent à 40 x 29,530971 grains d'orge, et à 10 x 39,3746279 pouces, soit environ 10 mètres.

Le Yard Mégalithique est une unité associée à des cercles de pierres, découverte par le professeur Alexander Thom, qu'il a évalué à 2,72 pieds +- 0,003. En termes de géométrie des cercles et des triangles que Thom a trouvée dans son travail, le yard mégalithique peut être utilement décrite comme 2 π / √3 x 9 pouces = 32,6484 pouces (13). En termes d'un éventuel système sexagésimal dans lequel une unité proche du mètre existait autrefois, il est également intéressant de considérer le yard mégalithique comme 12⁴ x 4 / 10⁵ mètres, ou 12⁴ x 4 / 10⁵ x 1/254 pouces. Cela serait également compatible avec le côté Grande Pyramide multiplié par 36/10 000.

9068,8 x 36 / 10 000 = 32,64768

32,64768 / 12 = 2,72064

Puisque le côté de la Grande Pyramide peut être interprété comme 5000 π / √3 pouces, on peut alors dire qu'un yard mégalithique est également compatible avec 18 π / √3 = 32,6483886 pouces, ce qui fait 2,720699 pieds.

Nous pourrions théoriquement interpréter le Yard Mégalithique comme 54 x  π / √3 grains d'orge de 1/3 de pouce, ce qui est intéressant dans le contexte où 54 est un nombre important dans la métrologie ancienne et l'astronomie indienne, et la moitié de 108.

54 x  π / √3 x 1/3 = 32,648389

32,648389 / 12 = 2,720699

Si nous pouvons également considérer le Yard Mégalithique comme 48³ x 29,53059 / 10⁵ pouces, cela équivaut à 12⁴ x 4² x 29,53059 / 10⁵ grains d'orge de 1/3 pouces.

12⁴ x 4² x 29,53059 / 10⁵ x 1/3 = 32,65847

32,65847/12 = 2,721539

Nous pourrions revenir au cercle et exprimer le Yard Mégalithique comme 376 x 12⁴ x 4 x π / 10⁶ grains d'orge.

376 x 12⁴ x 4 x π / 10⁶ x 1/3 = 32,658891

32,658891 / 12 = 2,721574

Ou nous pourrions l’exprimer sous la forme 47 x 4⁶ x 9² x 2 x π / 10⁶ grains d’orge.

47 x 4⁶ x 9² x 2 x π / 10⁶ x 1/3 = 32,65889

Il existe de nombreux liens entre les unités anciennes et le mètre. Comme le souligne Jim Alison :

Un mètre contient 60 shusi, soit 54 doigts, ou 30 pouces de la vallée de l'Indus. La longueur du pied babylonien de 20 shusi, de l'ancien pied nord de 18 chiffres et du pied de la vallée de l'Indus de 10 pouces de la vallée de l'Indus, sont tous d'un tiers de mètre. (17)

Une autre indication que le metre peut être très ancien est que nous trouvons d'anciennes unités de mesure qui semblent compatibles avec lui, même s'il est souvent difficile de savoir si l'information a simplement été arrondie à un nombre entier par quelqu'un qui aime travailler en mètres. de toute façon. Il existe des traces possibles d'un mètre ancien aussi loin que la Chine :

Le territoire était divisé en carrés qui avaient un li furlong ou trois cents pieds de chaque côté et contenaient neuf cents mètres carrés. La longueur du pou était de six tch'eu, et celle du tch'eu mesurait environ vingt centimètres. Ainsi, le pou mesurait environ un mètre vingt centimètres, le stade 360 mètres, le stade carré 129 600 mètres carrés, et le meou 144 mètres carrés soit un peu moins qu'un are et edmi"

Flinders Petrie ne travaillait pas en mètres, mais présentait son travail principalement en pouces. Il écrit en 1911 :

Il est remarquable de constater à quel point ce premier système décimal de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne est le double du système métrique décimal moderne. S'il n'avait pas été malheureusement chassé par le 12 pouces. pied, et réprimé par des statuts à la fois contre sa verge et contre son mille, nous n'aurions besoin que d'un petit changement pour placer nos mesures en accord avec le mètre. (6)

Étonnamment, selon Flinders Petrie, la Grande-Bretagne et l'Europe du Nord disposaient autrefois d'un système de mesure décimal et d'une unité proche du mètre moderne. Il parle d'un pied ancien de 13,22 pouces, qui était en Angleterre « le pied de construction le plus courant jusqu'au XVe siècle » (7). Ce qui reste du prédécesseur du système impérial en Grande-Bretagne est en effet décimal : un mile équivaut à 8 stades, mais était autrefois 10 stades. Un furlong équivaut à 10 chaînes, une chaîne équivaut à 10 brasses. 400 pieds de 13,2 pouces correspondent à un mile, et ce pied de 13,2 pouces donne une verge de 39,6 pouces, soit 54 x 0,733333 pouces. Une unité d'environ 40 pouces était utilisée, appelée cour et main pleine, et un tiers de celle-ci aurait été approximatif à peine 13¹/³ pouces.

Si l'on multiplie 40 pouces par 63/64, la fraction Oeil d'Horus, on obtient 39,375 pouces, une forme ancienne de mètre, et cela multiplié par 8000/8001 donne le mètre moderne de 10 000/254 pouces.

Le pied saxon/nordique mesurait environ 13,2 pouces et se trouve également en Sumérie et en Inde. Le système indien est en partie compatible avec un système décimal, à partir du Dhanus. Dans le Brahmanda Purana, à partir de l'atome, chaque unité suivante du système dérive d'une multiplication par 8, sept fois, jusqu'à l'angula, la largeur du doigt. A partir de l'angula, le système progresse non pas par 8 mais par différents nombres : 12, 21, 24, 42 et 96, jusqu'aux Dhanus, qui eux-mêmes se comptent en centaines et en milliers, par exemple 300, 1000, 2000, 8000.

Le mètre s’inscrit dans l’ancien système de mesure. L'ancien metre est relié au système des pieds et des coudées, parfois comme 10 000 / 254 pouces, et parfois comme 29,53059 x 4/3 pouces, ou 39,375, ou 39,6 pouces.


6. Mesurer la vitesse de la lumière avec un système basé sur des atomes imaginaires, des poux et des grains d'orge


Serait-il possible de mesurer la vitesse de la lumière avec une unité basée sur un système qui s'appuie sur des atomes imaginaires, des poux, leurs œufs et des grains d'orge ? Eh bien, non seulement cela serait possible, mais il semble que cela ait réellement été fait, historiquement.

Il existe des preuves convaincantes que l’on savait dans l’Inde ancienne que la lumière se déplaçait, et il existe même des preuves que la vitesse à laquelle elle se déplaçait était connue. Le chercheur M. R. Goyal a analysé les unités de mesure utilisées dans l'Inde ancienne afin de comprendre une mention dans le Rig-Veda sur la façon dont la lumière se déplace. Le commentaire est le suivant :

« Salutations à Toi (le Soleil) qui approche (à une vitesse de) 2202 yojanas dans un nimishardha. » (commentaire sur Rig-Veda, Mandal 1, Sukta 50, Mantra 4, Sayanacharya (14ème siècle après JC)).

Il est clair que l'on fait allusion aux rayons du soleil, et ce ne peut pas être le soleil qui se dirige vers nous, car la terre reste à une distance plus ou moins constante du soleil lui-même. Un yojana fait exactement 9 miles, soit 190 080 grains d'orge. Un Nimishardha est une unité de temps. Le Dr Goyal écrit :


C'est clairement la vitesse de la lumière (ou des rayons solaires) qui est mentionnée dans le shloka. Ce shloka est attribué[16, pp. 67] au fils de Kanva Maharshi (Ve millénaire avant JC). Pour le dire en termes mathématiques, comme indiqué par le shloka ci-dessus, la vitesse de la lumière serait : Vitesse de la lumière = 2202 Yojanas/Nimishardha. Comme nous l'avons calculé précédemment, un Yojana = 14,484096 Km. Pour la valeur de Nimishardha, nous nous référons à Vishnu Purana (Livre 1, Chapitre 3, shloka 8,9), dans lequel il est indiqué que : 15 Nimishas = 1 Kashtha 30 Kashtas = 1 Kala 30 Kalas = 1 Muhurta 30 Muhurtas = 1 jour & nuit (अहोरात्रम्) Ainsi, un jour et une nuit = 405 000 Nimishas = 810 000 Nimishardhas. (Signification littérale de Nimishardha étant la moitié d'un Nimisha). Dans Surya Sidhanta (Chapitre 1, Shloka 12), il est indiqué que 60 Nadis constituent un jour et une nuit stellaires (नाक्षत्रम् अहोरात्रम्). Il est également bien connu qu'un Muhurta = 2 Nadis. Il ressort clairement de cela que dans les calculs astronomiques, le jour stellaire était pris comme unité de temps. Un jour stellaire est le temps mis par la Terre pour effectuer une rotation autour de son axe (par rapport aux constellations stellaires). Un jour stellaire équivaut à 23 heures, 56 minutes et 4,1 secondes, soit 86 164,1 secondes, puisque la constellation stellaire effectue 366,25 révolutions relatives en une année de 365,25 jours. Ainsi, Nimishardha = 86164,1/810000 sec = 0,1063754sec La vitesse de la lumière telle que donnée dans la littérature védique s'avère donc être : 2202 * 14,484096 / 0,106375 km/sec = 2,998 × 105 km/sec ce qui est précisément égal à la vitesse de la lumière. selon les dernières mesures modernes. " (9)

Un Yojana est égal à 570 240 pouces, ce qui équivaut également à 43 200 pieds saxons/sumériens de 13,2 pouces, ou 14 400 "Saxon Wands" de 39,6 pouces. La vitesse de la lumière est donc proche de 20 698,044117 yojanas par seconde. Il est intéressant de noter cependant que le Rig Veda ne donne pas la vitesse en secondes, ni en une simple division du jour, mais en Nimishardhas. Selon le Dr Goyal, 1 Nimishardha équivaut à 86164,1 / 810000 sec = 0,1063754 secondes. Un jour et une nuit sidéraux sont équivalents à 810 000 Nimishardhas.

Le Rig-Veda démontre clairement que l'on savait que la lumière avait une vitesse, et avec une analyse appropriée des unités de mesure mentionnées, il est clair qu'une très bonne approximation de la vitesse de la lumière a été obtenue. L’ancien système qui a donné naissance à cette expression de la vitesse de la lumière ne doit pas être pris trop à la légère. En gardant cela à l’esprit, nous pourrions accorder une attention particulière à d’autres affirmations ou suggestions selon lesquelles une référence à la vitesse de la lumière pourrait être faite dans d’autres vestiges du monde ancien. On pourrait également reconsidérer la nécessité de fonder l'unité la plus importante du système actuellement utilisée dans le monde, le mètre, sur la vitesse de la lumière, qu'il mesure également. Comme le note le Dr Goyal :

La vitesse de la lumière telle qu'elle est donnée dans la littérature védique est précisément égale à la vitesse de la lumière selon les mesures modernes, ce qui montre qu'au cours de la période 5000 av. à 3000 avant JC, Science et la technologie était très avancée, ce qui a été en quelque sorte perdu au cours de l'époque médiévale.(9)

7. Le mètre et le jour-pouce


Le mètre peut être défini aujourd'hui d'une manière loin d'être parfaite, qui dépend de la vitesse de la lumière. Il est donc curieux de constater qu'historiquement le mètre semble avoir été lié aux mesures du temps, notamment concernant la lune. L’une des principales mesures anciennes à laquelle il est lié est le pouce.

Il est possible de considérer le mètre par rapport aux « pouces-jours » de plusieurs manières. Par exemple il est lié au pouce via le cercle. Un cercle d'un diamètre de 1000 x √ / 44 = 39,36479 pouces, qui est proche des 39,3700787402 pouces qui définissent le mètre aujourd'hui, donne une circonférence de 6 coudées de 20,611356 pouces, soit 10 unités de 12,366814 pouces. Il y a en moyenne 12,368266 lunaisons par année solaire. Si le cercle a un diamètre d'exactement 100 cm, la circonférence sera de 12,368475 pouces, ce qui est encore plus proche du nombre moyen de lunaisons.





Avec 29,53125 pour une lunaison en jours, et 99 / 70 pour √2, un cercle de diamètre 12 x 29,53125 pouces peut être relié à un carré de 20 cm de côté. Cela peut également être lié à une coudée royale égyptienne.

Un cercle d’un diamètre de 29,53059 x 1 000 pouces aura une circonférence de 254,0042898 x 365,242199 pouces. C'est un autre lien entre le soleil et la lune assuré par le pouce et le mètre, gracieuseté du cercle.

De plus, un cercle d'un diamètre de 35,436708 mètres, référence au nombre de jours en moyenne dans une année lunaire, aura une circonférence de 365,24836 pieds, comme l'a découvert Jim Wakefield.








Si le mètre peut être lié aux mesures du temps, dans un contexte ancien, il semble exagéré de le définir en termes de vitesse. Comparé au système ancien, le système moderne, au cœur duquel se trouve le mètre, semble un peu rudimentaire, un peu simpliste. Le fait que le système repose sur une unité qui est fondamentalement définie par elle-même ne fait rien pour redresser la situation.

8. Conclusion



Lorsque le mètre fut inventé, ou redécouvert, au XVIIIe siècle, il devint un élément central du projet révolutionnaire. Malheureusement, l'unité principale de l'époque à Paris contenait le mot « roi », le pied de roi, il y avait donc de bonnes raisons de lui trouver un remplaçant, dans l'esprit de ceux qui voulaient un changement radical. Ils auraient pu simplement changer le nom du pied de roi, qui pourtant existait depuis plusieurs siècles. Quelques mois seulement après que le roi ait été guillotiné, une réunion est organisée pour se débarrasser également de son pied, même si les deux hommes chargés de mesurer la France, Delambre et Méchain, n'ont pas terminé leur tâche. Avant leur retour, le mètre avait déjà été installé, même s'il s'agissait d'un mètre provisoire.

Le terme révolution est un mot intéressant à choisir pour décrire le processus de changement qui s’est emparé de la France au XVIIIe siècle, car il implique un tour de roue. Cela suggère non seulement la géométrie du cercle, mais aussi un lien avec le passé et un sens de l’histoire dans lequel les choses peuvent se répéter. Il y avait un vif intérêt pour l’Égypte ancienne et les pyramides avant et après la Révolution française. (14)

La vitesse de la lumière est un étalon problématique pour une mesure linéaire. De plus, il se peut que cette vitesse ne soit pas constante, comme le soulignent Norman Wildberger. (18) et Rupert Sheldrake (19). Historiquement, le mètre peut être lié à la fois au temps et à l’espace, mais on peut se demander s’il doit être lié aux deux en même temps. Si la définition du mètre le sape un peu aujourd'hui, ce mètre a pourtant le mérite d'avoir une très longue histoire. Il faisait autrefois partie d'un système complexe, sophistiqué, précis, et qui dépendait de concepts spatiaux pour définir des unités de mesure spatiales.

Peut-être que l’utilisation de la vitesse de la lumière comme étalon est purement symbolique. La lumière symbolise autant la nature que la science. Le mètre et les mesures impériales semblent avoir des liens historiques avec le soleil et la lune. Le pouce, le pied et le yard ne s'en sortent pas beaucoup mieux que le mètre, car ils dépendent également de cette circularité. Quel que soit le mérite de définir une unité de longueur en termes de vitesse, ce qui fait dépendre l'étalon de lui-même, l'image d'un faisceau lumineux s'étendant sur un mètre est pour le moins poétique, et en quelque sorte futuriste, à l'ancienne.



Merci à Jim Alison pour ses commentaires sur le maïs-orge et la façon dont il est mesuré.


Cet article a été inspiré par la vidéo de Norman Wildberger sur la vitesse de la lumière. https://www.youtube.com/watch?v=KiH39mCqnoQ



Notes


  1. Trasareṇu (त्रसरेणु). est aussi une ancienne mesure du poids des métaux. "jālāntarāgate bhānau yat sūkṣmaṃ dṛśyate rajaḥ / prathamaṃ tat pramāṇānāṃ trasareṇuṃ pracakṣate. //" (Śloka 132, chapitre 8, Manusmṛti). Huit trasareṇus font un Īru. Trois īrus font un Maṇkaṭuku. Trois maṇkaṭukus font un Veṇkaṭuku. Six veṇkaṭukus font un Madhyastrīyava. Trois madhyastrīyavas font un kunnikkuru. Cinq kunnikkurus font un Māṣa. Seize māṣas font un Suvarṇa. C'est le poids de deux varāhas et demi. Quatre suvarṇas font un Pala. Dix palas font un Dharaṇa. https://www.wisdomlib.org/definition/trasare%E1%B9%87u#purana Les Lois de Manu (c500BC) stipulent : « J'expliquerai, sans rien laisser de côté, les noms (des poids) du cuivre, de l'argent et de l'or que les gens utilisent normalement pour faire des affaires sur terre. Le petit grain de poussière que l'on voit lorsque le soleil brille à travers une fenêtre en treillis est est considéré comme la première mesure et est appelé « atome frémissant ». Huit atomes frémissants sont considérés comme égaux à un œuf de pou, puis parmi ceux-ci (œufs de pou), trois équivaut à une graine de moutarde noire, et trois d'entre eux (graines de moutarde noire) équivalent à une graine de moutarde blanche. Six graines de moutarde blanche équivalent à un grain d'orge de taille moyenne, et trois grains d'orge forment une baie ; cinq baies font un haricot, seize haricots une pièce d'or. Quatre pièces d'or équivalent à une paille, dix pailles font un support ; deux baies (d'argent), pesées ensemble, équivalent à un petit grain d'argent. Seize de ces petits grains font un support en argent ou une vieille pièce de monnaie ; mais un penny de cuivre pesant autant qu’une égratignure est connu sous le nom de penny à gratter. Dix supports (en argent) devraient être connus sous le nom de quintal d'argent ; et quatre pièces d'or forment un seul ornement d'or. Un Likṣā (लिक्षा) est également une mesure de poids, selon le Rasa-darpaṇa (ouvrage sanscrit sur le rasaśāstra, ou alchimie médicale). Six truṭis constituent une likṣā, et six likṣās constituent un yūkā. https://www.wisdomlib.org/definition/liksha#hinduism


8 Aṅgulas = Prādeśa (?);


21 Aṅgulas = Ratni;


24 Aṅgulas = Hasta;


2000 Dhanus = Gavyūti;

12 Aṅgulas = Vitasti;


2 Ratnis or 42 Aṅgulas = Kiṣku;


4 hastas = Dhanus;


8000 Dhanus = Yojana.


5. http://www.individual.utoronto.ca/kalendis/hebrew/chelek.htm Hebrew Calendar Studies:Why Divide Hours into 1080 Parts?

6. Flinders Petrie, M.W. 1911, "Weights and Measures", Encyclopædia Britannica 1911 Encyclopædia Britannica/Weights and Measures - Wikisource, the free online library

7. Ibid

9. Goyal, M.R., “Units of Length Measurement and the Speed of Light in Ancient India”, 18 April 2020, https://www.indica.today/long-reads/length-measurement-and-speed-of-light-in-ancient-india/

10. Heath, Richard, 2012, The Meaning of Le Menec: A Study of the Moon using the Circumpolar Stars https://www.academia.edu/5384849/The_Meaning_of_Le_Menec_A_Study_of_the_Moon_using_the_Circumpolar_Stars

11. Voir Sir William Matthew Flinders Petrie, 1883, The Pyramids and Temples of Gizeh, https://www.ronaldbirdsall.com/gizeh/

16.Si la longueur du maïs d'orge est de 0,33 pouce moderne, 8 grains d'orge, mesurés en longueur, mesureront 2,64 pouces. Le Brahmanda Purana dit que 8 grains d'orge forment une angula. Mais si l'angula est identique au shusi sumérien et mesure 0,66 pouces / 1,6764 cm, alors 2,64 pouces, voire 2,6666 pouces, est clairement beaucoup trop long pour la largeur d'un doigt. A peu près correct pour la longueur... Mais cela ne correspond pas aux autres valeurs.

Selon https://www.indica.today/long-reads/length-measurement-and-speed-of-light-in-ancient-india/]Dr Goya[/url]l "'Angula' est considéré comme la largeur (moyenne) d'un doigt humain, car 'angula' signifie littéralement doigt", ajoutant "L'analyse des sept écailles anciennes trouvées jusqu'à présent – six en Inde et une en Sumérie (datée de 2175 avant JC) – il s'avère que toutes les sept échelles anciennes sont basées sur la valeur précise de « angula » comme 1,6764 cm. On constate en outre que les largeurs de rue standard des villes anciennes, ainsi que la taille standardisée des briques, sont également basées sur cette unité de « angula », soit 1,6764 cm."

Si l'angula est de 0,66 pouces, cela correspond à la largeur d'un doigt, et donc les 8 grains d'orge doivent être mesurés différemment. La largeur d'un grain d'orge est comprise entre 0,08 et 0,12 pouce, il est donc possible de mesurer la largeur de 8 grains d'orge et d'obtenir une longueur de 0,66 pouce.

Un pou est censé mesurer entre 2 et 3 mm, soit entre 0,07874 et 0,11811 pouces. Si 8 poux forment un maïs d'orge et 8 grains d'orge forment un angula, comme le suggère le Brahmanda Purana, en se basant sur les 8 poux seuls, et non sur le grain, le doigt résultant mesurerait environ 5 à 7,56 pouces, ce qui est beaucoup trop long pour un maïs d'orge. largeur, et même trop longue pour la longueur d'un doigt. J'ai mesuré mes doigts et mon index ne mesure même pas 3 pouces de long. Dans tous les cas, l'angula est censée mesurer la largeur d'un doigt et non sa longueur. Il faut donc que le pou en question soit un mini pou, de 0,66 / 64 = 0,0103125 pouces. C'est du moins ce que je pensais jusqu'à ce que je vérifie la largeur d'un pou. Largeur d'un pou : environ 0,04 à 0,12 pouces. Je pense donc que les poux étaient alignés côte à côte et mesurés en largeur.

Le diamètre d'un cheveu humain varie mais il se situe entre 1/1500 et 1/140 de pouce. Travailler à partir de là, donc le multiplier par 8 quatre fois pour arriver à l'angula, n'est pas très utile, car le diamètre des cheveux varie trop et pourrait produire une angle entre 2,73 et 29,26 pouces.

Il faut que l'angula mentionnée dans le Brahmanda Purana soit mesurée par rapport à la largeur et non à la longueur des 8 grains d'orge, et les 8 poux sont également mesurés par la largeur.

Si un yojana mesure effectivement 14,484096 km / 9 miles comme le suggère le Dr Goyal, alors il y a toujours un problème avec la liste des unités du Brahmanda Purana, qui stipule qu'un yojana équivaut à 8 000 Dhanus et qu'un Dhanus équivaut à 96 angles, ce qui rendrait le angle 0,7425 pouces. Ainsi, 0,66 pouce multiplié par 108 et 8 000 (108 au lieu de 96) donne un yojana qui correspond à l'estimation du Dr Goyal. Si, toutefois, nous commençons avec un angle de 0,66 pouces, puis multiplions-le par 96 et 8 000, conformément aux instructions du Brahmanda Purana, nous obtenons 8, et non 9 miles.

17. Voir Jim Alison « Earth Measures », Longueurs, volumes et poids babyloniens et romains, https://home.hiwaay.net/~jalison/blu5.PDF

19 vues0 commentaire

Comments


bottom of page