top of page
Rechercher

70. Pouce et Metre: un Marriage a Gizeh

Dernière mise à jour : 30 mars

Il y a ci-dessous un tableau montrant les dimensions des côtés des trois pyramides principales et du grand rectangle de Gizeh qui relie le coin nord-ouest de la Grande Pyramide et le coin sud-est de la troisième pyramide - juste ces dimensions de cinq linéaires clés. longueurs, pour rester dans la simplicité. De là, que pouvons-nous apprendre sur la présence du pouce et du mètre à Gizeh ? On peut utiliser la valeur moderne du mètre, qui est de 2,54 cm au pouce anglais, ou on peut également envisager d'utiliser un « mètre » de 29,53059 x 4/3 pouces. Le mètre et le pouce existent-ils en harmonie à Gizeh ?


Tableau de valeurs pour 5 longueurs linéaires à Gizeh. Le coefficient C = 1,0002766.

1. Le tableau


Dans la première colonne, en rouge, le tableau montre ce que j'ai appelé la valeur astronomique et géométrique. J'entends par là une valeur dérivées de la racine carrée de trois, de pi et de nombres entiers simples tels que 2, 3, 4, 5, 8 et 10, et de nombres de jours dérivés de l'astronomie, tels que 29,53059. jours dans une lunaison, 223, le nombre de lunaisons dans une période dite Saros, ou Chaldéenne, 235, le nombre de lunaisons dans une période Métonique, et 254, le nombre de mois sidéraux dans une période Métonique. La deuxième colonne, en orange, présente les valeurs astronomiques et géométriques en mètres modernes, pour ces cinq longueurs. Les équations qui ont conduit à ces valeurs se trouvent à droite du tableau, en bleu pour les valeurs en pouces anglais, et en vert foncé pour les valeurs en mètres.


2. Le côté de la Grande Pyramide


En regardant d’abord les équations pour les valeurs en pouces anglais, nous avons 5 000 π / √3 pour le côté de la Grande Pyramide. Cela donne une valeur astronomique / géométrique de 9068,9968 pouces, si l'on utilise les valeurs des nombres irrationnels d'une calculatrice. Qu'est ce que cela signifie? Eh bien, au niveau géométrique, nous avons pi et √3, donc on fait référence au cercle et au triangle. Ce sont des formes simples et symboliques qui peuvent transmettre quelque chose sur l'univers, sur la conscience et sur la façon dont elles sont comprises par l'esprit humain. Les nombres irrationnels, dépassant la portée de la définition humaine, peuvent symboliser le divin (il n'y a pas de nombre que nous puissions définir exactement, qui, au carré, fasse exactement 2, ou 3, ou 5).

De plus, ces irrationnels représentent un système de mesure et d’intégration de nombreux cycles de temps. La présence de π / √3 indique la représentation, à travers la géométrie, de ce système précis de mesure du temps.

  • année civile x année draconitique / (année lunaire x lunation) x 3 / 20 ≈  π /√3

  • nombre de lunaisons par an ≈ π /√3 x 300 / 44

  • et dans une moindre mesure, mois sidéral x 3/2 x 1 000 000 / (25 920 x 29.53059² ≈ π /√3



Il se peut aussi que le cycle de 33 ans du soleil et de la lune soit lié à 2π /(3 x √3), puisqu'il y a 12 052,9926 jours en 33 ans, et 20 000π /(3 x √3) = 12 091,9958, une différence de 39 jours.

La valeur astronomique et géométrique du côté de la Grande Pyramide est de 9 068,9968 pouces anglais, soit 230,3525 m. L'équation de la valeur du côté de la Grande Pyramide en mètres est 5 000 π / √3 x 254 / 10 000. Ce n'est pas surprenant car 2,54 cm correspondent à un pouce. Il faut cependant de souligner l'importance du nombre 254 : c'est le nombre de mois sidéraux dans une période métonique. Même si le mètre n'était pas devenu une unité moderne, au lendemain de la révolution française, on le trouverait encore ici à Gizeh, car les nombres qui comptent sont liés aux cycles astronomiques, donc 19, 235, 254, 223, 60, etc. Lorsqu'on convertit l'équation donnat des pouces en équation donnat des mètres, on n'utilise pas n'importe quel coefficient. On utilise un nombre de temps très significatif, dans lequel les mois sidéraux et synodiques se réconcilient presque parfaitement avec un certain nombre. d'années solaires, soit 19.

On observera que les valeurs obtenues grâce à ces équations, tant en pouces qu'en mètres, sont légèrement inférieures aux valeurs données par Flinders Petrie. En fait, cela est cohérent sur tout le site. Cela pourrait être dû à de légères différences dans les valeurs du pouce, ou dans les valeurs des nombres irrationnels, ou dans les valeurs des cycles de temps en jours, ou tous les trois. Mais dans l’ensemble, multiplier ces valeurs astronomiques et géométriques par 1,0002766 (ou même 1,0001415) marche bien pour aligner les valeurs a celles de Flinders Petrie. Ici, j'utilise 1.00002766, appelé "C" dans le tableau ci-dessus.

On obtient de ces valeurs astronomiques et géométriques 9 068,9968 x 1,0002766 = 9 071,5053 pouces (ou bien avec le coefficient 1,0001415 9070,2801 pouces), et 230,3525 x 1,0002766 = 230,4162 (ou, alternativement 230,3851 avec le coefficient 1.0001415). A titre de comparaison, la valeur donnée par Flinders Petrie pour le côté moyen de la Grande Pyramide est de 9068,8 pouces.

La racine carée de 2 lie aussi le mètre, le pouce et la lune, car 20 x √2 /π mètres sont presque égaux à une année lunaire en pouces-jours.



3. Le côté de la deuxième pyramide


Si nous regardons les valeurs astronomiques et géométriques du côté de la deuxième pyramide, nous avons 8471,2426 pouces et 215,1696 mètres. Les équations à partir desquelles ces valeurs sont dérivées sont respectivement 500 π / (√3 x 3) x 223 / 235 et 5 π / (√3 x 3) x 223 / 235 x 29,53059 x 254 / 100. Encore une fois, il n'est pas surprenant que nous utilisions 254 pour convertir des pouces en mètres, mais cela devient très intéressant dans le contexte de l'équation pour donner la valeur en pouces en premier lieu, comme le nombre de lunaisons dans un cycle métonique (235 ) et dans un Saros les cycles (223) sont clairement référencés. Nous avons donc le système dans son ensemble représenté par  π / √3, puis ces nombres très importants de mois, synodiques et sidéraux, le tout réunis dans une seule équation. Les valeurs alors obtenues en multipliant par C sont proches de celles de Flinders Petrie. On obtient 8471,2426 x 1,0002766 = 8473,5857 pour les pouces, et 215,1696 x 1,0002766 = 216,2294 pour les mètres. En comparaison, la valeur de Flinders Petrie est une moyenne de 8474,9 pouces.


4. Le côté de la troisième pyramide


Si nous nous tournons maintenant vers la plus petite des trois, la troisième pyramide, la valeur astronomique et géométrique dans le tableau est donnée comme 4151,5332 pouces et 105,4489 mètres. Les équations à partir desquelles ces valeurs sont dérivées sont respectivement 2 000 π / (√3 x 3) x 29,53059² / 254 et 2π / (√3 x 30) x 29,53059². Lorsqu'on convertit en mètres, et multiplie ainsi par 254, on simplifie en fait l'équation car il y a déjà 254 au dénominateur de l'équation en pouces. Si l'on multiplie ensuite ces valeurs par le coefficient C, on obtient 4 152,6815 pouces, soit 105,4781 mètres. La mesure de Flinders Petrie pour le côté de la troisième pyramide est de 4 153,6 pouces.


5. Le grand rectangle de Gizeh : longueur et largeur


En ce qui concerne maintenant le grand rectangle de Gizeh, qui englobe le coin nord-est de la Grande Pyramide et le coin sud-ouest de la troisième pyramide, on obtient des valeurs astronomiques et géométriques de 35 704,71189 pouces et 906,8997 mètres pour la longueur, et de 29 704,71189 pouces, et 742,1848 mètres pour la largeur. (Si la longueur en mètres vous semble familière, bien repéré.)

Les équations sont les suivantes : longueur en pouces : 5 000 π / √3 x 1 000 / 254. Longueur en mètres : 500 π / √3. Encore une fois, la conversion en mètres simplifie l'équation, en supprimant le 254 du dénominateur dans la première équation qui produit des pouces. Et quand on regarde cette équation pour la valeur en mètres, on peut voir le lien avec l'équation du côté de la Grande Pyramide en pouces, car ils sont presque identiques, mais avec un facteur 10. Le côté de la Grande Pyramide en pouces , valeur astronomique et géométrique, est de 5000 π / √3. La largeur du site résulte de l'équation 32 / 3 x π x 29,53059² pour les pouces, et 8 π x 29,53059 pour les mètres, si l'on utilise la valeur de 29,53059 x 4/3 pouces pour le mètre, plutôt que 10 000 / 254 pouces, soit 80 000 π x 29,53059 / 254 pouces si l'on continue la conversion de manière conventionnelle avec 2,54 cm en pouce. Encore une fois, nous pouvons voir ici que l'équation pour obtenir la valeur en mètres est plus simple. Multiplié par le coefficient C, la valeurs deviennent 35 704,71189 x 1,0002766 = 35 714,5878 pouces pour la longueur, soit 906,8997 x 1,0002766 = 907,1505 mètres. Et pour la largeur, on obtient 29 222,8685 x 1,0002766 = 29 230,9515 pouces, soit avec l'autre coefficient 29 222,8685 x 1,0001415 = 29 227,0035 pouces, et 236,2447 x 1,0002766 = 236,3100 mètres pour la largeur ( ou 236,2447 x 1,0001415 = 741,9989 mètres). Flinders Petrie donne 35 713,2 pouces pour la longueur et 29 227,2 pouces pour la largeur.

Bien entendu, l’interprétation des valeurs de ces cinq longueurs à Gizeh n’est qu’une interprétation parmi tant d’autres possibles. Cependant, les proportions entre les cinq longueurs semblent étayer la théorie selon laquelle elles représentent les rapports des cycles lunaire et solaire, comme le montrent les diagrammes ci-dessous.







6. La question du mètre à Gizeh


Si ces équations sont correctes, cela implique que le mètre, de 10 000 / 254 pouces, a une place à Gizeh. Il fait partie de la conception, car il est lié au pouce grace a un nombre lunaire clé, 254. La valeur du côté de la Grande Pyramide en pouces correspond à la longueur du grand rectangle de Gizeh en mètres, multipliée par 10. En en d'autres termes, alors qu'un mètre équivaut à 10 000 / 254 pouces, la conversion entre le côté de la Grande Pyramide et la longueur du grand rectangle de Gizeh est de 1 000 / 254. C'est une indication que nous devrions prendre au sérieux le nombre 254 à Gizeh. .

Nous avons examiné les valeurs de ces cinq longueurs particulières à Gizeh, les longueurs moyennes des trois plus grandes pyramides et la longueur et la largeur du grand rectangle de Gizeh, en tant que produits d'équations comportant des nombres dérivés de l'astronomie et de la géométrie, notamment π , √3, 29,53059, 223, 235, 254, ainsi que des entiers simples comme 3, 4, etc. Ces valeurs représentent des cycles de temps. La largeur du rectangle en pouces représente 80 années solaires de 365,242199 années. 80 x 365,242199 = 29 219,37592. En tant que mesure en pouces, elle est juste un peu inférieure aux valeurs obtenues précédemment, mais seulement de quelques pouces. La valeur astronomique obtenue plus tôt était de 29 222,8685, elle est donc inférieure à 4 pouces. Les 80 ans font probablement référence au cycle de 8 ans de Vénus.

Cependant, si on lit la valeur en mètres, en utilisant la valeur astronomique et géométrique 742,1848, cela correspond, a peu de chose pres, au nombre de lunaisons sur une période de 60 ans. 365,242199 x 60 / 29,53059 = 742,0960. Si au lieu du taux de conversion moderne, nous utilisons un « mètre » de 29,53059 x 4/3 pouces, nous obtenons ici une correspondance plus étroite. 365,242199 x 60 / 29,53059 x 29,53059 x 4/3 = 29 219,37592. En fait, la raison pour laquelle cela fonctionne bien ici tient à l’interaction entre les deux périodes, 80 et 60 ans, qui donnent naissance au ratio 4/3.

Mon interprétation est que les longueurs à Gizeh représentent le temps et qu'elles peuvent principalement être lues en pouces, mais peuvent également être lues en mètres et en d'autres unités. Cependant, il n’existe pas de longueur unique qui représente le cycle Méton ou le cycle Saros. Au lieu de cela, ces cinq longueurs de clé, ainsi que de nombreuses autres parties du site, semblent toutes être des parties d'un puzzle, des parties d'un tout qui doit être compris comme un système. Et il n’existe pas d’unité unique en laquelle mesurer le site, car d’autres unités révèlent des choses différentes.

Une chose que nous ne trouvons pas avec ces mesures à Gizeh, ce sont les mètres ou les pouces présents en nombres entiers. Par exemple, 5 mètres ou 20 pouces. Cela ne veut pas dire que les architectes n'ont jamais utilisé de valeurs entières, mais simplement que je n'en ai pas encore trouvé d'exemple. À Gizeh, on trouve généralement des nombres dérivés de l'astronomie et de la géométrie exprimés en pouces et en mètres, ainsi que des coudées, des pieds saxons, des pieds assyriens/perses, des pieds romains et des pieds grecs.

Le pouce jourest bien documenté dans les sites mégalithiques de Bretagne, voir par exemple les travaux de Robin Heath et Richard Heath. Et il existe des cas à Gizeh où nous pouvons interpréter directement une distance comme une durée importante pour l’astronomie et une mesure en pouces. Par exemple, si nous prenons la valeur légèrement plus longue du côté de la Grande Pyramide, ce que Flinders Petrie appelle les côtés moyens de l'orbite, de 9 125,9, nous pourrions dire que cela exprime le nombre de jours dans un cycle de 25 ans : 9 125, et ainsi avec les 4 côtés additionnés, nous pourrions interpréter la hauteur de la Grande Pyramide comme 100 ans divisés par √3, soit 100 / √3 x 100 = 5773,50269.

La base de la pyramide mesure 9 068,8 pouces par côté moyen et 36 275,2 pouces pour le périmètre, soit 921,39008 mètres. Divisé par 52, cela donne 17,71904. Multiplié par 10, cela équivaut au nombre de jours de 6 mois lunaires. Divisé par 6, ce chiffre donne un mois lunaire de 29,5317333, ce qui est très proche de l'estimation moderne de 29,53059. Si le périmètre de la Grande Pyramide correspond à 6/10 mois lunaires, en mètres modernes, alors un côté peut être considéré comme 29,53059 jours, une lunaison, multipliée par le nombre de semaines de 7 jours dans une année civile, 52, multiplié par 3/20, ce qui équivaut à 230,338602 mètres, ou 9068,448888 pouces.

De la même manière, nous pouvons interpréter la largeur du grand rectangle de Gizeh comme 80 ans, également exprimée en pouces. Lorsque nous lisons la largeur comme étant de 29 227,2 pouces, ce qui est la mesure de Flinders Petrie, il pourrait être tentant de conclure que le pouce ne peut pas avoir été une unité importante à Gizeh, ou que nous verrions 30 000 pouces, ou 28 000, ou quelque chose de joli. numéro rond. Or, il semble qu'à Gizeh le pouce soit associé aux cycles temporels, on va donc le retrouver en multiples de 29,53059, ou 365,242199, ou même simplement de π / √3, ce qui représente un système de cycles temporels. Et les mètres ici semblent exprimer des lunaisons, donc la largeur de ce rectangle est proche du nombre de lunaisons sur une période de 60 ans. D'une manière générale, le pouce semble plus étroitement associé lié au soleil et le mètre à la lune.

Pour certaines personnes, travailler avec un metre à Gizeh semble tout simplement erroné, voire anachronique. Il y a donc d’autres façons d’y penser. Par exemple, on pourrait dire que la largeur du Grand Rectangle de Gizeh exprime le nombre de lunaisons en 60 ans multiplié par 10 000 / 254, le « 254 » étant interprété comme un nombre lunaire. Ou nous pouvons penser à une unité similaire ou 29,53059 x 4/3 pouces qui est en fait légèrement plus longue, valant 39,37412 pouces. Mais au final, 10 000 / 254 pouces font un mètre, c'est simple. De plus, 29,53059 x 4/3 pouces font quelque chose de très très proche d'un mètre, et cela peut être dû au fait que les cycles de 60 et 80 ans sont comptés dans les lunaisons.

On peut également ajouter que 254 années équivalent à environ 1 000 lunaisons. La relation entre ces deux cycles, 254 ans et 1000 lunaisons, semble liée au rapport pouce/mètre.

   Phi au carré mètres modernes x 29,53059 x 12/10 = 365,2534037 pouces. Cela suggère que Phi au carré / 100 mètres correspond approximativement au rapport entre une année solaire et une année lunaire. De plus, 10 années solaires en pouces correspondent à environ 1 lunaison x pi mètres.

Le mètre permet de réaliser des liaisons lunaires et solaires par rapport au pouce, par exemple un diamètre de cercle de 100 cm a une circonférence de 12,368475 pouces, ce qui est proche du nombre moyen de lunaisons dans une année. Et un cercle d'un diamètre de 35,4326708 mètres aura une circonférence de 365,24836 pouces.


On peut se demander pourquoi le nombre 254 a été choisi pour incarner le rapport entre le pouce et le mètre, apparemment de manière assez inexplicable et soudaine au début du XXe siècle. Oui, avant cela, le rapport entre le pouce et le mètre était proche de 10 000 / 254, avec différentes valeurs du mètre exprimées en pouces autour de 39,37 pouces, ou un peu au-dessus, jusqu'à environ 37,3827 pouces. A cette époque, les mesures comparatives variaient, le pouce changeait un peu, et les étalons métriques s'amélioraient en qualité, mais quand enfin on arriva à un rapport final, le pouce étant redéfini par rapport au mètre, c'était avec ce rapport de 10 000 / 254.


7. Un coup d'œil sur le plan de Gizeh et l'importance de 254


Le tableau ci-dessous montre les interprétations des dimensions en pouces et en mètres de certaines des caractéristiques les plus importantes du site de Gizeh. Le nombre 254 relie non seulement les dimensions en pouces et en mètres, mais aussi les dimensions autour du site, en pouces et en mètres. La valeur de la longueur de la Grande Pyramide en pouces est 10 fois la valeur de la largeur du rectangle de la Grande Gizeh en mètres, divisée par 10 : 9068,8 pouces et 906,8562 m.



Une meilleure correspondance peut être obtenue si les valeurs dérivées des nombres irrationnels et lunaires sont multipliées par environ 1,0002.


Les distances entre les centres de la Grande Pyramide et de la deuxième pyramide, et entre la deuxième pyramide et la troisième, se rapportent au côté de la Grande Pyramide comme suit :

Côté GP x 3 000 000 x 254 / 22 = Grande Pyramide - Deuxième pyramide centre à centre

Côté GP x 58,2 / 29,53059 = Deuxième Pyramide - Troisième Pyramide centre à centre.

Les rectangles créés par ces deux diagonales affichent également des ratios similaires, impliquant 29,53059.




8. La Pyramide du Louvre


On peut aussi se demander pourquoi M. Pei, l'architecte de la pyramide du Louvre, a choisi d'exprimer dans sa création la relation lunaire et solaire entre le pouce et le mètre. Comme l'a observé Jim Wakefield (1), les dimensions de la pyramide du Louvre sont de 35,42 mètres pour la longueur de la base et de 21,64 mètres pour la hauteur (malheureusement aucun chiffre plus précis n'est disponible). Le 35,42 semble faire référence au nombre de jours d'une année lunaire, 354,36708, divisé par 10, et la hauteur de 21,64 mètres est le diamètre d'un cercle avec une circonférence de 223,0448 pieds, peut-être une référence au cycle de Saros. La hauteur en mètres est le double du côté de base en pieds : 21,64 mètres équivalent à 354,3307 pieds x 2/10. Un cercle d'un diamètre de 35,42 mètres a une circonférence de 365,076 pieds.

Que ce soit délibérément ou non, l'architecte a fait en mètres la pente de la pyramide presque la même longueur que le côté de la troisième pyramide en pouces, divisé par 100. √(21,64² + 35,42²) x 100 = 4148,88998. Si la mesure du côté de la pyramide de verre est effectivement de 35,436708 mètres, le résultat pour la pente est de 4152,1680. Pétrie 4153,6 pouces. Ce qui signifie que nous pourrions interpréter le côté de la troisième pyramide comme √((354,36708 / 10 000 x 24 x 254)² + 35,436708²) x 10 = 4150,2 pouces. Il semble que ces mesures anciennes soient toujours en vigueur dans le monde d’aujourd’hui.


9. Chercher des pouces, mètres et d'autres unités en multiples de nombres astronomiques


Il pourrait être utile d'envisager d'essayer d'interpréter d'autres sites antiques en considérant leurs dimensions comme expressions de systèmes astronomiques, et cela pourrait être fait en lisant les dimensions en pouces, mais aussi en mètres, et d'autres unités qui fonctionnent à Gizeh, afin d'essayer pour comprendre le concept de conception. À Stonehenge, par exemple, la lecture des dimensions en mètres offre des possibilités intrigantes. Le diamètre du cercle Sarsen entre les côtés intérieurs des pierres est selon Flinders Petrie de 1 167,9 pouces, mais pris comme 1 162,62 pouces, soit un peu plus de 5 pouces de différence, cela pourrait être interprété comme 29,53059 mètres.  



Toujours à Stonehenge, la lecture des dimensions du rectangle des "Station Stones" en mètres nous permet de voir le rôle qu'un carré de 20 x 20 mètres pourrait jouer dans la conception. Un tel carré donne naissance à une spirale de Théodore qui s'adapte parfaitement au rectangle.







10. Al-kīmiyā


   Avant l’invention de la science moderne, l’alchimie était l’une des branches de la philosophie naturelle qui s’occupait de l’étude du monde naturel. Le mot vient en fait de l'arabe, al-kīmiyā, et a donné naissance au mot « chimie ». Selon Wallis Budge, le mot arabe al-kīmiyaʾ signifiait « la [science] égyptienne ». L'idée de rechercher des remèdes merveilleux, des élixirs de vie éternelle, des pierres philosophales, de considérer le monde comme composé de quatre substances seulement et de fabriquer de l'or à partir de mercure a été ridiculisée. Mais il y a un aspect de l’alchimie qui est pertinent pour cette analyse, et peut-être plus généralement aujourd’hui, qui donne un cadre dans lequel comprendre le monde. Le soleil et la lune y sont les personnages principaux, et

Isis était l'épouse d'Osiris et la mère d'Horus. Elle était associée à l’ordre du cosmos et à la lune. Osiris était également associé à la lune, tué à la pleine lune, puis ressuscité. Son corps était divisé en 14 parties, une référence aux 28 jours du cycle lunaire. Osiris était également associé au soleil dans la mesure où le soleil traversait les Enfers la nuit, et c'était le royaume d'Osiris. Les yeux d'Horus étaient associés au soleil et à la lune.

Tout au long de l’histoire de l’alchimie, du moins dans ce que l’on en sait aujourd’hui, l’imagerie d’un mariage entre le soleil et la lune, donnant naissance à un enfant, a perduré. Peut-être que ce que nous voyons à Gizeh, avec le pouce connecté aux périodes solaires et le metre connecté aux périodes solaires et lunaires, est lié à cette idée. Si nous considérons la coudée royale égyptienne comme 365,242199 / 354,36708 x 20 = 20,613777 pouces anglais, ou 0.5235899 mètres, on voit les deux forces de la lune et du soleil s'unir.

On sait que le mètre permet d'associer la coudée royal égyptienne a pi et a Phi au carré. 3.14159 - 2.61803 = 0.52356, valeur assez proche se 0.5235899. Si on combine cela avec la formule qui donne la valeur de 20.613777 pouces a la coudée, on peut dire que:

(365.242199 / 354.36708 x 2 / 1000 x 254) + 2.61803 = 3.1416199, ce qui est une assez bonne approximation de pi. Si on associe pi aux cercles, et aux cycles, et Phi à la vie, la coudée royal Egyptienne telle qu'elle est comprise en pouces anglais et en mètres, cela nous donne une belle image de la vie dans le cosmos.


Johann Daniel Mylius, Philosophia reformata…, Francfort 1622 Emblème 19. Dans un cercle d'étoiles, un homme à gauche se tient sur un Soleil, tandis qu'à droite une femme se tient sur une Lune. Ensemble, ils soutiennent un globe terrestre à l'intérieur duquel se trouve un triangle, à l'intérieur d'un carré et à l'intérieur d'un cercle. Le Soleil et la Lune brillent depuis les coins extérieurs du cercle d’étoiles, et la Lune aux pieds de la femme et le Soleil aux pieds de l’homme projettent chacun une ombre.


"Macrocosme et microcosme", gravure attachée à la Basilique Philosophique, troisième volume de l'Opus Medico-Chymicum de Johann Daniel Mylius, Francfort Date de publication en 1618 Source http://www.alchemylab.com/Tabula.GIF Auteur, Wikimedia Commons Matthäus Merian

Conclusion


   L'analyse des mesures des trois principales pyramides de Gizeh et du rectangle dans lequel elles se trouvent révèle des nombres liés aux calendriers lunaire et solaire, en particulier aux différentes manières de concilier les cycles du soleil et de la lune : le rapport entre les années solaires et lunaires, l'année draconitique, le cycle métonique, le cycle chaldéen de 60 ans et le cycle Saros. Il se pourrait que l’utilisation du pouce, du mètre, mais aussi de la coudée royale égyptienne, soit utilisé pour mettre en valeur ces chiffres.


Notes



14 vues0 commentaire

Comments


bottom of page