top of page
Rechercher

74. Voyage au centre du pseudo-vers

Dernière mise à jour : 28 juin


Rares sont les hypotheses archéologiques qui ont pu devenir des certitudes; trop nombreuses, par contre, celles qui, passant à l´état de dogmes, constituent de sérieux obstacles au progrès. (1)
Alfred François Devoir, 1865 - 1926

C’est une vérité universellement reconnue qu’une théorie peu orthodoxe doit nécessairement avoir besoin d’être désapprouvée. Récemment, un article de l'archéologue Stefan Maeder a dénoncé une culture d'« élitisme et de souveraineté interprétative au sein des études mégalithiques actuelles »(2). L’article met en évidence la difficulté pour un archéologue d’interpréter un site mégalithique en termes d’astronomie, et les tensions qui existent au sein du domaine. Stefan Maeder déclare :


L'un des interdits actuels de la réflexion en archéologie sur le Néolithique en Bretagne consiste à ignorer, voire à rejeter de manière prophylactique, toute approche qui prendrait en compte des indicateurs d'observations ciblées du ciel comme facteurs de placement, de construction et de « décoration » des lieux. de culte et d'installations funéraires.(3)

Un phénomène qui existe parallèlement aux tensions au sein du monde universitaire de l’archéologie, des études mégalithiques et de l’histoire ancienne est la recherche indépendante sur ces sujets, qui est pour la plupart ridiculisée ou ignorée. La raison en est la même : certaines théories et présupposés ne sont pas autorisés dans le monde dominant de l’histoire et de l’archéologie universitaires. En conséquence, les tensions qui peuvent exister au sein du monde universitaire existent également entre le monde universitaire et la recherche indépendante sur le monde ancien. Ces tensions sont en grande partie dues aux interprétations des faits et des découvertes, ainsi qu’à ce dont on croyait que les humains, dans le passé étaient capables.


Qu'elles soient ou non l'œuvre d'universitaires, les interprétations qui suggèrent que les humains vivant à l'époque de la construction des mégalithes possédaient une astronomie sophistiquée, avaient des échanges culturels avec d'autres qui n'étaient pas dans la même région géographique, ou utilisaient des mathématiques et des unités de mesure dans leurs constructions, sont pour la plupart rejetées. De même, les recherches qui suggèrent que certaines structures, en pierre ou en terre, ne sont pas des formations naturelles ne bénéficient pas toujours d'une discussion et enquête plus approfondie, mais sont rejetées d'emblée. S’il est vrai que certaines interprétations des mégalithes et des structures anciennes sont autorisées et d’autres interdites, alors ce phénomène présente un intérêt et mérite d’être discuté. Quand est-il apparu et comment et pourquoi est-il devenu, pour ainsi dire, gravé dans le marbre ? Pourquoi certaines interprétations du monde ancien sont-elles si difficiles à changer, même face à des preuves du contraire ?


Les questions actuelles sur le débat et la diversité au sein du discours public (culture de l’annulation, théorie critique) peuvent être transférées au discours universitaire en général et au domaine de l’histoire ancienne en particulier. Voici quelques-unes des questions qui définissent la tension dans les études du monde antique :


  • Quand l’astronomie sophistiquée a-t-elle commencé ?


  • Quand les mathématiques sophistiquées ont-elles commencé ?


  • Quand les humains ont-ils réussi à mesurer la terre, la lune, les distances entre les corps célestes ?


  • Quand les humains ont-ils commencé à utiliser les mathématiques et les unités de mesure dans leurs constructions ?


  • Y a-t-il eu des échanges culturels entre les personnes qui ont construit des mégalithes et des pyramides partout dans le monde, conduisant à des mythes, des techniques de construction, de l'astronomie, des mathématiques, des motifs religieux, des unités de mesure et des attitudes envers la terre similaires dans le monde entier ?


Le but de cet article n’est pas de répondre à ces questions, mais de défendre le droit de les poser. Pourquoi l’idée selon laquelle la science, la technologie, les mathématiques et d’autres aspects de la civilisation pourraient être plus anciens que ce qui est généralement admis se heurte-t-elle généralement à une opposition ? Pourquoi s’oppose-on également aux théories qui, directement ou indirectement, s’appuient sur l’hypothèse selon laquelle les sciences, les mathématiques et l’architecture sont plus anciennes qu’on ne le pense généralement ? Certaines des insultes actuelles utilisées pour marginaliser la recherche sur le monde antique incluent les termes « pseudo-science » et « pseudo-histoire ». Que signifient-ils? Pour contrer l’influence des structures de pouvoir qui influencent ce qui est considéré comme un savoir valable, nous pouvons commencer par simplement reconnaître la valeur des voix diverses et potentiellement perturbatrices dans le paysage intellectuel.



1. Nier la possibilité d’une civilisation sophistiquée largement répandue à n’importe quelle époque, sauf la nôtre


Nous nous considérons comme les plus avancés technologiquement qui aient jamais existé. Malgré les nombreux problèmes que cela a causé au cours des deux derniers siècles environ, tant aux humains qu'au monde vivant en général, nous avons tendance à nous féliciter. Pourtant, cette réussite technologique n’a pas nécessairement d’équivalent en intelligence ou en perspicacité dans la façon dont nous pensons à notre passé collectif. En fait, la sophistication avec laquelle nous façonnons et imaginons nos technologies futures contraste fortement avec la manière dont nous façonnons et imaginons nos technologies passées, qui est souvent simpliste, fausse ou illogique. Est-il possible, dans le climat académique et culturel actuel, d'imaginer une époque bien antérieure à la nôtre, dans laquelle une civilisation florissante sur terre, sur de grandes parties de la planète, était sophistiquée en termes de technologie et de science ?


L'opinion générale est qu'il y a eu certaines étapes scientifiques et technologiques dans le développement humain, comme la révolution actuelle de l'informatique et de l'IA, le début de l'ère spatiale dans les années 1960, la révolution industrielle au 19e siècle, la révolution scientifique des 17e et 18e siècles, la révolution copernicienne. révolution au XIVe siècle, l'âge d'or islamique entre le VIIIe et le XIVe siècle, et avant cela les anciens Romains, Grecs, Sumériens, Akkadiens, Babyloniens, Assyriens, Égyptiens et Chinois, jusqu'à environ 3 000 av. Avant cela, on suppose généralement qu’il n’existait pratiquement aucune science, aucune astronomie et aucune architecture remarquable, et seulement les mathématiques les plus élémentaires utilisées pour compter le bétail, ou les jours. Ceci malgré les preuves de sophistication que l’on trouve dans les vestiges mégalithiques, les pyramides et autres sites antiques, si l’on est prêt à les lire.On suppose également qu'il n'y avait pas d'échange entre des cultures anciennes qui ne se trouvaient pas déjà dans la même région géographique, de sorte que c'est une coïncidence si l'on retrouve les mêmes leitmotivs mythiques, éléments de religion et de culte, aspects de la société comme la divinité de rois, la présence de pyramides, de mégalithes, de systèmes de mesure, de systèmes d'astronomie, et de calculer le passage du temps, partout dans le monde.


Plutôt que de les rejeter purement et simplement, un dialogue constructif avec des chercheurs non traditionnels pourrait contribuer à intégrer des idées valables dans le débat général, et à remettre en question les dogmes universitaires. Évaluer le travail de chercheurs controversés ou non traditionnels sur la base de preuves et de cohérence logique, plutôt que de leur adhésion aux conventions, pourrait favoriser un environnement intellectuel plus inclusif et dynamique.


2. Reliques, débris et héritage


Si nous examinons réellement les preuves du passé, nous pourrions constater qu'il est très probable qu'il y ait eu la science et la technologie avant les Grecs de l'Antiquité, voire avant 3 000 avant J.-C., et que, comme le dit John Michell, les traditions dont on a connaissance aujourd'hui étaient des « reliques d'une ancienne science élémentaire » plus vieille. Les mots suivants ont été écrits par John Michell en 1973 et sont toujours d’actualité dans une large mesure :


Une convention scientifique qui exclut tout un domaine de la réalité vécue produira naturellement une vision quelque peu déformée du monde. Cela apparaît partout dans la situation actuelle, et nulle part plus encore que dans l’interprétation actuelle de l’histoire. l’importance de l’histoire n’est pas seulement académique, car les événements de notre époque gagnée sont dans une large mesure conditionnés par la manière dont nous percevons le passé. Les développements technologiques des deux derniers siècles ont généralement été acceptés comme la confirmation d’une théorie simpliste de l’évolution, selon laquelle l’ignorance passée est remplacée par la connaissance moderne. L'objection soulevée par de nombreux chercheurs éminents selon laquelle les preuves historiques et archéologiques, loin de soutenir cette théorie, la contredisent activement, reçoit peu d'attention car la croyance au progrès est essentielle aux intérêts particuliers, politiques, universitaires et commerciaux, de l'époque. . Les institutions dominantes d’aujourd’hui trouvent leur justification dans l’hypothèse qu’elles sont les extensions logiques de l’histoire, représentatives d’une étape unique de l’évolution humaine, et qu’il n’y a pas d’alternative à l’acceptation naturelle de leur autorité. Cette hypothèse est maintenue en attribuant aux sociétés anciennes les mêmes ambitions que celles qui régissent les nôtres et en niant la possibilité d'une civilisation universelle à toute époque, sauf à l'époque actuelle. Pourtant, en 1927, dans son livre Kingship, le professeur A.M. Hocart a souligné l'existence sur chaque continent de traditions et de survivances liées à un ordre de vie primitif, à partir duquel tout développement ultérieur a été dans le sens du déclin et de la dissolution. Depuis son époque, il est devenu évident que non seulement les mythes et les histoires sacrées de chaque race se conforment à des modèles cosmologiques identiques, mais que les monuments préhistoriques du monde entier ont été conçus conformément à un système de proportions en unités de mesure qui sont partout pareil.

Encore une fois, les traditions relatives à ces monuments sont unanimes pour prétendre qu'il s'agit de reliques d'une ancienne science élémentaire, fondée sur des principes que nous ignorons aujourd'hui. À une époque dont la stabilité dépend de la force, des opportunistes et de l'exhortation morale, il n'est pas sans intérêt de revoir l'approche ancienne des problèmes de l'existence afin de découvrir où elle peut éclairer certains aspects du temps présent qui ne sont pas faciles à expliquer. pour. (4)

L'astronome français du XVIIIe siècle Jean-Sylvain Bailly pensait également en termes de reliques, même s'il les appelait des débris de la science. Le passage suivant est assez long mais montre les conclusions auxquelles est parvenu un astronome respecté, membre de l'Académie Royale des Sciences, en étudiant l'histoire de l'astronomie. À travers cette étude, Bailly a examiné les connaissances que possédaient les peuples anciens du monde entier (les preuves dont il disposait provenaient principalement d'Europe, d'Égypte, du Moyen-Orient et d'Asie, pas tellement au-delà de ces endroits), et s'est demandé comment et quand ces connaissances pourraient avoir été acquis.


Les inftituteurs des connoiffances aftronomiques , chez les différens peuples , ont donc des ancêtres communs qui paroiffent être les vrais auteurs de ces connoiffances. Si vers 3000 ans avant notre ère on trouve partout des veftiges de l'Aftronomie , c'eft l'époque du tems ou fon règne a recommencé. Nous avons les plus fortes raifons de croire qu'elle a été cultivée très - longtems auparavant , enfuite oubliée & perdue fur la terre.
Quand on confidere avec attention l'état de l'Aftronomie dans la Chaldée, dans l'Inde & à la Chine, on y trouve plutôt LES DÉBRIS QUE LES ÉLÉMENS d'une SCIENCE ; ce font des méthodes afféz exactes pour le calcul des éclipfes qui ne font que des pratiques aveugles , fans nulle idée des principes de ces méthodes , ni des caufes des phénomènes ; certains élémens affez bien connus , tandis que d'autres auffi effentiels , auffi fimples , font , ou inconnus , ou groffierement déterminés ; une foule d'obfervations qui reftent, pendant des fiecles, fans ufage & fans réfultats. Comment concevoir que des peuples, inventeurs de l'Aftronomie , n'ayent pas pu la perfectionner dans la durée d'une longue exiftence. S'il eft des peuples auffi incapables de marcher que d'entrer dans la carrière des fciences , celui qui y eft entré une fois par le mouvement qu'il s'eft imprimé à lui même , perdra - t - il ce mouvement , & peut - il s'arrêter à jamais ?
L'invention & les progrès des fciences font de la même nature. Ces progrès ne font que l'invention renouvelée , une fuite de vues femblables , & peut - être d'efforts à - peu - près égaux. Pourquoi donc les Indiens, mais furtout les Chinois et les Chaldéens ont-ils fait faire fi peu de pas à l'Aftronomie, pendant un fi grand nombre de fiecles ? C'eft que ces peuples ont été fans génie , c'eft qu'ils ont eu la même indolence pour les découvertes que pour les conquêtes, c'eft qu'ils n'ont point inventé la fcience. Elle eft l'ouvrage d'un peuple antérieur , qui avoir fait fans doute en ce genre des progrès, dont nous ignorons la plus grande partie. Ce peuple a été détruit par une grande révolution. Quelques-unes de fes découvertes, de fes méthodes, des périodes qu'il avoit inventées , fe font confervées dans la mémoire des individus dilperfés. Mais elles fe font conlervées par des notions vagues et confufes , par une connoiffance des ufages , plutôt que des principes. On a porté ces reftes d'une fcience démembrée à la Chine , aux Indes , dans la Chaldée ; on les a livrés à l'ignorance qui n'en a pas fu profiter. On a dit qu'il falloit obferver les aftres , & des Chinois & des Chaldéens les ont obfervés pendant des milliers d'années! Leur conftance , leur affiduité a été encouragée par l'aftrologie qui leur fut en même tems communiquée , & qui convient bien mieux à l'ignorance. Mais ils ont pratiqué des méthodes qu'ils n'entendoient pas. Ils ont fuivi les obfervations fans prefque chercher l'ufage qu'on en pouvoit faire. (5)

(Les majuscules sont de Bailly.)


Cette étude de l'astronomie ancienne, par un membre de l'Académie des sciences de Paris, montre qu'il aurait été impossible que certains cycles aient été compris en une période courte, et qu'ils auraient nécessité des siècles d'observation continue. Cela révèle également à quel point les différents éléments de l'astronomie qui ont survécu dans différentes parties du monde étaient sophistiqués et combien d'efforts il faut réellement pour arriver à des valeurs pour la durée d'une année, d'une lunaison ou d'un cycle métonique. par exemple, des efforts que nous tenons peut-être pour acquis.


Un autre chercheur du monde antique est arrivé à la conclusion que la civilisation avait commencé avant les anciens Grecs ou Égyptiens, sur la base de ses propres études approfondies et de sa lecture des travaux de Schwaller de Lubicz. John Anthony West a écrit que même si les égyptologues pouvaient voir que dès le début de leur chronologie acceptée pour l'histoire égyptienne, la civilisation égyptienne était sophistiquée, en termes d'écriture, de mathématiques, de mythologie et de systèmes de mesure. Cependant, beaucoup ont choisi de refuser de croire en une civilisation antérieure qui aurait conduit à ce point. Tout comme Michell avait écrit sur les reliques d'anciennes civilisations, et Bailly sur les débris de la science, caractérisant les Babyloniens, les Grecs, les Chinois, les Indiens, les Égyptiens, etc., West pensait qu'il était logique de considérer l'Égypte ancienne comme un héritage, d'une certaine manière. une ou plusieurs autres civilisations. West a écrit :

La science égyptienne, la médecine, les mathématiques et l'astronomie ont toutes connu un développement exponentiel, un ordre de raffinement et de sophistication plus élevé que ce que les érudits modernes reconnaissent. Toute la civilisation égyptienne reposait sur une compréhension complète et précise des lois universelles. Et cette compréhension profonde s'est manifestée dans une approche cohérente, système cohérent et interdépendant qui fusionnait la science, l’art et la religion en un seul système organique. Unité. En d’autres termes, c’était exactement le contraire de ce que nous trouvons dans le monde aujourd’hui. De plus, chaque aspect de la connaissance égyptienne semble avoir été complet dès le début. Les sciences, les techniques artistiques et architecturales et le système hiéroglyphique ne montrent pratiquement aucun signe d’une période de « développement » ; en effet, bon nombre des réalisations de les premières dynasties ne furent jamais dépassées, ni même égalées plus tard. C'est étonnant. Ce fait est facilement admis par les égyptologues orthodoxes, mais l'ampleur du mystère qu'il pose est habilement sous-estimée, alors que ses nombreuses implications ne sont pas mentionnées.
Comment une civilisation complexe peut-elle naître toute faite ? Regardez une automobile de 1905 et comparez-la à une automobile moderne. Il n’y a aucun doute sur le processus de « développement ». Mais en Égypte, il n’y a pas de parallèle. Tout est là dès le départ.
La réponse à ce mystère est bien sûr évidente, mais parce qu’elle répugne à la pensée dominante de la pensée moderne, elle est rarement envisagée sérieusement. La civilisation égyptienne n’était pas un « développement », c’était un héritage.

Pour autant que je sache, peu d’universitaires croient que les opinions de Bailly, Michell ou West sur le monde antique sont correctes, malgré les recherches et l’expertise sur lesquelles elles s’appuient. Bien que de nombreux chercheurs en dehors des cercles universitaires d’histoire ancienne et d’archéologie, et certains au sein de ceux-ci, sympathisent avec ces conclusions, elles ne sont pour la plupart pas considérées comme des opinions à prendre au sérieux. Pourquoi pas?


Est-ce en partie la raison pour laquelle les études qui avancent des hypothèses de sophistication scientifique ou mathématique chez l'homme à une époque trop précoce pour le courant dominant sont ignorées ou critiquées : à cause de la perception que nos ancêtres de cette époque étaient largement inférieurs à nous ? On a le sentiment que nous sommes aujourd’hui au sommet de la réussite humaine, à tort ou à raison. Nous aimons rire et nous moquer de certains aspects du monde antique, comme leurs pratiques médicales par exemple. Des crottes de crocodile, ça vous tente ? Pourtant, aujourd’hui, alors que nous mangeons des aliments pleins de toxines, respirons un air plein de polluants, portons des vêtements qui dégagent des produits chimiques nocifs, à quel point sommes-nous plus sophistiqués ?


Si nous y regardons, nous ne pouvons manquer de constater que la science sophistiquée existe depuis bien plus longtemps que les jours de foin de la Grèce antique. Si aujourd’hui cette possibilité est jugée improbable, il s’agit à la fois d’un développement récent (c’est-à-dire depuis le XVIIIe siècle) et d’une indication des attitudes modernes à l’égard de l’étude du monde antique. Alors que les capacités technologiques ont augmenté de façon exponentielle aux XXe et XXIe siècles, il semble y avoir eu une évolution parallèle dans la diminution des capacités technologiques des peuples du monde antique, telles qu’elles sont communément comprises.


John Anthony West a écrit sur les difficultés auxquelles nous sommes parfois confrontés lorsque nous essayons de nous connecter avec le monde antique, surtout si nous persistons à nous concentrer sur le « comment » plutôt que sur le « pourquoi », ou à nous considérer supérieurs.


 Parce que, jusqu’à très récemment, la science s’est concentrée sur la question « Comment ? » plutôt que « Pourquoi ? », elle a perdu de vue les raisons qui se cachent derrière ce respect pour la géométrie et l’interaction des nombres. Les scientifiques considèrent les mathématiques comme un outil descriptif qui leur permet de décrire les phénomènes avec une précision croissante ; pour les pythagoriciens, les mathématiques étaient la représentation symbolique des fonctions et des processus dont les résultats sont les phénomènes qui concernent la science d'aujourd'hui.

L’incompréhension de la mentalité des anciens tend à engendrer une sorte de mépris sarcastique, en particulier parmi les vulgarisateurs scientifiques et mathématiques. (Les esprits véritablement créatifs dans ces domaines font parfois des déclarations qui révèlent qu'ils sont pythagoriciens dans l'âme. C'est naturel, presque inévitable ; la création implique la synthèse, et l'esprit purement analytique ne peut jamais créer. Souvenez-vous de l'avertissement révélateur et à juste titre célèbre d'EM Forster : « Only connect'.) Malheureusement, ce sont les vulgarisateurs et les auteurs de textes scolaires qui touchent le plus grand public, et les tendances à la pensée erronée ont tendance à s'auto-entretenir, du moins jusqu'au point où même les conventions ne peuvent plus cacher des pensées intérieures fatales. contradictions et incohérences. La boule de neige descend la colline jusqu'à ce que son élan soit épuisé.(9)


3. Une astronomie et des mathématiques sophistiqués, avant 3000 av. J.C.?


Il existe de nombreux exemples de chercheurs dans le monde antique qui ont trouvé des traces, des preuves ou une sophistication dans les domaines de la technologie, des sciences, des mathématiques, de l'astronomie ou de l'architecture datant d'environ 3 000 avant JC, ou avant cela. Beaucoup d’entre eux ont été insultés, ridiculisés ou ignorés pour avoir avancé des théories qui ne correspondaient pas à la chronologie habituellement adoptée par les universitaires. La plupart du temps, ils sont ignorés et balayés par des termes désobligeants tels que « pseudo-science » ou « marginale ». Cependant, un nombre important de travaux ont vu le jour, issus de recherches sur le monde antique, qui ne s’inscrivent pas nécessairement dans les cadres conventionnels. Quelles sont les raisons du manque de discussion ou de débat sur certaines questions ? Certains des chercheurs les plus en vue qui ont contribué au débat sur le monde antique ont été la cible d’énormes quantités de négativité et ont été soumis à d’énormes pressions professionnelles. D’autres ont été simplement insultés par les chercheurs de l’establishment, même lorsqu’ils sont des auteurs à succès.


Robert Schoch, qui, en tant que géologue de grande renommée, a avancé la possibilité que le Sphinx en Égypte soit plus ancien qu'on ne le pensait (environ 2 500 avant JC), sur la base de l'érosion, en est un exemple. Il a daté le Sphinx entre 7 000 et 5 000 avant JC d'abord, puis vers 10 000 avant JC, et son travail a reçu de nombreuses critiques. Bien qu'en tant que géologue, il soit en mesure d'analyser la roche d'une manière que les égyptologues ne pouvaient tout simplement pas, son travail était parfois ridiculisé, voire rejeté comme non scientifique. Robert Schoch est selon Wikipédia « un professeur agrégé américain de sciences naturelles au College of General Studies de l'Université de Boston. Après des travaux initiaux en tant que paléontologue vertébré, Schoch a co-écrit et élargi l'hypothèse de l'érosion hydrique du Sphinx marginal depuis 1990, et est le auteur de plusieurs ouvrages pseudohistoriques et pseudoscientifiques". Wikipédia ajoute également : « L’hypothèse de l’érosion hydrique du Sphinx est une affirmation marginale. » Pour une raison quelconque, le consensus est si fortement opposé au travail de Schoch, dans le grand public, que même les auteurs de son article Wikipédia ont choisi de le rabaisser avec ces préfixes « pseudo- ». Robert Schoch poursuit ses recherches et maintient sa position académique, faisant preuve de résilience face aux défis professionnels, mais cela n'a pas dû être facile. Pourquoi ses preuves et ses conclusions n’ont-elles pas déclenché un débat, au lieu de susciter la colère, dans les cercles archéologiques et égyptologiques ? Le cas de Robert Schoch, un merveilleux chercheur, met en lumière les difficultés rencontrées par les universitaires qui proposent des théories qui remettent en question les paradigmes scientifiques et historiques établis.


Un autre exemple peut être trouvé dans les théories et les expéditions de Thor Heyerdahl, comme sa célèbre expédition Kon-Tiki de 1947, où il a navigué du Pérou à la Polynésie sur un radeau, et ses expéditions ultérieures avec des bateaux en roseaux, comme le Ra et le Ra II, ont été révolutionnaires. et a attiré l'attention du public. Thor Heyerdahl a démontré que les bateaux en roseau, du type associé à l'Égypte ancienne, étaient capables de traverser l'océan jusqu'aux Amériques. Malgré cela, ses idées restent pour la plupart ignorées.


Il existe des auteurs non-académiques de non-fiction à succès qui sont si régulièrement ternis avec le pinceau de « pseudo-scientifique » que même leur profil Wikipédia le réitère, plutôt que d'éviter respectueusement les insultes mesquines. Selon Wikipédia, Graham Hancock est « un écrivain britannique qui promeut des théories pseudo-scientifiques ». Gavin Menzies, selon Wikipedia également, "était un lieutenant-commandant de sous-marin britannique qui a écrit des livres affirmant que les Chinois ont navigué vers l'Amérique avant Colomb. Les historiens ont rejeté les théories et les affirmations de Menzies et ont classé son travail comme pseudohistoire." Toujours selon Wikipédia, Christopher Knight est « un auteur qui a écrit plusieurs ouvrages traitant des théories complotistes pseudoscientifiques ». Et John Michell "était un auteur et ésotériste anglais qui était une figure éminente dans le développement du mouvement pseudo-scientifique des mystères de la Terre". Cependant, quiconque a lu les livres de ces écrivains ne peut manquer de voir qu'il y a une énorme quantité de recherche derrière eux et qu'ils se sont engagés dans des recherches et des chercheurs contemporains et passés au fur et à mesure qu'ils ont écrit, et qui sont, ou étaient, brillants, et originaux. Alors pourquoi sont-ils considérés comme des menaces contre l’autorité ? Il est difficile de ne pas conclure qu'il existe un dogme au sein des cercles universitaires de l'histoire ancienne, qui, même s'ils prétendent protéger le sujet qu'ils ont choisi d'un manque ou d'une rigueur, ne vérifient même pas la rigueur des recherches qui les offensent.


Pourquoi ne pas équilibrer la protection des normes académiques avec diverses perspectives et méthodologies, quels que soient les antécédents ou les affiliations institutionnelles des chercheurs ?


Il existe également de nombreux chercheurs sur le monde antique amateurs, qui sont talentueux et rigoureux , qui peuvent publier des articles sur des sites Internet, ou partager leurs travaux sur des plateformes comme YouTube, et qui ont de nombreuses contributions à apporter au domaine de l’histoire ancienne. Ils sont pour la plupart ignorés par les universitaires professionnels. Il existe un fossé entre un type de recherche jugé acceptable par la plupart des universitaires professionnels et tous les autres, qu’il s’agisse d’universitaires dont les conclusions sont non conventionnelles, d’auteurs à succès sur le thème de l’histoire ou de chercheurs amateurs. Les calomnies relativement nouvelles de « pseudo-science » et de « pseudo-histoire » que certains, employés universitaires ou non, adressent à ceux dont les recherches sont non conventionnelles, qu'ils soient rémunérés ou non par les universités, émanent de cette division. Qu’est-ce que cela signifie et qu’est-ce que cela implique ?


4. Dissonance cognitive


Le dogme fait référence à un principe ou à un ensemble de principes, ou à un système de croyance, établi par une autorité comme étant incontestablement vrai, quelque chose qui est généralement largement accepté comme vrai, sans aucun doute. Une théorie, un principe ou une croyance qui ne prête tout simplement pas à discussion peut être considéré comme dogmatique. L'antipathie ou la colère peuvent résulter de ceux qui réagissent à une théorie qui repose sur des hypothèses qui, directement ou indirectement, remettent en question ou sapent des opinions bien établies ou des dogmes. Il y a plusieurs raisons à cela, qui dépendent de facteurs psychologiques, sociaux et culturels.

Que se passe-t-il lorsque nous sommes exposés à des informations qui remettent en question nos croyances ou que nous n'aimons tout simplement pas ? Selon la théorie de la dissonance cognitive, développée par Leon Festinger en 1957, un individu peut ressentir un inconfort mental lorsqu'il a simultanément deux ou plusieurs croyances, valeurs ou attitudes contradictoires. Cet inconfort peut motiver les gens à réduire la dissonance, généralement en changeant leurs croyances, en acquérant de nouvelles informations ou en minimisant l'importance de l'un des éléments conflictuels, ou en réagissant de manière défensive ou agressive envers la personne qui remet en question ses croyances. Nous pourrions imaginer une diva d'opéra lisant une mauvaise critique sur une représentation récente et qualifiant le critique d'« idiot » ou d'« ivre ». Ou nous pourrions imaginer un archéologue lisant un article sur la façon dont les constructeurs de mégalithes affichent à travers leurs marquages ​​ou leurs constructions en pierre des connaissances astronomiques sophistiquées, et rejetant l'auteur comme un « lunatique » ou un « pseudo-scientifique ».


Les humains sont intrinsèquement résistants au changement, et une aversion pour les nouvelles idées est une réponse psychologique naturelle. Lorsque nous sommes confrontés à des informations qui remettent en question nos croyances établies ou perturbent nos zones de confort, nous ressentons une dissonance cognitive. Cet inconfort survient parce que notre esprit recherche la cohérence et la stabilité. Tout comme nous préférons les routines et les environnements familiers, nous avons également tendance à nous accrocher à des croyances et des idées familières. Cette résistance se manifeste dans nos comportements quotidiens : nous choisissons souvent le même itinéraire pour nous rendre au travail, mangeons les mêmes aliments et socialisons avec les mêmes personnes. Lorsque de nouvelles idées menacent cet équilibre mental, notre réaction immédiate est souvent de les rejeter ou de les ignorer pour restaurer notre sentiment d’harmonie. Cette tendance naturelle à éviter le changement est un aspect fondamental de la psychologie humaine, illustrant pourquoi la recherche innovante et remettant en question les paradigmes se heurte souvent à une résistance importante. Comprendre cela peut nous aider à reconnaître l’importance de surmonter consciemment ces préjugés pour favoriser une communauté plus ouverte et progressiste dans les sciences humaines et scientifiques.


L'analyse excellente de Jean-Pascal Rouby l'archéologie interdite utilise le concept de dissonance dogmatique, et donne un compte rendu convaincant de ce qui semble être interdit dans l'étude du monde antique, pourquoi et par qui. Quentin Leplat a également apporté une grande contribution à la compréhension et à la remise en question des attitudes à l'égard des idées non conventionnelles de l'histoire ancienne, avec une serie de videos, et de présentations.

La connaissance scientifique n'est pas une connaissance objective. La science est plutôt le produit de nombreuses subjectivités, toutes façonnées par des normes, des valeurs et des intérêts. Les résultats scientifiques sont considérés comme puissants, solides et fiables, mais ils dépendent en fin de compte de l’interprétation. Les théories sont des constructions humaines et peuvent changer.


L’archéologie et l’étude du passé ancien n’ont pas, historiquement été à l’abri de la politique, et il serait naïf de penser que ce n’est pas le cas aujourd’hui. Lorsque les chercheurs proposent des interprétations ou des théories alternatives qui remettent en question les récits traditionnels, ils se heurtent souvent au scepticisme. Cependant, ce scepticisme à l’égard de perspectives alternatives est lui-même historique et motivé idéologiquement. Tout au long de l’histoire, les puissances dominantes ont cherché à contrôler le discours et à réprimer les voix dissidentes. La désignation de certaines idées comme pseudo reflète non pas leur fausseté inhérente, mais plutôt le malaise qu’elles provoquent au sein des systèmes de connaissances établis.


La science est extrêmement bénéfique à l’étude du monde antique. Les principes de testabilité et de falsifiabilité sont essentiels à la méthode scientifique. Mais les idées spéculatives le sont aussi, et de nombreuses idées scientifiques révolutionnaires étaient initialement considérées comme spéculatives. L’histoire nous montre que des concepts tels que la dérive des continents ont fait l’objet d’un scepticisme considérable avant d’être acceptés.


Cependant, il peut arriver que, sur des sites très anciens, les types de preuves nécessaires pour étayer une affirmation, même spéculative, soient différents de ce qui pourrait être considéré comme essentiel pour une entreprise scientifique. L’absence de preuves ne prouve pas que rien ne s’est produit, ou qu’il n’y a rien eu.


5. Une archéologie de l'archéologie


Michel Foucault a créé le concept de « régimes de vérité », les vérités acceptées au sein d'une société ou d'une institution particulière, affirmant dans une interview en 1976 que « la vérité n'est pas en dehors du pouvoir, ni privée de pouvoir », et qu'au contraire, la vérité « se produit en vertu de contraintes multiples et induit des effets de pouvoir régulés ».


Ces régimes sont maintenus à travers le discours, qui dicte ce dont on peut parler et comment. En conséquence, il existe certains mécanismes essentiels au maintien de l’ordre, qui gèrent l’inclusion et l’exclusion au sein du discours. Licencier des chercheurs non traditionnels, qu’ils fassent ou non partie du système universitaire, est simplement un moyen de maintenir les structures de pouvoir existantes et un sentiment de certitude. Certaines méthodologies et épistémologies sont devenues dominantes dans les études sur le monde ancien.


L’étude des attitudes à l’égard du passé ancien est aussi intéressante que l’étude du passé lui-même. L’ère de l’archéologie scientifique a probablement commencé avec Heinrich Schliemann et sa découverte de Troie, bien qu’il n’était pas lui-même un scientifique mais un riche homme d’affaires. Jusqu’à l’arrivée de cet amateur, peu de gens croyaient que Troie était un lieu réel. Mais il avait de la méthode. Il a creusé des sondages, des tranchées, il a lu les couches de sol. Quelle ironie que cet amateur avec un rêve romantique de Troie ait lancé l'ère de la science en archéologie qui chercherait finalement à dissuader l'interférence des amateurs et des universitaires enthousiastes d'autres disciplines. Personne ne suggère qu’un individu non formée devrait se joindre à une fouille ou en lancer une elle-même. Mais les opinions et les théories des chercheurs d’autres domaines universitaires, ou indépendents, doivent avoir une certaine valeur. L’histoire de l’archéologie et l’étude du monde ancien regorgent d’amateurs. Il est donc étrange que les amateurs semblent aujourd’hui n’avoir aucune voix dans ce domaine.

6. La pseudo-science


Dans le domaine de la recherche sur le monde antique, il est courant de qualifier de pseudo-science ou de pseudo-histoire toute recherche qui semble offrir des preuves ou des interprétations allant à l'encontre d'hypothèses profondément ancrées, et de qualifier les chercheurs eux-mêmes de pseudo-scientifiques. ou des pseudo-historiens. Ceci en dépit du fait que de nombreuses personnes qui étudient l’histoire ancienne dans un contexte universitaire ne sont pas du tout des scientifiques, mais des historiens ou des archéologues. De nombreuses personnes travaillant à la recherche sur le monde ancien sont bien sûr des scientifiques. Il peut s'agir, d'anthropologues physiques, de bioarchéologues, de généticiens, de paléoclimatologues, de géoarchéologues, de paléobotanistes, de zooarchéologues, d'archéobotanistes, de linguistes et d'épigraphes, de spécialistes de la datation au radiocarbone ou de spécialistes lidar. Leur contribution à ce que l’on sait du monde antique est incroyable.


Cependant, ceux à qui le terme pseudo-scientifique s'adresse sont souvent des chercheurs indépendants, ou des universitaires d'un autre domaine, qui peuvent utiliser la science et la technologie comme base de leur travail, mais ne se prétendent pas du tout scientifiques. C'est le cas de Graham Hancock par exemple, qui se présente, je crois, comme un journaliste et un écrivain, même s'il s'engage activement dans la recherche scientifique à travers ses livres. Le but de l’utilisation de termes comme pseudo-scientifique est vraisemblablement de dévaloriser l’auteur d’un livre, d'une vidéo ou d’un article. Mais le qualifier de pseudo-scientifique semble aussi absurde que de qualifier un oiseau de pseudo-dinosaure.


Pseudo! Un préfixe pittoresque, quoique déroutant, qui vise à blesser ou à rejeter, et qui repose sur des hypothèses sous-jacentes intrigantes. C’est un terme qui pourrait même passer pour vaguement scientifique. La notion de pseudo-science considère la science comme la meilleure forme de recherche ou d’effort universitaire. Il s’agit d’une tendance générale dans les sciences humaines, qui sont de plus en plus considérées comme des sciences sociales. À l’opposé de cette idéalisation du domaine scientifique, auquel l’histoire et l’archéologie n’appartiennent pas à part entière, même si elles peuvent s’y appuyer, le concept de pseudo-science suppose l’existence d’une sorte de monde de l’ombre qui est l’inverse de la science : pseudo-science. Du côté positif, il n’y a pas de crise de réplication dans le domaine de la recherche non conventionnelle ou indépendante, car personne ne prend vraiment la peine de la reproduire.


Qualifier la recherche de pseudo-histoire ou de pseudo-science, ou la marginaliser, peut simplement être compris comme un moyen de maintenir le contrôle sur la production et la diffusion des connaissances, ou comme un exercice de pouvoir servant à protéger le statu quo. Mais le terme « pseudo » est utilisé par des personnes qui ne sont pas des universitaires, pour discréditer des théories ou des pratiques qui remettent en question l’orthodoxie scientifique dominante. Alors, quel est son objectif ?

7. La magie apotropaïque


Discréditer certains types d’idées ou de recherches dans le domaine de l’histoire ancienne n’est pas simplement le cas d’universitaires protégeant leur territoire d’une influence corrosive. Le monde universitaire n’a pas besoin d’utiliser un langage simpliste et désobligeant à l’égard d’idées peu orthodoxes alors qu’il dispose déjà de systèmes en place pour marginaliser leurs partisans. Cela va bien plus loin, et c'et dans les médias qu'on trouve les mots "pseudo-science" et "pseudo-histoire".


Le préfixe « pseudo- » ne sert pas simplement à faire la distinction entre les études rigoureusement testées et évaluées par des pairs de celles qui manquent de fondement empirique ou de rigueur méthodologique. Il est plutôt devenu un outil rhétorique puissant, utilisé dans les médias, pour catégoriser certaines idées et théories comme absurdes. Il s’agit de contrôle et de pouvoir du savoir, certes, mais dans le domaine de l’opinion publique.


Les étiquettes de pseudo-science ou de pseudo-histoire ne proviennent pas nécessairement d’un manque de preuves ou de rigueur dans le travail qu’elles sont censées décrire, mais d’une divergence perçue par rapport aux paradigmes dominants. Peut-être y a-t-il des études ainsi étiquetées qui manquent de clarté, ou de rigueur qui sont considérées ainsi, certes. Mais s’il existe ne serait-ce que quelques travaux bien documentés, bien pensés, peut-être même révolutionnaires, qui sont ainsi rejetés, il est alors dommage de continuer à les ignorer.


Qui plus est, l'affirmation du « pseudo- » est moins une indication de mensonge de la part de l'auteur de la recherche que la crainte d'être pris pour un imbécile de la part du critique. C’est l’expression du désir de légitimité et d’appartenance, au sein des dynamiques de pouvoir et des préjugés culturels qui façonnent le monde. Il s’agit d’être éduqué, adulte, intelligent et difficile à duper. L'affirmation du « pseudo- » trahit la peur de penser par soi-même et situe ceux qui y parviennent fermement au sein d'un groupe, et le groupe fermement dans un récit historiquement situé et technologiquement motivé.


Très souvent, dans les discussions dans les médias, des podcasts aux conférences, nous entendons des questions telles que "Savons-nous si... ?", et des réponses qui prennent la forme de "Nous savons que...". C'est comme si « nous » devions tous penser comme un seul esprit, savoir comme un seul recueil. Ce n’est pas l’expression d’une unité avec tous, mais d’une unité seulement au sein d’un certain groupe, qui fonctionne un peu comme un parti politique. L'adhésion est gratuite, si on est jugé acceptable et instruit, mais une fois qu'on y est, on doit suivre un parcours. Il s'agit d'un « nous » omniprésent et élitiste qui semble passer inaperçu et incontesté.


La plupart du temps, aucune analyse n’est donnée parallèlement au verdict de « pseudo-science » ou de « pseudo-histoire » pour étayer les affirmations de fausseté ou de tromperie. Il est rare que les recherches qui suscitent une telle réaction soient réellement débattues équitablement par ceux qui les qualifient de cette manière. Que les travaux en question aient été réalisés par des universitaires professionnels ou par des chercheurs non universitaires, il est difficile d'obtenir des preuves du « pseudo » diagnostic. Très probablement, l’affirmation selon laquelle une œuvre est en quelque sorte fausse ne prouve pas que l’œuvre ait réellement été examinée de près par ses critiques. Il est plus probable que les recherches qui suscitent cette description ne soient pas du tout lues attentivement, mais soient plutôt carrément rejetées. C'est comme si le préfixe « pseudo- », qu'il soit attaché au mot science ou à l'histoire, n'était rien d'autre qu'un peu de magie apotropaïque, destiné à détourner le mal ou les mauvaises influences. Cela peut procurer un sentiment de sécurité et de certitude face à l’incertitude et à l’ambiguïté, au non-conventionnel. Des mots comme pseudo-science et pseudo-histoire peuvent être invoqués pour se protéger et protéger les autres de ce qui est perçu comme la marge un peu folle de la recherche.


En fin de compte, les « pseudo- » affirmations affaiblissent la légitimité des paradigmes établis en interdisant le dialogue et en confondant théorie et vérité. En cherchant à renforcer l’autorité des théories dominantes, ceux qui crient au « pseudo- » finissent par nuire aux institutions qui soutiennent les principaux paradigmes. Qualifier l'idée, la théorie ou la recherche de quelqu'un de « pseudo-science » ou de « pseudo-histoire » n'est pas l'expression d'une bonne méthode scientifique ou d'un bon raisonnement. C'est le reflet d'une mauvaise méthode et d'un raisonnement faible de la part de la personne qui utilise l'étiquette contre les autres. En fin de compte, le préfixe « pseudo- » décrit uniquement la personne qui prononce ou écrit le mot avec l’intention de rejeter, de diminuer ou de rabaisser, dans une boucle de rétroaction « pseudo ».


8. La pseudo-histoire


Le concept de pseudo-histoire est étrange, parce qu'une histoire est une histoire ; il est difficile d’imaginer ce que pourrait être une fausse ou pseudo-histoire, autre qu’une histoire dans laquelle il n’y a aucun personnage et où rien ne se passe du tout. L’histoire, comme tout récit, est composée d’événements, de personnages et d’interprétations, ce qui rend la notion de pseudo-histoire quelque peu paradoxale. Il s'agit là d'une idée assez postmoderne, comparable au jeu de tennis sans balle de Žižek (6). Dans un tel jeu, les mouvements et les gestes demeurent, mais l’élément essentiel qui définit le jeu – le ballon – est absent, ce qui en fait une absurdité. De même, qualifier un récit historique de pseudo-histoire implique qu’il imite la forme du récit historique sans contenir la substance qui le constitue.

Peut-être qu’une pseudo-histoire serait contenue dans une chronologie ou un pseudo-récit comme le film « Empire » d’Andy Warhol – un plan statique de huit heures de l’Empire State Building, dépourvu de tout événement ou développement significatif. Dans cette pseudo-histoire, le temps s’étendrait à l’infini sans changement significatif, un peu comme si l’on regardait une toile vierge en attendant qu’un chef-d’œuvre apparaisse. Les personnages, s’il y en a, ne seraient que de simples silhouettes sur fond de monotonie, leurs actions aussi insignifiantes qu’une mouche bourdonnant dans une pièce vide.


Dans ce récit historique alternatif, les batailles pourraient être menées avec des épées invisibles, les rois pourraient régner sur des royaumes imaginaires et les découvertes pourraient ne mener nulle part ailleurs qu’au même paysage immuable. C'est une histoire où le passé, le présent et le futur se fondent dans un continuum surréaliste, où la seule certitude est l'incertitude, et la seule vérité est l'absence de vérité. En fait, le vide du film fait écho à l’idée généralement admise de ce qui se passait dans le monde humain avant 3 000 avant JC : pas grand-chose.


Peut-être que si nous voulons avoir une bonne idée de ce qui s'est passé dans l'histoire de l'humanité avant environ 3 000 avant JC, selon les experts du grand public, nous pourrions essayer de regarder le film de Warhol.

9. Voyage au centre du pseudo-vers


Faire preuve de scepticisme à l’égard des récits établis encourage une approche plus nuancée et critique de la compréhension des complexités du passé et du présent. Mais supposons un instant qu'il existe une chose, ou un lieu, appelé « pseudo-science » ou « pseudo-histoire », à l'intérieur de laquelle appartiennent certains types de recherche et de pensée. Une sorte de monde souterrain, l’inverse de la vraie science et de l’histoire, une sombre contrepartie sinistre d’une pensée respectable, une réalité parallèle qui reflète la nôtre mais la déforme.

Quelle est la nature de ce monde obscur? Grimpons, et explorons le pseudo-univers. Explorons les terres marécageuses de la pseudo-science et de la pseudo-histoire. Regardons un peu ce qui y vit.


Le monde dans lequel nous nous trouvons actuellement est dépourvu de crédibilité logique. Attention à votre tête ! C'est une étendue vide, sombre et sans fin. On croirait voir la lune reflétée dans les eaux noires. A part un vent faible qui répand les odeurs néfastes, il n'y a pas grand signe de mouvement. C'et grand, mais il n'y a personne. Est-ce simplement un pays composé de peur et de mauvaise foi, créé par les pièges fantomatiques d’une épistémologie hasardeuse ?


Trouverons-nous dans cet endroit les restes de fausses ou de mauvaises recherches scientifiques ou historiques ? Ou simplement de la colère, et un blâme épistémique? Maintenant, quittons ce lieu grisatre, abandonné par la vérité, et traversons les ponts des tests empiriques pour réintégrer le monde de la science, et voir ce qui y vit. Nous devons d’abord franchir le portail de l’intégrité pour être admis. Nous devons ensuite nous débarrasser des théories et des pratiques qui ne sont pas conformes aux méthodes scientifiques établies ou aux paradigmes historiques. Nous prêterons allégeance aux pouvoirs qui empêchent la propagation de la désinformation et qui veillent courageusement à ce que la connaissance du public repose sur des preuves fiables. Nous promettons de ne jamais engager de dialogue avec ceux de l’autre côté du pont. Quel soulagement, ici l'air est pur.

10. Dissidence cognitive : l’importance de remettre en question les normes établies


Visitons maintenant le monde de la recherche non conventionnelle et amateur qui bouleverse l'ordre des choses. "Les choses s'effondrent ; le centre ne peut pas tenir ; une simple anarchie se déchaîne sur le monde", comme le dit Yeats. Faut-il s'inquiéter ?


Au-delà des paradigmes conventionnels, un travail bien documenté peut avoir une certaine validité en soi, ne serait-ce que selon ses propres termes. Nous pourrions simplement l’ignorer ou faire des commentaires cinglants à son sujet, mais pourquoi ne pas examiner les preuves présentées ?


Il faut s’attendre à ce qu’à l’ère d’Internet, avec de grandes quantités de données disponibles, les contributions, injustifiées ou non, ne puissent rester longtemps l’apanage de quelques-uns. Il se trouve que bon nombre des personnes qui explorent ces données sont très intelligentes et possèdent souvent des diplômes universitaires dans un domaine ou un autre, souvent en ingénierie. Dans le cas de la recherche sur le monde antique, il existe des textes anciens, des articles universitaires et des résultats de recherche des deux ou trois cents dernières années, des sites Web donnant des plans et des dimensions, ou des informations sur les étoiles, les mythes ou les divinités, ainsi que des plateformes telles que YouTube. ainsi que des programmes tels que Google Earth, Starry Night, Stellarium, Google Translate et bien d'autres, qui donnent accès à une quantité incroyable de données. Nous pourrions célébrer cette ère sans précédent de l’information, et même la dissidence cognitive qu’elle entraîne. Autant adopter une position proactive en faveur des idées innovantes, même lorsqu’elles ne correspondent pas à la pensée académique dominante, car l’innovation fait avancer l’histoire.


De nombreux chercheurs indépendants sont en mesure de remettre en question et de critiquer activement les théories et interprétations établies, non pas parce qu’ils s’en méfient, mais simplement parce qu’ils ont trouvé quelque chose qui jette un nouvel éclairage sur quelque chose d’intéressant qu’ils souhaitent partager. Au cours d'innombrables soirées et week-ends, ils ont étudié quelque chose qui les rendait perplexes et ont trouvé quelque chose à apporter dans ce domaine. Bien qu’ils opèrent en dehors des structures universitaires traditionnelles, ces chercheurs indépendants s’appuient souvent sur des recherches et des analyses de données rigoureuses et veillent à ce que leur travail soit logiquement solide. Ils recherchent souvent l’engagement et le dialogue avec la communauté universitaire au sens large, et apprécieraient les critiques constructives et le dialogue avec elle, s’ils se produisaient. Au lieu de cela, ils peuvent partager leur travail sur un forum de discussion en ligne ou sur Academia, ou créer leur propre chaîne YouTube ou leur propre site Web.


Ces dissidents cognitifs, ou pour reprendre l'expression de Jean-Pascal Rouby, dissidents dogmatiques, plaident-ils en faveur d’une approche plus large et plus inclusive pour comprendre l’histoire et les réalisations humaines ? Expriment-ils l’esprit de rébellion intellectuelle et la quête d’un savoir au-delà des conventions ? Cultivent-ils une profonde méfiance à l'égard des normes établies, ou célèbrent-ils de manière provocante le pouvoir créateur de l'individu ? Pas forcément. Ils sont simplement passionnés par l'histoire.


11. Notre compréhension de l’histoire n’est pas fixe mais est en constante évolution


Il est probablement sain pour chacun, de temps en temps, de remettre en question ce qu’il sait ou pense savoir.

La fréquentation obligatoire du moulin à éducation, où les théories et les notions reçues de l'époque sont présentées aux innocents comme des faits établis, encourage des impressions si totalement fausses du passé qu'il devient difficilement possible de comprendre le présent ou de prévoir l'avenir. Chaque approche de la connaissance étant protégée par un formidable éventail d'experts et de bibliographies, l'aspirant doit posséder un esprit vif et un scepticisme anormalement développé s'il ne veut pas être victime de l'une ou l'autre des écoles dogmatiques rivales, laïques et ecclésiastiques, qui, bien que mutuellement exclusives, des unités qui instinctivement contrecarrent toute tentative d'éviter complètement les orthodoxies établies, définies par Einstein comme « un ensemble de préjugés qui nous sont nourris avec une cuillère à bouillie avant notre dix-huitième année. Nulle part la tyrannie du pédant n'est plus évidente que dans l'étude des origines humaines et de l'histoire sacrée. La plupart des livres sur le passé lointain ne reposent pour leur autorité sur rien de plus substantiel que les idées préconçues de leurs auteurs, inévitablement influencées par les théories mal appliquées de Marx, Freud et Darwin et les traditions corrompues de l'Église chrétienne. Nous sommes donc conditionnés dès notre plus jeune âge à accepter une vision étroite et linéaire de l’histoire, selon laquelle la civilisation est un développement récent et unique, qui s’établit pour la première fois universellement.

(11)

John Michell a introduit son livre City of Revelation par ces mots, publié pour la première fois en 1972. L'invention d'Internet a bien sûr changé la façon dont nous accédons à l'information et a permis à de nombreuses personnes de lire par elles-mêmes sur de nombreux sujets, y compris l'Antiquité. Nous pouvons lire ces paroles de John Michell et réaliser que nous sommes libres de remettre en question toutes les idées reçues que nous pouvons avoir sur le monde d'aujourd'hui ou tel qu'il était il y a des milliers d'années. Pourtant, on a toujours le sentiment que la plupart des chercheurs professionnels du monde ancien proposent des récits qui ne sont pas entièrement en accord une minorité de leurs collègues, ou avec des chercheurs non professionnels. Il existe une tension nette entre les idées et les théories avancées par les universités et les médias d’une part, et certains universitaires et chercheurs indépendants d’autre part, dont les théories ne correspondent pas aux paradigmes conventionnels. Cela est dû en partie à un tabou: il ne faut pas dire que les humains avant les Grecs étaient technologiquement ou scientifiquement avancés.

Il existe en fait des preuves irréfutables que les humains étaient sophistiqués en mathématiques, en sciences, en architecture et en astronomie bien avant l’époque de Platon. Malgré cela, il exist une déférence envers les universités sur certaines questions. La connaissance est-elle toujours un pouvoir ? Absolument, mais ce n’est plus le privilege de seulement quelques universitaires.


La possibilité de l’erreur n’implique pas l’impossibilité de la connaissance. Le philosophe Michael Williams écrit :


D’un point de vue épistémologique, ce qui compte n’est pas d’où viennent les idées mais comment elles peuvent être vérifiées (ou falsifiées). (...) Il n'y a pas de règles strictes pour imaginer de nouvelles idées, seulement des règles empiriques. Mais il existe des critères de justification stricts. Ainsi, même si des idées folles peuvent être envisagées, elles ne peuvent pas être retenues si elles ne trouvent pas un soutien adéquat. (12)

En fin de compte, c’est nous qui fixons les normes établies pour justifier les théories et les normes épistémiques. Pouvons-nous trouver suffisamment de soutien pour entretenir des idées folles afin de les analyser et de les évaluer correctement ? Cela semble être une bonne idée d’évaluer les contraintes qui régissent certaines formes d’enquête sur le monde antique, car de grandes quantités de preuves intrigantes sont ignorées parce qu’elles sont considérées comme non pertinentes par les universitaires professionnels.


S’engager de mauvaise foi en rejetant d’emblée des recherches qui remettent en question les paradigmes reflète un manque d’intégrité intellectuelle et un déni de la liberté et de la responsabilité inhérentes à la poursuite de la connaissance. Réfléchir à ce que nous savons et à ce que nous ne savons pas, à la science et à son absence, peut être bénéfique. Que pouvons-nous savoir du passé antique ? Pour conclure, voici quelques mots de Platon:


Dis-moi donc, dis-je, ce que tu veux affirmer au sujet de la sagesse.

Je veux dire que la sagesse est la seule science qui soit la science d'elle-même ainsi que celle des autres sciences.
Mais la science de la science, disais-je, sera aussi la science de l’absence de science.
Très vrai, dit-il.
Alors l'homme sage ou tempéré, et lui seul, se connaîtra lui-même, et pourra examiner ce qu'il sait ou ne sait pas, et voir ce que les autres savent et pensent savoir et savent réellement ; et ce qu'ils ne savent pas, et s'imaginent qu'ils savent, alors qu'ils ne le savent pas. Aucune autre personne ne pourra faire cela. Et c'est cela la sagesse, la tempérance et la connaissance de soi : pour un homme, savoir ce qu'il sait et ce qu'il ne sait pas. C'est ce que tu veux dire ?
Oui, dit-il.
Maintenant donc, dis-je, en présentant le troisième ou dernier argument à Zeus le Sauveur, recommençons et demandons d'abord s'il est ou non possible à une personne de savoir qu'elle sait et fait. il ne sait pas ce qu'il sait et ce qu'il ne sait pas ; et en deuxième lieu, si, si cela est parfaitement possible, une telle connaissance est de quelque utilité.
C'est ce que nous devons considérer, a-t-il déclaré.
Et là, Critias, dis-je, j'espère que tu trouveras une issue à une difficulté dans laquelle je me suis mis. Dois-je vous dire la nature de la difficulté ?
Bien sûr, répondit-il.
Ce que vous venez de dire, s'il est vrai, ne revient-il pas à ceci : qu'il doit y avoir une seule science qui soit entièrement une science d'elle-même et des autres sciences, et qu'elle est aussi la science de l'absence de science ?
Oui.
Mais considérez combien cette proposition est monstrueuse, mon ami : dans tout cas parallèle, l'impossibilité vous sera transparente.


Un grand merci à Stefan Maeder, Jean-Pascal-Rouby, Simon Ferandou, et Quentin Leplat pour leurs apports et échanges sur le sujet



Notes


  1. Alfred François Devoir, 1865 - 1926, cité par Stefan Maeder, 2024, Des pierres qui parlent - ou un regard humaniste sur le Mégalithisme

2. Stefan Maeder, 2024, Des pierres qui parlent - ou un regard humaniste sur le Mégalithisme

3. Ibid.

4. Michell, John, 1973, City of revelation : on the proportion and symbolic numbers of the cosmic temple, London: Abacus, pp 12 - 13

5. Bailly, Jean-Sylvain, 1775, Histoire de l'Astronomie Ancienne , depuis son origine jusqu'à l'établissement de l'école d'Alexandrie, A Paris : Chez les freres Debure, pp 18 - 19


6. Žižek, Slavoj. "Welcome to the Desert of the Real." Verso, 2002.

7. Warhol, Andy. "Empire." 1964.

8. West, John Anthony, 1992, Serpent In The Sky - The High Wisdom Of Ancient Egypt

9. Ibid, p 77

10. Michel Foucault, 'The political function of the intellectual', Radical Philosophy 017, Summer 1977. https://www.radicalphilosophy.com/article/the-political-function-of-the-intellectual

11. Michell, John, 1972, City of Revelation : on the proportion and symbolic numbers of the cosmic temple, London Garnstone Press

12. Williams, Michael, Problems of Knowledge, A Critical Introduction to Epistemology, 2001. Oxford University Press.


Références


Bailly, Jean-Sylvain, 1775, Histoire de l'Astronomie Ancienne , depuis son origine jusqu'à l'établissement de l'école d'Alexandrie, A Paris : Chez les freres Debure, pp 18 - 19


Foucault, Michel, 1977, 'The political function of the intellectual', Radical Philosophy 017, Summer 1977. https://www.radicalphilosophy.com/article/the-political-function-of-the-intellectual


Hocart, A.M., 1941, Kingship, Watts & Co. London, https://www.berose.fr/IMG/pdf/kingship-hocart-1941.pdf


Plato, Charmides, or Temperance, written 380 B.C.E, translated by Benjamin Jowett


Maeder, Stefan, 2024, "Talkative stones - Des pierres qui parlent - ou un regard humaniste sur le Mégalithisme" https://www.academia.edu/120216013/Talkative_stones_Des_pierres_qui_parlent_ou_un_regard_humaniste_sur_le_M%C3%A9galithisme


Michell, John, 1973, City of revelation : on the proportion and symbolic numbers of the cosmic temple, London: Abacus



Plato, Charmides

Publisher: Cambridge University Press, Print publication year: 2022


West, John Anthony, 1992, Serpent In The Sky - The High Wisdom Of Ancient Egypt


Williams, Michael, Problems of Knowledge, A Critical Introduction to Epistemology, 2001. Oxfgord Univesity Press.


Žižek, Slavoj. "Welcome to the Desert of the Real." Verso, 2002.

34 vues0 commentaire

Comments


bottom of page